Fusions des systèmes informatiques

Migration de l’ERP dans le Cloud
Comment réussir une fusion des systèmes informatiques en 2017

Miguel Vergara, évangéliste EPM chez Oracle, @EPM_insight


Une fusion réussie repose sur une intégration informatique bien équilibrée

Nous connaissons peut-être le climat économique le plus instable des dernières décennies, mais de nombreuses entreprises ont trouvé au moins un côté positif à toutes ces incertitudes : l’activité de fusions-acquisitions est en hausse.

Selon Thompson Reuters, en Europe, les fusions-acquisitions ont atteint les 215,3 milliards de dollars au cours du premier trimestre 2017. Soit un bond de 16 % comparé à la même période l’année dernière. Cette augmentation est largement liée aux taux de change avantageux qui profitent aux entreprises américaines et au retour à l’optimisme politique dans l’Union européenne.

 

« C’est une approche à court terme qui se soldera certainement par une perte d’efficacité. C’est d’ailleurs par ce même raisonnement que tant de grandes entreprises se sont retrouvées avec des systèmes informatiques inutilement complexes au fil des années. »

On assiste également à une augmentation des acquisitions des entreprises du secteur technologique, surtout celles qui ont développé des services, des produits ou des algorithmes de pointe, par des acteurs bien établis espérant garder une longueur d’avance sur leurs concurrents.

Par ailleurs, quatre entreprises sur cinq ont déclaré qu’elles seraient susceptibles de céder des parties de leur organisation cette année. Au vu de tous ces éléments, l’année 2017 sera sans doute une année sans précédent pour les fusions-acquisitions.

Faire table rase du passé pour améliorer les modes de travail

L’opportunisme est une attitude essentielle dans un marché incertain, mais faire le choix d’acquérir une autre entreprise est la partie la plus simple. Le plus difficile est de dégager suffisamment tôt de la valeur d’une activité récemment acquise tout en gérant les complexités d’un projet d’intégration de très grande ampleur.

Démonstration Finance moderne

Guide d’évaluation : Préparer la voie vers un ERP plus affûté dans le Cloud

L’intégration de deux organisations distinctes est un processus nuancé qui donne trop souvent lieu à des dépassements de budget. Elle nécessite une longue planification, une équipe informatique qui s’est préparée au changement et des systèmes suffisamment flexibles pour supporter les nouveaux modes de travail. Tout en ayant connaissance de ces impératifs, plus de 20 % des entreprises continuent à prévoir un budget trop court pour l’intégration post-fusion.

Les équipes informatiques font face à une pression énorme pour rendre les systèmes opérationnels. Elles peuvent être tentées de renoncer à l’intégration et de préférer gérer les systèmes des deux entreprises en parallèle. C’est une approche à court terme qui se soldera certainement par une perte d’efficacité. C’est d’ailleurs par ce même raisonnement que tant de grandes entreprises se sont retrouvées avec des systèmes informatiques inutilement complexes au fil des années.

 

« Contrairement aux anciens systèmes manquant de flexibilité, les plateformes Cloud sont hautement configurables et peuvent s’adapter à l’évolution des besoins de l’entreprise, presque du jour au lendemain. »

Les entreprises doivent envisager les fusions comme une occasion de repenser leur approche informatique et de découvrir de nouveaux modes de travail plus efficaces. Selon les termes de McKree Lake d’Accenture : « Cette opportunité est une fenêtre qui n’est ouverte que pendant un temps imparti ».

Arriver au juste équilibre

La consolidation complète n’est pas la solution, bien évidemment, mais un certain degré d’intégration est toujours nécessaire pour harmoniser les processus des deux entreprises et pour travailler plus efficacement à long terme.

Démonstration Finance moderne

Guide d’évaluation : Préparer la voie vers un ERP plus affûté dans le Cloud

Il est possible que l’acquérant souhaite standardiser uniquement les principaux processus de sa nouvelle acquisition, afin de maintenir la gestion de son back-office aussi simple que possible. Mais il peut arriver qu’il y ait suffisamment de similitudes entre les systèmes utilisés par les clients des deux entreprises pour chercher à les consolider. Certaines stratégies seront propres à un projet spécifique, mais l’objectif final reste le même : les deux entreprises doivent conserver suffisamment d’autonomie pour pouvoir servir les clients, tout en collaborant pour rendre leurs processus aussi simples et économiques que possible.

Les applications basées sur le Cloud ont beaucoup facilité ces initiatives. Contrairement aux anciens systèmes manquant de flexibilité, les plateformes Cloud sont hautement configurables et peuvent s’adapter à l’évolution des besoins de l’entreprise, presque du jour au lendemain. Étant donné qu’elles ne sont pas limitées par un espace physique, elles peuvent également suivre la croissance bien plus rapidement.

En outre, le Cloud demande une configuration minimale ; les équipes informatiques peuvent donc commencer à gérer des applications dans le Cloud presque immédiatement et concentrer leurs efforts sur les activités à valeur ajoutée qui contribuent à la croissance.

 

« Les deux entreprises doivent veiller à adopter une combinaison stratégique de ces ressources précieuses afin de réellement tirer profit l’une de l’autre. »

Donner la priorité aux données

De nombreux projets de fusions-acquisitions ne portent pas leurs fruits à cause de la façon dont les deux entreprises utilisent et partagent leurs données. Aujourd’hui, les entreprises collectent d’énormes volumes de données relatives aux clients et au marché qui sont indispensables pour élaborer leurs stratégies. IDC prévoit une multiplication par 10 des données d’ici 2025, dont la plupart seront contrôlées par les entreprises.

Comment les entreprises peuvent-elles gérer toutes leurs données combinées et ne garder que celles qui sont précieuses sans perdre des informations importantes en cours de route ? Même s’il semble plus simple pour elles de continuer à collecter et à utiliser leurs données séparément, les deux entreprises doivent veiller à adopter une combinaison stratégique de ces ressources précieuses afin de réellement tirer profit l’une de l’autre.

Démonstration Finance moderne

Guide d’évaluation : Préparer la voie vers un ERP plus affûté dans le Cloud

Dernièrement, Oracle a organisé l’événement Modern Business Experience à Paris, où de nombreux participants ont pu comprendre pourquoi les entreprises disruptives travaillent avec un data scientist sur quasiment tous leurs projets. Ces sociétés recherchent constamment de nouveaux moyens d’utiliser leurs données pour mieux séduire les clients, qui continuent de leur être fidèles et partagent donc toujours plus de données pouvant être utilisées pour créer de nouveaux flux de revenus.

C’est une des raisons pour lesquelles les entreprises du secteur technologique constituent de si bons candidats pour l’acquisition, mais les entreprises traditionnelles doivent également en tirer des enseignements : lors d’une fusion avec une autre entreprise, votre ressource la plus précieuse peut être gâchée si vous n’adoptez pas une culture de la donnée qui vous permet d’unir vos forces.

Bien trop souvent, les projets de fusion-acquisition échouent à cause d’intégrations complexes. Les coûts peuvent facilement devenir incontrôlables lorsque vous adaptez les systèmes informatiques et les opérations métier tout en essayant d’aligner deux cultures de travail distinctes. Les entreprises qui veulent s’inscrire dans le mouvement actuel des fusions-acquisitions doivent s’assurer que leur approche de l’informatique et leur approche de l’activité les aideront à concrétiser leur vision.


En savoir plus

Nous sommes là pour vous aider

Contacter un conseiller commercial

S’inscrire par thème