Aucun résultat trouvé

Votre recherche n'a donné aucun résultat.

Nous vous suggérons d’essayer ce qui suit pour trouver ce que vous recherchez :

  • Vérifiez l’orthographe de votre recherche par mot clé.
  • Utilisez des synonymes pour le mot clé que vous avez saisi, par exemple, essayez « application » au lieu de « logiciel ».
  • Essayez l’une des recherches les plus utilisées ci-dessous.
  • Lancez une nouvelle recherche.
Questions fréquentes

Questions fréquemment posées

Tout ouvrir Tout fermer

    Généralités

  • Qu’est-ce qu’Oracle Database Cloud Service ?

    Oracle Database Cloud Service vous permet de créer, d’étendre et de sécuriser facilement des bases de données Oracle dans le Cloud. Vous créez des bases de données sur des systèmes de base de données, qui sont soit des serveurs bare metal (avec stockage local NVMe flash ou SSD), soit des machines virtuelles avec des volumes de blocs, les deux offrant des performances élevées et des prix économiques. Le service permet également la prise en charge de la mise en œuvre RAC d’Oracle sur des serveurs de machines virtuelles au niveau de la couche réseau du Cloud virtuel.

    Vous pouvez gérer vos bases de données à l’aide d’outils simplifiés tels que les correctifs, le Data Guard ou la sauvegarde/récupération, tous accessibles à l’aide des API ou de la console Oracle Cloud Infrastructure REST. Vous pouvez également accéder à votre hôte de base de données et utiliser vos outils existants pour gérer vos bases de données dans le Cloud, de la même manière que vous les gérez sur site.

  • Quelles sont les fonctionnalités fournies par Oracle Database Cloud Service ?

    Oracle Database Cloud Service fournit un système de base de données avec le nombre de cœurs requis sur un serveur bare metal ou une machine virtuelle haute performance, déploie le logiciel Oracle Database avec l’édition de votre choix, et crée le système de base de données dans un réseau Cloud virtuel (VCN). Le VCN est un réseau privé avec des listes de sécurité configurées par l’utilisateur, qui protège le système de base de données contre les accès non autorisés.

    Oracle Database Cloud Service offre également des fonctions de gérabilité telles que la mise à jour des services de base de données, la configuration de la haute disponibilité à l’aide d’Oracle Data Guard et la sauvegarde/restauration qui simplifie les tâches quotidiennes requises pour exécuter vos bases de données Oracle.

  • Comment créer ma première base de données ?

    Une fois que vous avez créé un compte Oracle Cloud Infrastructure, vous pouvez créer une base de données Oracle sur Database Cloud Service en utilisant la console, les API REST, l’interface CLI et les SDK.

  • Comment puis-je payer pour les ressources que je consomme ?

    Les serveurs bare metal et les machines virtuelles prennent en charge le modèle de crédit universel Oracle avec les tarifs « licence incluse » et « Bring Your Own License » (apportez votre propre licence). La tarification est flexible avec l’option de paiement à la consommation ainsi que les prix d’engagement réduits par l’intermédiaire d’Oracle Sales. Le prix dépend de l’édition de base de données sélectionnée, de la forme de la base de données et du nombre de cœurs choisis.

    Vous pouvez consommer des instances de base de données Oracle Database Cloud Service en créant un compte sur shop.oracle.com. Les clients existants peuvent également contacter leur représentant commercial pour créer et comptabiliser un pool de crédits existant ou acheter un nouveau pool afin de consommer les ressources Oracle Cloud Infrastructure. Pour plus de détails, reportez-vous à la section relative à la tarification des bases de données.

    Les locations existantes avec ou sans compteur seront facturées selon leur plan existant jusqu’à ce qu’elles soient converties en location selon le modèle de crédit universel.

  • Quelles sont les versions du logiciel Oracle Database prises en charge ?

    Actuellement, Oracle Database Cloud Service prend en charge les versions 11.2.0.4, 12.1.0.2, 12.2.0.1 et 18.1.0.0.0 d’Oracle Database.

  • Quelles sont les éditions du logiciel Oracle Database prises en charge ?

    Les éditions suivantes du logiciel Oracle Database sont prises en charge et optimisées pour le Cloud.

    • Édition standard
    • Édition Enterprise
    • Édition Enterprise High Performance
    • Édition Enterprise Extreme Performance
  • Quelles sont les options de base de données disponibles avec les différentes éditions logicielles d’Oracle Database ?

    La liste suivante décrit les options de base de données disponibles avec chaque édition. Notez que tous les packs incluent Oracle Database Transparent Data Encryption (TDE).

    Édition de base de données Options de base de données
    Édition standard Inclut le pack Oracle Database Standard Edition.
    Édition Enterprise Inclut le pack Oracle Database Enterprise Edition, Data Masking and Subsetting Pack, Diagnostics and Tuning Packs, et Real Application Testing.
    Édition Enterprise High Performance Étend le pack Enterprise avec les options suivantes : Multitenant, Partitioning, Advanced Compression, Advanced Security, Label Security, Database Vault, OLAP, Advanced Analytics, Spatial & Graph, Database Lifecycle Management Pack, et Cloud Management Pack for Oracle Database.
    Édition Enterprise Extreme Performance Étend le pack High Performance avec les options suivantes : Real Application Clusters (RAC), In-Memory Database et Active Data Guard.
  • Quelles formes (configurations de stockage et de CPU) sont disponibles lors du lancement d’un système DB ?

    Formes Bare Metal
    Pour répondre aux exigences de performances extrêmes des applications critiques de l’entreprise, Oracle Database Cloud Service prend en charge trois formes bare metal qui peuvent atteindre plus de 200 000 TPS ou IOPS pour une seule base de données. Les systèmes Bare Metal DB utilisent un stockage NVMe ou SSD connecté localement pour assurer des performances optimales. La quantité de stockage est déterminée par la forme spécifiée lors du lancement du système de base de données.

    Forme Bare Metal Cœurs/OCPU Mémoire Type de stockage Stockage brut Stockage (mise en miroir bidirectionnelle) Stockage (mise en miroir tridirectionnelle)
    BM.HighIO1.36* 2 – 36 512 Go NVMe 12,8 To 3,5 To 2,3 To
    BM.DenseIO1.36 2 – 36 512 Go NVMe 28,8 To 9,4 To 5,4 To
    BM.DenseIO2.52 2 – 52 768 Go NVMe 51,2 To 16 To 9 To
    BM.RACLocalStorage1.72*
    (se compose de deux nœuds physiques)
    2 – 36 par nœud 512 Go par nœud SSD 64 To 22,1 To 14 To

    Notez que lors de l’utilisation de l’édition Standard avec des formes High IO & Dense IO, le maximum d’OCPU autorisé est de 8 OCPU par instance.

    *Les formes BM.HighIO1.36 et BM.RACLocalStorage1.72* ne sont plus disponibles, mais continuent à être prises en charge pour les clients existants.

    Formes de machine virtuelle
    Oracle Database Cloud prend en charge une variété de machines virtuelles basées sur des formes de calcul VM standard. Le choix de formes de VM offre rentabilité et flexibilité pour sélectionner un à 24 cores et 256 Go à 40 To de stockage à distance évolutif et durable.

    Forme VM Cœurs/OCPU Mémoire Stockage (bloc seulement) Bande passante réseau
    VM.Standard.1.1 1 7 Go 256 Go - 40 To Jusqu’à 600 Mbps
    VM.Standard.1.2 2 14 Go 256 Go - 40 To Jusqu’à 1,2 Gbps
    VM.Standard.1.4 4 28 Go 256 Go - 40 To 1,2 Gbps
    VM.Standard.1.8 8 56 Go 256 Go - 40 To 2,4 Gbps
    VM.Standard.1.16 16 112 Go 256 Go - 40 To 4,8 Gbps
    VM.Standard.2.1 1 15 Go 256 Go - 40 To 1 Gbe
    VM.Standard.2.2 2 30 Go 256 Go - 40 To 2 Gbe
    VM.Standard.2.4 4 60 Go 256 Go - 40 To 4 Gbe
    VM.Standard.2.8 8 120 Go 256 Go - 40 To 8 Gbe
    VM.Standard.2.16 16 240 Go 256 Go - 40 To 16 Gbe
    VM.Standard.2.24 24 320 Go 256 Go - 40 To 25 Gbe

    Remarque : Pour toute forme supérieure à 2 noyaux, vous pouvez spécifier le nombre total de nœuds = 2 pour obtenir la configuration RAC. Lors de l’utilisation de l’édition Standard, la forme maximale autorisée est VM.Standard1.8.

  • Quelles options de mise à niveau sont recommandées pour les formes de la génération précédente ?

    Les options Dense IO et Bring Your Own License d’Oracle Database Cloud Service X5 bare metal suivantes ne sont plus disponibles, mais continuent à être prises en charge pour les clients existants :

    SKU Forme de l’instance de calcul Alternatives recommandées
    Bare Metal – X5 Dense I/O – Édition standard Bare Metal X5 Dense/IO
    • OCPU : 2 activées ; jusqu’à 6 OCPU supplémentaires (achetées séparément)
    • Mémoire : 512 Go
    • 28,8 To NVME SSD brut, ~9,4 To avec mise en miroir bidirectionnelle, ~5,4 To avec mise en miroir tridirectionnelle
    • Bande passante réseau : 10 Gbps
    Bare Metal X7 – Dense I/O
    • OCPU : 2 activées ; jusqu’à 6 OCPU supplémentaires (achetées séparément)
    • Mémoire : 768 Go
    • 51,2 To NVME SSD brut, ~16 To avec mise en miroir bidirectionnelle, ~9 To avec mise en miroir tridirectionnelle
    • Bande passante réseau : 2 x 25 Gbps
    Bare Metal – X5 Dense I/O – Éditions Enterprise (Enterprise Edition, High Performance, Extreme Performance) Bare Metal X5 Dense/IO
    • OCPU : 2 activées ; jusqu’à 34 OCPU supplémentaires (achetées séparément)
    • Mémoire : 512 Go
    • 28,8 To NVME SSD brut, ~9,4 To avec mise en miroir bidirectionnelle, ~5,4 To avec mise en miroir tridirectionnelle
    • Bande passante réseau : 10 Gbps
    Bare Metal X7 – Dense I/O
    • OCPU : 2 activées ; jusqu’à 50 OCPU supplémentaires (achetées séparément)
    • Mémoire : 768 Go
    • 51,2 To NVME SSD brut, ~16 To avec mise en miroir bidirectionnelle, ~9 To avec mise en miroir tridirectionnelle
    • Bande passante réseau : 2 x 25 Gbps
    Bare Metal – X5 Dense I/O – BYOL Bare Metal X5 Dense/IO
    • OCPU : 2 activées ; jusqu’à 6 OCPU supplémentaires (achetées séparément) pour l’édition Standard. Jusqu’à 34 OCPU supplémentaires (achetées séparément) pour les éditions Enterprise
    • Mémoire : 512 Go
    • 28,8 To NVME SSD brut, ~9,4 To avec mise en miroir bidirectionnelle, ~5,4 To avec mise en miroir tridirectionnelle
    • Bande passante réseau : 10 Gbps
    Bare Metal X7 – Dense I/O
    • OCPU : 2 activées ; jusqu’à 6 OCPU supplémentaires (achetées séparément) pour l’édition Standard. Jusqu’à 50 OCPU supplémentaires (achetées séparément) pour les éditions Enterprise
    • Mémoire : 768 Go
    • 51,2 To NVME SSD brut, ~16 To avec mise en miroir bidirectionnelle, ~9 To avec mise en miroir tridirectionnelle
    • Bande passante réseau : 2 x 25 Gbps
    Norme de machine virtuelle – X5 – toutes les éditions (Standard, Enterprise, High Performance, Extreme Performance, BYOL) VM.Standard1.1
    • OCPU : 1
    • Mémoire : 7 Go
    • Bande passante réseau : Jusqu’à 600 Mbps
    VM.Standard2.1 basé sur X7
    • OCPU : 1
    • Mémoire : 15 Go
    • Bande passante réseau : 1 Gbps
    Norme de machine virtuelle – X5 – toutes les éditions (Standard, Enterprise, High Performance, Extreme Performance, BYOL) VM.Standard1.2
    • OCPU : 2
    • Mémoire : 14 Go
    • Bande passante réseau : Jusqu’à 1,2 Gbps
    VM.Standard2.2 basé sur X7
    • OCPU : 2
    • Mémoire : 30 Go
    • Bande passante réseau : 2 Gbps
    Norme de machine virtuelle – X5 – toutes les éditions (Standard, Enterprise, High Performance, Extreme Performance, BYOL) VM.Standard1.4
    • OCPU : 4
    • Mémoire : 28 Go
    • Bande passante réseau : 1,2 Gbps
    VM.Standard2.4 basé sur X7
    • OCPU : 4
    • Mémoire : 60 Go
    • Bande passante réseau : 4,1 Gbps
    Norme de machine virtuelle – X5 – toutes les éditions (Standard, Enterprise, High Performance, Extreme Performance, BYOL) VM.Standard1.8
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 56 Go
    • Bande passante réseau : 2,4 Gbps
    VM.Standard2.8 basé sur X7
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 120 Go
    • Bande passante réseau : 8,2 Gbps
    Norme de machine virtuelle – X5 – toutes les éditions (Standard, Enterprise, High Performance, Extreme Performance, BYOL) VM.Standard1.16
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 112 Go
    • Bande passante réseau : 4,8 Gbps
    VM.Standard2.16 basé sur X7
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 240 Go
    • Bande passante réseau : 16,4 Gbps
  • Qu’est-ce qu’un système de base de données ?

    Un système de base de données est un serveur bare metal ou une machine virtuelle dont le logiciel Oracle Database est déployé et configuré avec un nombre de cœurs, une édition logicielle et une version de base de données définis par l’utilisateur.

  • Puis-je créer plusieurs bases de données dans un système de base de données ?

    Oui. Un système de base de données bare metal peut comprendre plusieurs répertoires de bases de données, pouvant chacun contenir plusieurs bases de données. Toutes les bases de données au sein d’un répertoire de base de données (DB Home) auront la même version, mais chaque DB Home peut avoir une version différente. Par exemple, un système de base de données Enterprise Edition peut contenir DB_Home11, qui contient uniquement des bases de données Enterprise Edition 11.2.0.4, et DB_Home12, qui contient uniquement des bases de données Enterprise Edition 12.1.0.2. Notez cependant que les systèmes de base de données de machine virtuelle sont des instances uniques de base de données.

  • Puis-je modifier l’édition de la base de données après le lancement d’un système de base de données ?

    Non, l’édition ne peut pas être modifiée. Cependant, vous pouvez facilement mettre fin au système de base de données et en lancer un autre avec l’édition préférée.

  • Puis-je modifier les jeux de caractères de la base de données après le lancement d’un système de base de données ?

    Lorsque vous lancez un système de base de données, la base de données initiale créée sur le système utilise les jeux de caractères par défaut AL32UTF8 et AL16UTF16. Cependant, vous pouvez facilement choisir un jeu de caractères de votre choix lors du lancement dans les options avancées de la base de données.

  • Puis-je apporter ma propre licence (BYOL) à Oracle Database Cloud Service ?

    Oui, vous pouvez apporter votre propre licence. Oracle Database Cloud Service prend en charge les modèles de tarification avec licence incluse et BYOL.

  • Quelles sont les meilleures pratiques recommandées pour la surveillance du système de base de données ?

    Oracle vous recommande vivement d’utiliser Enterprise Manager pour vos besoins de surveillance de base de données. Oracle prévoit d’ajouter la prise en charge du retour des indicateurs clés directement à partir du service de base de données prochainement.

  • Quelles sont les limites sur le nombre de systèmes de base de données que je peux créer dans mon compte ?

    Pour connaître les limites par défaut pour chaque type d’instance et obtenir des instructions sur la façon de demander une augmentation de limite de service, reportez-vous à la documentation relative aux limites de service. Nous serons heureux d’augmenter les limites de votre compte si nécessaire.

  • Oracle RAC est-il pris en charge par Oracle Database Cloud Service ?

    Oui. Oracle Database Cloud Service prend en charge un RAC Oracle Cloud sur les machines virtuelles au sein d’un réseau Cloud virtuel.

    Oracle RAC sur les machines virtuelles est configurable en définissant le « Nombre total de nœuds » sur 2 lors du lancement du système de base de données.

    Machines virtuelles

  • Qu’est-ce qu’Oracle Cloud Infrastructure Database Service sur machines virtuelles ?

    Le service de base de données sur les machines virtuelles est un service de base de données qui permet aux clients de construire, d’étendre et de gérer des bases de données Oracle complètes sur des machines virtuelles. Les principaux avantages de l’exploitation des bases de données sur les machines virtuelles sont la rentabilité, la facilité de démarrage, le stockage durable et évolutif, et la capacité d’exécuter des Real Application Clusters (RAC) pour améliorer la disponibilité.

    Les bases de données RAC fonctionneront dans un seul domaine de disponibilité (AD), tout en s’assurant que chaque nœud est sur un rack physique séparé assurant une haute disponibilité. Le service Database Cloud sur machines virtuelles est construit sur la même infrastructure Cloud haute performance et hautement disponible utilisée par tous les services Oracle Cloud Infrastructure.

  • Quels sont les avantages du service de base de données sur les machines virtuelles ?

    Le service de base de données sur les machines virtuelles offre plusieurs avantages allant du stockage à faible coût au stockage flexible. Plus précisément,

    • Rentable et flexible - Les clients peuvent commencer à partir d’une VM à 1 OCPU jusqu’à 24 OCPU. Les clients paient uniquement pour les OCPU et le stockage utilisé.
    • Facilité de mise en route - Les clients peuvent facilement créer des bases de données certifiées Oracle 11g, 12c (12.1 et 12.2), complètes, entièrement prises en charge avec un choix d’éditions de base de données.
    • Constructions intégrées à haute disponibilité - Les clients peuvent facilement déployer des configurations RAC à 2 nœuds avec toutes les formes de machine virtuelle. Par exemple : Déployez facilement une configuration RAC à 2 nœuds avec 2 machines virtuelles centrales et un stockage en bloc partagé pouvant atteindre 40 To.
    • Stockage durable et évolutif - Les clients peuvent utiliser un stockage distant de 256 Go à 40 To. Le stockage peut être étendu sans temps d’arrêt.
    • Sécurisé - Les clients bénéficient toujours de tous les avantages de notre solution Oracle IAM pour le contrôle de gestion et les listes de sécurité VCN pour la sécurisation de leurs environnements de bases de données.
  • Les bases de données RAC sont-elles prises en charge sur le service de base de données sur les machines virtuelles ?

    Oui, les bases de données RAC (Real Application Cluster) sont prises en charge sur le service de base de données Cloud sur des machines virtuelles en tant que configuration RAC à 2 nœuds. La solution RAC à 2 nœuds est activée par la sélection de nœud = 2 lors de la configuration de votre base de données de VM. Notez que seule l’édition Enterprise Edition Extreme Performance prend en charge la base de données RAC et que le nombre minimal de cœurs par machine virtuelle est de deux.

  • Puis-je modifier le nombre de cœurs associés à un système de base de données dans une forme de machine virtuelle après la création initiale ?

    Non. Actuellement, vous ne pouvez pas modifier le nombre de cœurs utilisés par le système de base de données après sa création.

  • Puis-je créer plusieurs répertoires DB Home dans une base de données sur une machine virtuelle ?

    Non, vous ne pouvez pas créer plusieurs répertoires DB Home dans une base de données VM. Chaque instance de base de données de machines virtuelles ne peut lancer qu’une base de données par instance.

  • Comment puis-je mettre à l’échelle le stockage disponible pour un service de base de données s’exécutant sur une machine virtuelle ?

    Vous pouvez facilement augmenter la capacité de stockage pour un système DB en utilisant la console, les API REST, l’interface CLI et les SDK. Database Cloud Service sur machines virtuelles utilise le stockage en bloc à distance, de sorte que vous pouvez configurer le stockage disponible n’importe où entre 256 Go et 40 To. L’augmentation du stockage s’effectue sans aucun temps d’arrêt. Remarque : Le stockage total attaché à une instance sera la somme du stockage disponible, du stockage de récupération et de la taille du logiciel. Le stockage disponible est sélectionné par le client, le stockage de récupération est automatiquement calculé en fonction du stockage disponible, et la taille du logiciel est un coût de base de données Oracle de taille fixe.

    Facturation

  • Comment serai-je facturé pour l’utilisation d’Oracle Database Cloud Service ?

    Oracle Cloud Infrastructure prend en charge le modèle de crédit universel d’Oracle avec les tarifs « licence incluse » et « Bring Your Own License ». La tarification est flexible avec l’option de paiement à la consommation ainsi que les prix d’engagement réduits par l’intermédiaire d’Oracle Sales. Oracle Database est facturé sur les éléments d’utilisation suivants :

    • Environnement hébergé par heure - L’environnement hébergé est défini comme l’instance de base du système de base de données qui a une capacité de processeur de base, un stockage local (système bare metal uniquement) et des OCPU activées pour l’édition de votre choix. Chaque heure d’environnement hébergé partielle consommée est facturée comme une heure complète.
    • OCPU par heure - Vous pouvez activer d’autres OCPU par système de base de données ou environnement hébergé. Chaque heure partielle d’OCPU consommée est facturée comme une heure complète.
    • Volumes de bloc - Le service de base de données sur machine virtuelle utilise des volumes de bloc distants. Vous pouvez attacher du stockage de 256 Go à 40 To et payer pour le stockage total, qui est la somme du stockage disponible, du stockage de récupération et de la taille du logiciel. Le stockage disponible est sélectionné par vous, le stockage de récupération est automatiquement calculé en fonction du stockage disponible, et la taille du logiciel est un coût de base de données Oracle de taille fixe. Pour plus de détails, reportez-vous à la section relative à la facturation du stockage.
    • Stockage d’objets - Vos sauvegardes incrémentielles automatiques, vos sauvegardes complètes à la demande et vos sauvegardes sur site vers le Cloud sont stockées dans Oracle Cloud Infrastructure Object Storage et des frais de stockage standard vous seront facturés. Pour plus de détails, reportez-vous à la section relative à la facturation du stockage.
  • Quel est le modèle de tarification pour Oracle Database Cloud Service ?

    Pour plus de détails, reportez-vous à la section relative à la tarification des bases de données.

  • Que signifie la facturation par heure principale pour mon système de base de données ?

    Oracle Database Cloud Service est un service à la demande et élastique, ce qui signifie que vous n’êtes facturé que pour ce que vous utilisez. Vos frais sont arrondis à l’heure. Par exemple : si une instance dure 45 minutes avant d’être terminée, vous êtes facturé pour une heure.

  • Quels sont les coûts de sauvegarde de ma base de données ?

    Vous pouvez utiliser la fonctionnalité de sauvegarde/restauration ou utiliser RMAN pour configurer les sauvegardes de nos bases de données sur Oracle Cloud Infrastructure Object Storage. Les coûts des sauvegardes correspondent à la quantité totale de stockage d’objets utilisée et seront conformes à la tarification de stockage d’objets.

  • Comment serai-je facturé lorsque je configurerai la haute disponibilité de ma base de données à l’aide de Data Guard ?

    La configuration de Data Guard sur deux systèmes de base de données déployés dans des domaines de disponibilité distincts configure la haute disponibilité pour vos bases de données. La tarification de chaque système de base de données suit les modèles de tarification standard décrits dans la section relative à la tarification des bases de données.

  • Oracle Database Cloud Service prend-il en charge l’arrêt de la facturation ?

    Oui, Oracle Database Cloud Service prend en charge l’arrêt de la facturation pour les bases de données de machines virtuelles. Pour tirer parti de cette fonctionnalité, accédez au système de base de données de la machine virtuelle et sélectionnez le nœud à arrêter. La base de données reste intacte tant que le nœud est arrêté. Vous n’êtes pas facturé pour les heures pendant lesquelles le nœud n’est pas en cours d’exécution. Pour les heures partielles, vous êtes facturé pour le nombre maximal d’OCPU utilisées par le système de base de données au cours de cette heure.

    L’arrêt de la facturation ne s’applique pas aux systèmes de base de données Bare Metal Dense I/O ou Exadata, et la facturation se poursuit après l’arrêt d’un nœud, puisque vous continuez à maintenir l’environnement hébergé dans son intégralité. Pour réduire les coûts liés aux formes Bare Metal Dense I/O ou Exdata, vous pouvez utiliser la fonctionnalité de mise à l’échelle en ligne de la CPU de la forme de la base de données et réduire les OCPU à 2 pour DenseIO et 0 pour Exadata dans les environnements inutilisés et peu utilisés. Si vous définissez le nombre d’OCPU sur 0 dans un service Exadata Cloud, les machines virtuelles ainsi que toutes les bases de données en cours d’exécution seront arrêtées.

    Sécurité

  • Qu’est-ce qu’un réseau Oracle Virtual Cloud Network (VCN) et pourquoi les systèmes de base de données sont-ils déployés dans un VCN par défaut ?

    Un VCN est un réseau privé personnalisable dans Oracle Cloud Infrastructure. Tout comme un réseau de datacenter traditionnel, un VCN vous offre un contrôle total sur votre environnement réseau. Cela comprend l’affectation de votre propre espace d’adressage IP privé, la création de sous-réseaux, la création de tables de routage et la configuration de pare-feu avec état. Un seul locataire peut avoir plusieurs VCN, ce qui permet de regrouper et d’isoler des ressources associées.

    En se déployant sur un VCN par défaut, vous bénéficiez de la sécurité et de la flexibilité suivantes :

    • Déploiement de vos bases de données sur un réseau privé, protégé d’Internet.
    • Configuration de listes de sécurité (entrantes/sortantes) pour empêcher les utilisateurs malveillants d’accéder au système de base de données.
  • Dans quels sous-réseaux, est-ce que je place le système de base de données pendant le déploiement ?

    Nous vous recommandons vivement de créer des sous-réseaux distincts dans chaque domaine de disponibilité et de placer vos systèmes de base de données dans ces sous-réseaux. Cela vous permet de définir avec précision les listes de sécurité entrantes/sortantes pour le sous-réseau et de contrôler l’accès au réseau.

  • Comment configurer TDE pour mes bases de données ?

    Les systèmes de base de données sont configurés avec TDE par défaut lors de la mise en service. Vous avez la possibilité de vous connecter et de contrôler d’autres stratégies de sécurité sur le système de base de données. Vous pouvez suivre les meilleures pratiques de sécurité de base de données standard.

  • Comment puis-je contrôler l’accès de gestion et sécuriser les systèmes de base de données ?

    Avec Oracle Cloud Infrastructure Identity and Access Management (IAM), vous pouvez configurer votre environnement Cloud pour répondre à vos exigences de sécurité et de conformité. Du point de vue de la base de données, vous configurez des stratégies IAM vous permettant de limiter l’accès aux systèmes de base de données de machines bare metal et de machines virtuelles à un ensemble sélectionné d’utilisateurs (DBA) du point de vue de la gestion. Pour savoir comment utiliser Oracle IAM avec Oracle Database Cloud Service, veuillez consulter notre documentation technique.

  • Puis-je vérifier les opérations qui sont effectuées sur le système de base de données ?

    Oui, avec un accès racine complet au système de base de données, vous pouvez configurer l’audit pour toutes les opérations sur le système de base de données. Oracle Database Cloud Service fournit un support d’audit robuste dans toutes les éditions de la base de données. Les enregistrements d’audit incluent des informations sur l’opération qui a été auditée, l’utilisateur effectuant l’opération, ainsi que la date et l’heure de l’opération. Les enregistrements d’audit peuvent être stockés dans le journal d’audit de la base de données ou dans des fichiers sur le système d’exploitation. L’audit standard comprend les opérations sur les privilèges, les schémas, les objets et les instructions.

    De plus, vous pouvez utiliser Oracle Cloud Infrastructure Audit pour auditer tous les appels de gestion d’API réalisés sur votre location.

    Matériel

  • Comment choisir la forme correcte pour mes besoins en base de données ?

    Pour les formes proposées aujourd’hui sur Oracle Cloud Infrastructure, les bases de données RAC déterminent votre coût, le stockage disponible, les performances ou la nécessité d’utiliser des bases de données RAC. Gardez à l’esprit le plan de croissance de la taille de votre base de données lorsque vous sélectionnez la forme.

  • Puis-je modifier le nombre de cœurs associés au système de base de données après la création initiale ?

    Oui, pour les systèmes bare metal, vous pouvez modifier le nombre de cœurs utilisés par le système DB directement depuis la console ou via nos API sans aucun temps d’arrêt. La mise à l’échelle de base n’est actuellement pas prise en charge pour les machines virtuelles.

  • Mon instance sera-t-elle redémarrée lorsque les cœurs d’un système de base de données bare metal seront mis à l’échelle ou réduits ?

    Non, l’instance n’est pas redémarrée lorsqu’elle est agrandie ou réduite. Cette fonctionnalité vous permet de réduire les coûts en réduisant le nombre de cœurs utilisés lorsqu’ils ne sont pas nécessaires dans les scénarios de développement et de test.

  • Puis-je attacher des volumes de stockage en mode bloc à un système de base de données bare metal ?

    Non, vous ne pouvez pas attacher de volumes de stockage en mode bloc à un système de base de données bare metal. Cependant, Database Cloud Service sur machines virtuelles utilise des volumes de bloc distants pour les bases de données entièrement gérées par la plate-forme.

  • Puis-je utiliser le mode SSH dans le système de base de données ?

    Vous disposez d’un accès racine complet à votre système de machines virtuelles et bare metal. Vous pouvez utiliser le mode SSH dans le système de base de données en utilisant les informations de clé SSH.

  • Que dois-je faire si les performances de mon instance sont extrêmement lentes ?

    Oracle Database Cloud Service offre un accès SSH racine complet à l’instance de base de données et la possibilité de définir les schémas et tout ajustement des performances sur les instances de base de données. Vous pouvez analyser le fichier de trace Oracle pour comprendre la raison des requêtes lentes. Nous recommandons également d’utiliser Enterprise Manager pour surveiller les mesures de performance (utilisation de la CPU, débit réseau, etc.) du système de base de données afin de comprendre s’il existe des mesures au niveau du système qui diffèrent du comportement normal.

    Vous pouvez obtenir de l’aide pour le débogage et le dépannage en soumettant une demande de service via My Oracle Support. De plus, vous pouvez vous inscrire à l’Oracle Premium Support, qui fournit des options pour le support 24x7. Contactez votre représentant commercial pour obtenir plus d’informations.

    Correctifs

  • Qu’est-ce que la fonctionnalité de correction d’Oracle Cloud Infrastructure Database Cloud Service ?

    La fonctionnalité de correction de Database Cloud Service simplifie la procédure requise pour appliquer une correction à vos systèmes et bases de données. Vous pouvez utiliser la console et les API Oracle Cloud Infrastructure pour afficher les correctifs applicables à votre système de base de données ou à votre répertoire de base de données et envoyer une demande de correctif. Database Cloud Service exécutera ensuite les étapes de correction de bout en bout pour vous tout en affichant l’état.

    Vous pouvez afficher tous les correctifs appliqués et, si nécessaire, réappliquer un correctif. En outre, vous pouvez utiliser les contrôles Oracle Identity and Access Management (IAM) pour gérer l’accès aux fonctionnalités de correction.

  • Comment puis-je accéder à la fonctionnalité de correction ?

    Vous pouvez utiliser la console Oracle Cloud Infrastructure et les API Rest pour accéder à cette fonctionnalité.

  • Quelle est la configuration réseau requise pour activer la fonctionnalité de correction ?

    Le réseau (VCN) de votre système de base de données doit être configuré avec une passerelle Internet. Le trafic réseau entre le système de base de données et Oracle Object Storage se fera sur le backbone de service interne Oracle Database Cloud Service.

  • Quels systèmes de base de données, formes et éditions puis-je corriger à l’aide de la fonction de correction ?

    Vous pouvez utiliser cette fonctionnalité pour appliquer des correctifs à tous les systèmes de base de données sans système d’exploitation à 1 nœud et à 2 nœuds dans toutes les formes et éditions. Les systèmes RAC à 2 nœuds, les machines virtuelles et les systèmes Exadata ne sont actuellement pas pris en charge. Cependant, vous pouvez corriger ces systèmes en vous connectant à votre hôte et en utilisant l’utilitaire OPatch.

  • Quel type de correctifs puis-je appliquer à l’aide de la fonctionnalité de correction ?

    Des correctifs spécifiques aux services de base de données Cloud peuvent être appliqués pour les systèmes de bases de données et les répertoires de bases de données. Seul le dernier correctif est disponible pour les systèmes de base de données, tandis que les répertoires de bases de données prennent en charge les correctifs les plus récents et les plus anciens. Vous pouvez trouver la liste des correctifs de système de base de données et de répertoires de bases de données actuellement disponibles dans la documentation technique d’Oracle Cloud Infrastructure.

  • Puis-je appliquer des correctifs à toutes les versions de base de données du Database Cloud Service ?

    Oui, si un ou plusieurs correctifs sont disponibles pour ces versions. Des correctifs sont actuellement disponibles pour les versions de base de données 11.2.0.4, 12.1.0.2 et 12.2.0.1.

  • Comment appliquer des correctifs provisoires ou trimestriels qui ne sont pas encore pris en charge par Database Cloud Service ?

    Vous pouvez vous connecter à votre hôte et appliquer des correctifs temporaires à l’aide de l’utilitaire OPatch. Nous vous recommandons de ne pas appliquer de correctifs trimestriels sur site à l’aide de l’utilitaire OPatch. Ces correctifs peuvent ne pas fonctionner sans l’application d’autres correctifs spécifiques au Cloud. Vous devez plutôt appliquer les correctifs trimestriels personnalisés au Cloud disponibles via la console Oracle Cloud Infrastructure Database Cloud Service et les API REST.

  • Comment puis-je corriger des systèmes de bases de données Exadata et de machines virtuelles ?

    Vous pouvez corriger ces systèmes en accédant à votre hôte et à l’aide de l’utilitaire OPatch. En savoir plus sur l’utilitaire OPatch.

  • Y aura-t-il des temps d’arrêt pendant l’application d’un correctif ?

    Oui, les systèmes de base de données à 1 nœud seront inactifs si vous n’avez pas configuré Oracle Data Guard. Pour éviter tout temps d’arrêt, vous devez suivre les meilleures pratiques MAA (Maximum Availability Architecture - architecture de disponibilité maximale).

  • Que se passe-t-il si j’utilise la fonctionnalité de correction et que le correctif échoue ?

    Votre système de base de données ou de répertoire de base de données sera dans l’état ”Disponible” si le correctif échoue. L’historique des correctifs peut indiquer la raison pour laquelle l’opération a échoué. Pour déboguer la cause première de l’échec, vous pouvez accéder aux journaux détaillés relatifs aux correctifs en accédant à votre hôte. Si les informations du journal ne vous aident pas à résoudre le problème, vous pouvez envoyer une demande à l’assistance Oracle Support afin de déterminer la cause du problème.

  • Comment puis-je en savoir plus sur les correctifs installés sur mon répertoire ou mon système de base de données à l’aide de la fonctionnalité de correction ?

    Vous pouvez interroger l’historique des correctifs de votre répertoire et de votre système de base de données pour afficher les correctifs appliqués à l’aide de la console, des API REST et des SDK.

  • Dois-je suivre un ordre de mise à jour des correctifs du répertoire et du système de base de données ?

    Oui, votre système de base de données doit être sur la même version ou une version ultérieure à celle de votre répertoire de base de données. Pour éviter les conflits de version, vous devez d’abord appliquer les correctifs du système de base de données, suivis des correctifs du répertoire de base de données. Si vous ne suivez pas cet ordre, vous recevrez un message d’erreur lors de l’application du correctif.

  • Puis-je vérifier ou restaurer un correctif appliqué à l’aide de la fonction de correction ?

    Oui, vous pouvez pré-vérifier un correctif avant de l’appliquer. Cependant, pour annuler un correctif, vous devez vous connecter à l’hôte de votre base de données et utiliser l’utilitaire OPatch.

  • Puis-je limiter l’accès aux correctifs à un ensemble défini d’utilisateurs ?

    Oui, vous pouvez utiliser le service Oracle Identity and Access Management (IAM) pour restreindre l’accès au niveau d’un utilisateur et d’un groupe.

  • Existe-t-il des différences entre les correctifs de base de données Oracle disponibles sur site et les correctifs disponibles pour Oracle Cloud Infrastructure Database Cloud Service ?

    Oui, les correctifs d’ensemble de base de données Oracle et les correctifs de base de données Oracle Cloud Infrastructure sont différents. Les correctifs de base de données Oracle Cloud Infrastructure sont un surensemble contenant des correctifs d’ensemble de base de données Oracle, des MLR (Merge Label Requests) spécifiques à Oracle Cloud Infrastructure, et d’autres correctifs.

  • Puis-je corriger mon système d’exploitation à l’aide de la fonction de correction ?

    Non, la correction de système d’exploitation n’est actuellement pas prise en charge. Vous accédez directement à l’hôte pour appliquer manuellement un correctif au système d’exploitation. Pour plus de détails, reportez-vous aux sections Mises à jour du système d’exploitation du système de base de données bare metal et de machines virtuelles et Mises à jour du système d’exploitation du système de base de données Exadata.

  • Les correctifs Oracle Cloud Infrastructure Database Cloud Service sont-ils cumulatifs ?

    Oui, les correctifs de base de données sont cumulatifs. Les nouveaux correctifs Oracle Cloud Infrastructure Database contiennent des correctifs du système de base de données précédent ou des correctifs de répertoire de base de données de la même version.

  • Comment Oracle communiquera-t-il sur les correctifs de sécurité critiques ? Est-ce qu’Oracle va automatiquement corriger mon système avec un correctif de sécurité critique ?

    Oracle Cloud Infrastructure enverra une notification par e-mail vous informant d’un correctif de sécurité critique. En fonction de la criticité du correctif, nous vous définirons une fenêtre de temps pour l’application du correctif de sécurité.

  • Combien de temps faut-il pour que le correctif soit terminé ?

    Cela dépend du type de correctif. Un état de base du système ou du répertoire de base de données passera à ”Disponible” une fois qu’un correctif a été appliqué.

    Sauvegarde et récupération

  • Comment configurer la sauvegarde et la récupération de mes bases de données ?

    La sauvegarde de votre base de données est un aspect essentiel de tout environnement de base de données Oracle. Plusieurs options sont disponibles pour stocker et récupérer vos sauvegardes. Vous pouvez utiliser la fonction de sauvegarde et de restauration dans la console Oracle Cloud Infrastructure Console, les API REST ou l’interface CLI, ou configurer et gérer manuellement les sauvegardes à l’aide de dbcli ou RMAN. Vous pouvez en apprendre davantage sur toutes les options dans la documentation technique.

  • Qu’est-ce que la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration Oracle Cloud Infrastructure Database Cloud Service ?

    La fonction de sauvegarde et de restauration de la base de données vous permet d’utiliser la console Oracle Cloud Infrastructure, les API REST et l’interface CLI pour créer et gérer des sauvegardes de vos bases de données. Vous pouvez également restaurer votre base de données existante à partir d’une sauvegarde ou créer une nouvelle base de données à partir d’une sauvegarde.

  • Quels sont les avantages de l’utilisation de la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration par rapport à la gestion manuelle des sauvegardes ?

    La fonctionnalité de sauvegarde et de restauration permet à la console, aux API Rest et à l’interface CLI de créer et de gérer des sauvegardes. Lorsque vous utilisez la console, vous pouvez créer des sauvegardes complètes ou configurer des sauvegardes incrémentielles automatiques en quelques clics. De même, vous pouvez visualiser vos sauvegardes et restaurer votre base de données en utilisant le dernier bon état connu, un point dans le temps ou un numéro SCN (System Change Number - numéro de changement système). Vous pouvez également créer une nouvelle base de données à partir de votre sauvegarde dans un système de base de données existant ou nouveau.

  • Y a-t-il des coûts supplémentaires associés à l’utilisation de la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration ?

    Vos sauvegardes sont stockées dans Oracle Cloud Infrastructure Object Storage et des frais de service s’appliquent pour le stockage de vos sauvegardes. En savoir plus sur la facturation du stockage d’objets. L’utilisation de cette fonctionnalité n’entraîne pas de frais supplémentaires.

  • Quelles formes, éditions et versions de base de données sont prises en charge par la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration ?

    La fonctionnalité de sauvegarde et de restauration prend en charge toutes les formes, éditions et versions de base de données de machines bare metal et de machines virtuelles. Exadata n’est actuellement pas pris en charge. Cependant, pour Exadata, vous pouvez configurer manuellement RMAN (Recovery Manager) pour la sauvegarde et la récupération.

  • Quels types de sauvegardes sont actuellement pris en charge par la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration ?

    Les sauvegardes complètes à la demande et les sauvegardes incrémentielles automatiques sont actuellement prises en charge.

  • Quelle est la durée de conservation de la configuration des sauvegardes incrémentielles automatiques à l’aide de la fonction de sauvegarde et de restauration ?

    La période de rétention pour les sauvegardes incrémentielles automatiques est de 30 jours.

  • Puis-je définir ma propre période de conservation des sauvegardes ou la fréquence de mes sauvegardes incrémentielles automatiques ?

    Non, vous ne pouvez pas contrôler ces paramètres à l’aide de la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration. Cependant, vous pouvez utiliser l’option RMAN manuelle pour configurer une période et une fréquence de rétention personnalisées.

  • Quel est le calendrier des sauvegardes incrémentielles automatiques que vous configurez à l’aide de la fonction de sauvegarde et de restauration ?

    Lorsque vous activez les sauvegardes automatiques pour une base de données, Oracle Cloud Infrastructure Database Cloud Service crée la sauvegarde de premier niveau (0). Après la première sauvegarde, les sauvegardes de niveau 1 seront exécutées tous les jours jusqu’au week-end suivant. Chaque week-end, une nouvelle sauvegarde de niveau 0 sera créée. Les sauvegardes automatiques activées pour la première fois après le 20 novembre 2018 sur n’importe quelle base de données s’exécuteront entre 00h00 et 06h00 dans le fuseau horaire de la région du système de base de données. Si vous avez activé les sauvegardes automatiques sur une base de données avant cette date, la fenêtre de sauvegarde de la base de données continuera à être comprise entre 00h00 et 06h00 UTC.

  • Les sauvegardes de la base de données sont-elles cryptées ?

    Oui, toutes vos sauvegardes sont cryptées avec la même clé principale utilisée pour le cryptage TDE.

  • Quelles sont les mesures prises pour que mes sauvegardes ne soient pas perdues ?

    Vos sauvegardes sont stockées dans Oracle Cloud Infrastructure Object Storage. Oracle Object Storage a été conçu pour être extrêmement durable. Les données sont stockées de manière redondante sur plusieurs serveurs de stockage et sur plusieurs domaines de disponibilité. L’intégrité des données est activement surveillée à l’aide de sommes de contrôle et les données corrompues sont détectées et réparées automatiquement. Toute perte de redondance des données est automatiquement détectée et corrigée automatiquement, sans impact sur le client.

  • Dans quelles circonstances mes sauvegardes peuvent-elles échouer lors de l’utilisation de la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration ?

    Si vous utilisez la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration, vos opérations de sauvegarde peuvent échouer si le répertoire ou le système de base de données ne se trouve pas dans un état ”Disponible”. Des actions telles que l’application de correctifs, l’ajout de clés SSH et les opérations Data Guard peuvent modifier l’état du répertoire ou du système de base de données. Pour éviter toute défaillance de la sauvegarde, assurez-vous que ces actions ne sont pas effectuées pendant la fenêtre de sauvegarde (00h00 - 06h00 UTC). Si une sauvegarde incrémentielle automatique échoue, Database Cloud Service tente à nouveau l’opération dans la fenêtre de sauvegarde du jour suivant. En cas d’échec de la sauvegarde à la demande, vous devez réessayer manuellement l’opération lorsque le répertoire et le système de base de données sont disponibles.

  • Quelles sont les options disponibles pour restaurer ma base de données à partir d’une sauvegarde ?

    Si vous utilisez la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration, vous pouvez restaurer votre base de données à l’état le plus récent, à un point dans le temps ou à un état validé de la base de données défini par le numéro de changement système (SCN). Cependant, vous pouvez utiliser l’option dbcli ou RMAN pour davantage d’options de restauration.

  • Comment puis-je trouver mon numéro SCN ?

    Vous pouvez trouver le numéro SCN en accédant à votre base de données ou à tout journal archivé ou en ligne.

  • Puis-je créer une nouvelle base de données à partir d’une sauvegarde ?

    Oui, vous pouvez également créer une nouvelle base de données à partir d’une sauvegarde dans un système de base de données existant ou nouveau. Cependant, la base de données à partir de laquelle la sauvegarde a été générée doit être supprimée avant d’utiliser la sauvegarde à cette fin. Pour une sauvegarde à partir d’un système de base de données de machine virtuelle, vous devez terminer l’instance de base de données à partir de laquelle la sauvegarde a été effectuée avant d’utiliser cette sauvegarde dans un système de base de données nouveau ou existant.

  • Puis-je choisir un autre système de base de données, un autre compartiment ou un autre domaine de disponibilité pour créer une nouvelle base de données à partir d’une sauvegarde ?

    Oui, vous pouvez choisir n’importe quel système de base de données existant ou en créer un nouveau dans n’importe quel compartiment. Cependant, le nouveau système de base de données ou le système existant doit appartenir au même domaine de disponibilité que celui où votre sauvegarde est hébergée. Si vous créez un nouveau système de base de données, l’édition du logiciel Oracle Database que vous spécifiez doit être égale ou ultérieure à celle de la base de données sauvegardée. En outre, la forme que vous spécifiez doit être du même type que la base de données à partir de laquelle la sauvegarde a été effectuée. Par exemple, si vous utilisez une sauvegarde d’une base de données à 1 nœud, le système de base de données que vous sélectionnez comme cible doit également être un système de base de données à 1 nœud.

  • Les sauvegardes incrémentielles automatiques sont-elles activées par défaut ?

    Non, les sauvegardes incrémentielles automatiques ne sont pas activées par défaut. Vous pouvez activer cette option lors de la création de la base de données ou à tout moment après sa mise en service.

  • Qu’advient-il de mes sauvegardes après la fermeture de mon système de base de données ?

    Oracle vous recommande vivement de mettre fin à toutes les bases de données d’un système de base de données avant de mettre fin au système. Lorsque vous mettez fin à une base de données, vous pouvez choisir de créer une sauvegarde finale qui restera dans Object Storage en tant que sauvegarde autonome. Vous pouvez restaurer ultérieurement cette sauvegarde autonome en tant que nouvelle base de données.

  • Comment migrer mes données de ma base de données Oracle Database sur site vers Database Cloud Service ?

    Vous pouvez configurer manuellement RMAN pour déplacer la sauvegarde de votre base de données vers Oracle Cloud Infrastructure Object Storage, et utiliser cette sauvegarde pour créer une base de données dans un système de base de données nouveau ou existant.

    Haute disponibilité

  • Comment configurer des bases de données hautement disponibles avec Oracle Database Cloud Service ?

    Vous pouvez lancer des systèmes de base de données dans différents domaines de disponibilité et configurer Data Guard pour la configuration de bases de données Oracle hautement disponibles. Oracle Data Guard assure la haute disponibilité, la protection des données et la reprise après sinistre pour les données d’entreprise. Data Guard fournit un ensemble complet de services qui créent, maintiennent, gèrent et surveillent une ou plusieurs bases de données en attente.

    Vous pouvez consulter les sections Data Guard pour la haute disponibilité et Meilleures pratiques de l’architecture MAA (Maximum Availability Architecture) pour plus d’informations sur la mise en œuvre d’une configuration sans perte de données et à haute disponibilité de bases de données Oracle.

  • Qu’est-ce qu’un domaine de disponibilité et pourquoi est-il pertinent de configurer des bases de données sur Oracle Database Cloud Service ?

    Un domaine de disponibilité (AD - Availability Domain) est le sous-composant d’une région conçue pour être indépendante et hautement fiable. Chaque AD est construit avec une infrastructure totalement indépendante, telle que des bâtiments, des générateurs d’énergie, des équipements de refroidissement et une connectivité réseau. En cas de catastrophes extrêmement rares, telles que des incendies ou des inondations, un seul AD est affecté. En outre, les AD de la même région sont connectés à un réseau haute vitesse et à faible temps de latence, ce qui permet aux clients de créer et d’exécuter des applications et des charges de travail hautement fiables avec un impact minimal sur la latence et les performances des applications.

    Ces AD indépendants des pannes permettent aux clients de créer des applications hautement disponibles dans le Cloud sans sacrifier les performances. Nous vous recommandons vivement de placer les bases de données principale et de secours dans différents AD pour vous assurer qu’elles sont protégées des défaillances courantes illustrées ci-dessus.

  • Quelles éditions de base de données Database Cloud Service prennent en charge la fonctionnalité Data Guard ?

    Toutes les éditions de base de données d’entreprise prennent en charge la fonctionnalité Data Guard. L’édition Enterprise Extreme Performance prend en charge Active Data Guard.

  • Quels sont les avantages de la configuration de Data Guard via Database Cloud Service par rapport à la configuration manuelle de Data Guard ?

    Database Cloud Service fournit la configuration de Data Guard à l’aide de la console Oracle Cloud Infrastructure et des API REST.

    En quelques clics, vous pouvez activer Data Guard et effectuer des actions de basculement et de rétablissement. Vous pouvez également configurer un contrôle d’accès granulaire pour la fonctionnalité à l’aide d’Oracle Identity and Access Management Service. L’utilisation de cette fonctionnalité est gratuite.

  • Quelles formes et versions de base de données prennent en charge la fonctionnalité Data Guard ?

    Toutes les formes de machine virtuelle et de bare metal à 1 nœud et à 2 nœuds sont prises en charge par la fonctionnalité Data Guard. Exadata n’est actuellement pas pris en charge. Toutefois, vous pouvez configurer Data Guard manuellement pour Exadata en vous connectant à votre hôte et en accédant à l’interface de ligne de commande Data Guard (DGMGRL). En savoir plus sur DGMGRL.

  • Quelles fonctionnalités sont actuellement prises en charge par la fonctionnalité Data Guard ?

    Les fonctions de basculement et de restauration sont actuellement prises en charge. Toutefois, vous pouvez configurer manuellement Data Guard en vous connectant à votre hôte et en accédant à l’interface de ligne de commande Data Guard (DGMGRL). En savoir plus sur DGMGRL.

  • Quels modes de protection et types de transport sont pris en charge par la fonctionnalité Data Guard ?

    Le mode de protection Maximum Performance et le type de transport Async sont actuellement pris en charge. Toutefois, vous pouvez configurer des modes de protection et des types de transport supplémentaires en vous connectant au système de base de données et en accédant à l’interface de ligne de commande Data Guard (DGMGRL). En savoir plus sur DGMGRL.

  • Quelles sont les conditions préalables à la configuration du réseau pour utiliser la fonctionnalité Data Guard ?

    Pour configurer Data Guard, les systèmes de base de données primaire et secondaire doivent se trouver sur le même VCN et le port 1521 doit être ouvert sur les deux systèmes de base de données. Les systèmes de base de données peuvent être dans différents sous-réseaux.

  • Puis-je configurer Data Guard sur plusieurs domaines de disponibilité ?

    Oui, vous pouvez configurer Data Guard dans le même ou dans différents domaines de disponibilité d’une région. Toutefois, Oracle vous recommande de mettre en œuvre votre configuration Data Guard sur plusieurs domaines de disponibilité.

  • Puis-je configurer Data Guard sur les régions Oracle Cloud Infrastructure ?

    Oui, vous pouvez configurer Data Guard sur plusieurs régions, mais la fonctionnalité Database Cloud Service Data Guard ne la prend actuellement pas en charge. Vous pouvez configurer manuellement Data Guard sur plusieurs régions en vous connectant à votre hôte et en utilisant DGMGRL. Vous devez activer une passerelle Internet sur les VCN du système de base de données principal et de secours pour Data Guard afin de transporter les journaux entre les régions. En savoir plus sur DGMGRL.

  • Puis-je configurer Data Guard sur plusieurs compartiments ?

    Non, la configuration de Data Guard sur plusieurs compartiments n’est actuellement pas prise en charge.

  • Le système de base de données des bases de données primaires et de secours doit-il avoir la même forme et la même édition ?

    Oui, pour activer une association Data Guard à l’aide de la fonction Data Guard, la forme et l’édition du système de base de données de secours doivent être identiques à celles du système principal.

  • Quelle sera la version de la base de données de secours quand elle sera créée par la fonction Data Guard du service Database Cloud ?

    La base de données de secours est créée avec la même version de base de données que celle de la base de données principale.

  • Puis-je configurer Managed Broker et effectuer des opérations telles que le basculement automatisé à l’aide de la fonctionnalité Data Guard ?

    Non, la fonctionnalité Managed Broker n’est actuellement pas prise en charge par la fonctionnalité Data Guard. Toutefois, vous pouvez configurer manuellement les configurations Managed Broker en vous connectant à votre hôte de base de données et en accédant à l’interface de ligne de commande Data Guard (DGMGRL). En savoir plus sur DGMGRL.

  • Comment puis-je supprimer les associations Data Guard à l’aide de la fonctionnalité Data Guard ?

    Pour supprimer l’association Data Guard à l’aide de la fonctionnalité Data Guard, vous devez d’abord supprimer la base de données de secours. Une fois la base de données de secours supprimée, l’association Data Guard sera automatiquement supprimée.

  • Comment puis-je terminer ma base de données principale dans une configuration Data Guard ?

    À l’aide de la fonction Data Guard, vous devez d’abord supprimer votre base de données de secours avant de pouvoir supprimer votre base de données principale. Vous pouvez également lancer une opération de basculement pour que la base de données principale soit maintenant de secours, puis mettre fin à celle de secours.

  • Puis-je créer plusieurs bases de données de secours ?

    Non, vous ne pouvez créer qu’une seule base de données de secours physique à l’aide de la fonctionnalité Data Guard. Toutefois, vous pouvez créer manuellement plusieurs bases de données de secours en vous connectant à votre système de base de données et en accédant à DGMGRL. En savoir plus sur DGMGRL.

  • Puis-je configurer Data Guard entre ma base de données sur site et une base de données Oracle Cloud Infrastructure ?

    Oui, vous pouvez configurer Data Guard entre une base de données sur site et une base de données Oracle Cloud Infrastructure. Vous pouvez configurer manuellement Data Guard entre votre base de données sur site et une base de données Oracle Cloud Infrastructure à l’aide de DGMGRL. En savoir plus sur DGMGRL.

  • Puis-je contrôler l’accès aux actions Data Guard à l’aide des contrôles Oracle Identity and Access Management ?

    Oui, vous pouvez contrôler l’accès aux fonctionnalités Data Guard à l’aide d’Oracle Identity and Access Management. En savoir plus sur Oracle Identity and Access Management.

  • Comment puis-je appliquer des correctifs aux bases de données dans une configuration Data Guard principale et de secours ?

    Vous pouvez appliquer des correctifs à la base de données dans une configuration Data Guard principale et de secours. Vous devez d’abord corriger manuellement votre configuration de secours, puis basculer votre configuration principale pour la corriger.

  • Comment puis-je sauvegarder des bases de données dans une configuration Data Guard ?

    Vous pouvez utiliser la fonctionnalité de sauvegarde et de restauration Oracle Cloud Infrastructure Database pour sauvegarder et restaurer vos bases de données principales. Si vous souhaitez activer la sauvegarde pour une configuration de secours, vous pouvez le faire en accédant à l’hôte de votre base de données de secours et à l’aide de RMAN (Recovery Manager).

  • Comment puis-je rétablir ma base de données principale en échec dans un état de base de données principale ?

    En utilisant la fonction Data Guard, une fois que vous basculez votre base de données principale, elle prend l’état De secours désactivé. Une fois que vous avez résolu le problème lié à cette base de données de secours désactivée, vous pouvez rétablir le fonctionnement du rôle De secours. Ensuite, vous pouvez basculer sur cette base de données de secours pour revenir au rôle principal.

  • Puis-je utiliser mon instance de secours pour des opérations de lecture ou d’écriture ?

    Oui, avec une configuration Active Data Guard, vous pouvez utiliser les instances de secours pour des opérations en lecture seule. Les opérations d’écriture ne sont pas activées sur une configuration de secours.

  • Comment puis-je savoir quand ma base de données principale a basculé sur la base de données de secours ?

    Notre recommandation est d’utiliser Enterprise Manager pour surveiller vos systèmes de base de données gérés par Oracle Cloud Infrastructure. Si vous activez les opérations du journal d’audit sur l’instance, vous pouvez également afficher les journaux pour savoir quand le serveur principal a basculé.

  • Combien de temps dure un basculement de base de données ?

    Pour les configurations RAC à 2 nœuds, le basculement doit se faire en quelques dizaines de secondes. Toutefois, si le basculement a lieu entre deux instances appartenant à des AD différents avec Data Guard, le basculement doit durer moins de deux minutes.

  • La forme du RAC à 2 nœuds couvre-t-elle tous les domaines de disponibilité (AD) ?

    Non, la forme du RAC à 2 nœuds est un ensemble sur deux serveurs au sein du même AD, mais de racks différents. Le stockage est partagé entre les deux instances. Cette configuration offre une protection contre les pannes matérielles sur l’instance. Pour une disponibilité plus élevée, nous vous recommandons de configurer une autre forme de RAC à 2 nœuds dans un AD distinct.

  • Puis-je accéder à l’instance pour rechercher directement dans les journaux toute opération de base de données ?

    Oui, avec un accès racine au système de base de données, vous pouvez vérifier et auditer toutes les opérations des bases de données du système.