Intégration au Cloud à l’Oracle OpenWorld

Logiciel Java

Ne laissez pas la simplicité SaaS se transformer en complexité
dans le Cloud

Par John Soat

 

Contrôler la puissance de l’intégration au Cloud

Les solutions SaaS (Logiciels en tant que services) sont largement reconnues pour leur facilité de déploiement. En revanche, une autre situation est moins bien comprise : le désordre créé par l’introduction d’un grand nombre d’applications SaaS dans une entreprise sans stratégie de cohésion préalable.

Dain Hansen, directeur du marketing des produits d’intégration pour Oracle, explique que ce problème survient lorsque les organisations intègrent plusieurs applications de Cloud sans avoir mis en place de stratégie prenant en compte les systèmes et les logiciels sur site.

« Il est très difficile de tout faire communiquer », précise Hansen.

Les offres SaaS sont très appréciées, car elles peuvent être implémentées rapidement et facilement par les unités commerciales et les particuliers. En revanche, étant donné qu’une partie de cette implémentation sort du cadre des entreprises informatiques et qu’une autre partie est tout simplement autonome, il en résulte une prolifération de ressources technologiques en ligne qui sont isolées des systèmes sur site. Ces ressources ne peuvent pas profiter des magasins de données ni d’autres ressources de l’entreprise, pourtant précieux.

Cet isolement limite les fonctionnalités, la productivité et le retour sur investissement de l’entreprise. L’utilisation des solutions SaaS augmentent, mais les meilleurs avantages potentiels peuvent ne pas être exploités. « Les utilisateurs n’ont eu aucun souci pour intégrer les solutions SaaS, mais ils ne sont pas aussi performants pour profiter des avantages de ces solutions », explique Dain Hansen.

Le problème ? L’intégration n’est pas efficace. Bien sûr, ce problème n’est pas nouveau dans le domaine informatique, mais le Cloud lui donne une nouvelle tournure. « L’intégration au Cloud est un phénomène beaucoup plus complexe », ajoute Dain Hansen.

Un grand nombre de facteurs peuvent compliquer la connexion d’applications de Cloud à des systèmes sur site, ainsi qu’à d’autres applications en ligne disparates : standards et protocoles, passerelles et pare-feux, problèmes d’architecture mutualisée et, plus particulièrement, besoin de sécurité.



Canon tire parti du concept « Internet of Things ».

Une architecture orientée service permet de surmonter efficacement ces problèmes. Les outils et les meilleures pratiques représentés par l’architecture orientée service ont évolué pour répondre au besoin de flexibilité et de souplesse pour la connexion des applications d’enterprise. Avec l’architecture orientée service, les anciennes méthodes d’intégration point-à-point sont devenues inutiles. En effet, l’architecture orientée service établit des interfaces standard et des composants réutilisables dans une structure d’applications, facilitant ainsi la communication et le développement.

Dans les environnements informatiques hybrides actuels, qui comprennent des Clouds privés et publics, des applications et des systèmes sur site, et des appareils mobiles, les fonctionnalités de l’architecture orientée service basées sur des standards permet de tout rassembler. Les solutions SaaS doivent coexister avec ces systèmes et services disparates mais interconnectés.

D’après Dain Hansen, « L’architecture orientée service est un ensemble d’outils très utiles que toute organisation devrait utiliser lors de sa migration vers le Cloud ». « Sans elle, il faut procéder à une intégration point à point. »

L’avènement des solutions SaaS a permis, au moins en partie, de contourner les processus informatiques vieillots, car les responsables de branches d’activité ont obtenu ce qu’il leur fallait de la part de prestataires de services à la demande. Pourtant, si le Cloud a rendu l’informatique marginale, l’intégration au Cloud permet de lui redonner tout son sens. Les organisations réalisent que la gouvernance informatique est essentielle pour que différentes ressources technologiques, internes et externes, collaborent de façon efficace.

« L’informatique a tout d’abord été contournée, mais nous la ramenons aujourd’hui sur le devant de la scène », précise Dain Hansen.

L’architecture orientée service est le pilier central

La stratégie d’architecture orientée service s’articule autour de trois éléments importants : adhésion des dirigeants, centre d’excellence et alignement sur les objectifs commerciaux. Ces trois éléments sont essentiels à l’intégration au Cloud.

L’adhésion des dirigeants contribue à garantir l’implication de l’informatique dans les déploiements SaaS, pour approuver les contrats de niveau de service et les stratégies de sécurité. Un centre d’excellence peut offrir une visibilité rigoureuse destinée à rationnaliser les services de Cloud de l’architecture d’entreprise d’une organisation, et ainsi faciliter l’intégration. En alignant la stratégie d’intégration sur les objectifs de l’entreprise, l’acquisition de solutions SaaS profite à une plus grande partie de l’entreprise et permet d’augmenter la productivité et le retour sur investissement.

La gestion des processus d’entreprise est un ensemble d’outils et de pratiques complémentaire. Associer une suite de gestion des processus d’entreprise (BPM) à une architecture orientée service permet d’optimiser les processus liés au déploiement et au développement d’applications. Dans un environnement hybride, cette optimisation des processus peut favoriser des flux de travail et des prises de décisions efficaces dans le domaine des services de Cloud et de l’intégration de l’entreprise.

L’urgence de la mise en place de l’architecture orientée service et de la gestion des processus d’entreprise est liée à l’avènement rapide de la mobilité, du big data, des données rapides et du concept « Internet of Things ». Cette évolution représente également un bond en avant en termes de complexité d’intégration. « Un nouveau niveau d’assistance doit permettre de prendre en charge ces autres canaux », affirme Dain Hansen.

Le Cloud lui-même pourrait bien faire partie de la solution. Les solutions PaaS (Platform-as-a-service) sont désormais disponibles pour faciliter l’intégration, de même que la sécurisation des transactions, l’accès aux données et la mobilité de l’entreprise.

Pour en savoir plus sur l’intégration au Cloud, participez aux sessions suivantes à l’occasion d’Oracle OpenWorld 2014 :

L’offre du Cloud est toujours aussi alléchante : vitesse, souplesse, facilité d’utilisation. Vous devez d’abord évaluer ce dont vous avez besoin, car si vous déployez une douzaine d’applications de Cloud pour faire plaisir aux utilisateurs sans mettre en place de stratégie, vous aurez ensuite de réels problèmes à gérer. 


En savoir plus

Nous sommes là pour vous aider

Contacter un conseiller commercial

Engage Oracle Support