Gestion du capital humain

À quelques semaines de Noël, que trouve-t-on sur la liste de souhaits des services RH ?

À quelques semaines
de Noël, que trouve-t-on
sur la liste de souhaits
des services RH ?

Mélanie Hache-Barrois,
directrice de la stratégie HCM chez Oracle @mhacheB


Les services RH se trouvent à mi-parcours de la transformation digitale : voici les priorités de 2017.

2016 restera l’année de la transformation digitale. Elle a vu des entreprises bien établies, telles qu’ENGIE, AXA et Vinci, réinventer leur approche RH. Elle a également donné naissance à un écosystème de start-ups RH, notamment ZestMeUp, PahtMotion et SpeachME, qui ont rapidement apporté de nouvelles idées et approches au secteur.

Les équipes RH sont impatientes de mettre ces nouvelles idées en pratique l’année prochaine. Voici trois de ces idées qui devraient se trouver en tête des listes de Noël de toutes les entreprises :

Une culture de la continuité

Les technologies numériques et mobiles ont instauré une culture de l’immédiateté. Quelques secondes suffisent pour partager nos expériences à l’aide de selfies, nous pouvons acheter des marchandises en ligne en seulement quelques clics et nous pouvons recueillir les notifications sur nos téléphones de manière à être certain d’être immédiatement informés des questions qui nous intéressent.

 La mise en place de ces processus et technologie pour créer une culture de la continuité permettra aux employés de gagner en qualité de travail tout en renforçant leur engagement dans ce qu’ils accomplissent.  

Ce constat vaut également pour l’environnement de travail. La commodité et la continuité sont essentielles. Les employés veulent un retour continu de la part de leurs responsables. Ils veulent également bénéficier d’opportunités de formation continue et, dans une large mesure, ils souhaitent que leur employeur leur permette de collaborer en continu.

La mise en place de ces processus et technologie pour créer une culture de la continuité permettra aux employés de gagner en qualité de travail tout en renforçant leur engagement dans ce qu’ils accomplissent.

Une nouvelle expérience utilisateur

De la même façon que les technologies digitales ont modifié notre relation au temps, elles ont également augmenté nos attentes en matière d’appareils connectés. Le problème vient du fait que la technologie RH n’a pas réussi à suivre cette évolution.

Comme l’explique Manuel Diaz, Président d’Emakina : « l’expérience client cinq étoiles » a été conçue pour les consommateurs. L’expérience client des collaborateurs est à l’expérience client de la vente au détail ce que les terrains de camping sont aux hôtels de luxe. Alors que 2 minutes peuvent suffire à une personne pour réserver des vacances sur son smartphone, elle peut devoir passer des heures à parcourir des pages de connexion et de systèmes complexes pour rechercher de simples détails sur ses congés payés.

 Les responsables RH doivent se mettre à la place des collaborateurs grâce à des méthodes telles que l’Employee Experience Journey Mapping afin d’anticiper ces difficultés administratives et de les éliminer de leurs processus.  

Les services RH doivent combler cette lacune. Non seulement ces problèmes ralentissent les processus, mais ils engendrent également des relations médiocres entre les employés et l’entreprise. Les responsables RH doivent se mettre à la place des collaborateurs grâce à des méthodes telles que l’Employee Experience Journey Mapping afin d’anticiper ces difficultés administratives et de les éliminer de leurs processus.

Une expérience utilisateur simple et efficace figure certainement en haut de la liste de souhaits des employés et les services RH doivent être prêts à y répondre s’ils souhaitent favoriser le bien-être de leurs précieux talents.

Personnaliser à l’aide de chatbots

La relation entre employés et RH doit être individualisée, mais dans une entreprise comptant des centaines de collaborateurs, ce principe n’est pas toujours facile à mettre en œuvre. Les chatbots peuvent être une solution.

La comparaison peut sembler simpliste mais les chatbots sont aux processus RH ce qu’un aspirateur-robot est au ménage. Mon aspirateur-robot ne nettoie pas seulement le sol à ma place. Il enregistre automatiquement chaque recoin de mon appartement et aspire donc partout sans le moindre effort de ma part. Il effectue une tâche importante exigeant peu de réflexion (passer l’aspirateur) ce qui me permet de me concentrer sur d’autres tâches plus importantes comme terminer un livre ou apprendre à jouer d’un instrument de musique.

 Les chatbots sont des outils puissants qui peuvent réduire considérablement les charges administratives et libérer les responsables RH afin qu’ils puissent s’occuper de questions plus importantes comme la pénurie croissante des compétences et l’environnement économique de plus en plus incertain.  

Les chatbots peuvent s’occuper des tâches à faible valeur ajoutée qui sont importantes mais accaparent beaucoup les équipes RH (questions concernant les congés, questions sur les précédentes évaluations des performances, voire des demandes de création de cartes de visite) afin que celles-ci puissent se concentrer sur des initiatives plus stratégiques. Dans une large mesure, grâce à l’intelligence artificielle (IA) de plus en plus sophistiquée, les employés peuvent interagir avec les chatbots d’une manière qui paraisse personnalisée et familière.

Nous n’en sommes qu’au début des chatbots et ceux-ci ne permettent pas encore de traiter des tâches plus complexes. Il n’est pas non plus à craindre que les technologies IA remplacent un jour complètement les RH. Cela dit, les chatbots sont des outils puissants qui peuvent réduire considérablement les charges administratives et libérer les responsables RH afin qu’ils puissent s’attaquer à des questions plus importantes comme la pénurie croissante des compétences et l’environnement économique de plus en plus incertain.

Vous savez maintenant ce que je souhaite à tous les services RH qui cherchent à se moderniser.

Qu’espérez-vous cette année ?