Human Capital Management

Processeur SPARC M7

Miser sur les reseaux pour impliquer les effectifs

Andy Campbell, Directeur de la stratégie HCM chez Oracle @axcampbe


Les technologies permettent d’améliorer la collaboration au travail, mais seulement si leur mise en place tient compte de la culture et des valeurs de l’entreprise.

Il est évident que lorsque l’on retrouve sa messagerie électronique pleine au retour de vacances, copié dans une chaîne sans fin d’e-mails avec le reste de l’entreprise, on a du mal à penser que les technologies numériques sont synonymes de productivité et d’engagement des salariés et d’une communication de travail efficace.

Mais ne confondons pas mauvaise méthode et mauvais outil de travail. Les technologies digitales sont le secret d’un engagement efficace : nous devons simplement nous assurer de mieux les utiliser.

Vous vous souvenez peut-être de la première fois où votre entreprise vous a confié un smartphone, un ordinateur portable ou une tablette, ou la première fois où on vous a accordé un accès distant aux systèmes et aux dossiers. Depuis, les technologies et les plateformes collaboratives, et les réseaux sociaux ont repoussé les limites de l’engagement numériques encore plus loin.

Mais ces changements ont leur lot d’inconvénients. Nos données personnelles sont désormais presque totalement transparentes. Peu importe les précautions que nous prenons, notre vie est connue de tous. Cela change la manière dont nous travaillons ensemble et nous communiquons ; les entreprises doivent donc repenser la façon dont ils gèrent leurs salariés.

Ceux d’entre nous qui ont vu ces changements s’opérer les ont adopté avec réticence ou enthousiasme, mais les jeunes recrues qui entrent aujourd’hui dans le monde du travail n’ont jamais vécu sans ces technologies. Ce sont des « enfants du numérique » et l’utilisation des technologies dans leur vie personnelle a façonné leur avis sur la manière de les utiliser au travail.

Ces nouveaux actifs sont plus exigeants que jamais avec leur employeur. Et dans un monde où la demande en talents est forte et la fidélité à l’employeur moins systématique, particulièrement chez les jeunes recrues, les entreprises doivent agir et satisfaire ces attentes si elles veulent garder leurs salariés, mais aussi s’assurer qu’ils s’investissent au maximum.

Collaborer et écouter

Les collaborateurs veulent tous une expérience de travail personnalisée et ce quelque soit leur ancienneté dans l’entreprise. À l’heure où les entreprises comprennent que leurs clients ont chacun des besoins et des préférences qui leur sont propres, elles doivent reconnaître que chaque employé possède des compétences et des aspirations différentes qu’il faut prendre en compte. C’est là le secret pour consolider un effectif et fidéliser des employés engagés.

 Les collaborateurs veulent tous une expérience de travail personnalisée et ce quelque soit leur ancienneté dans l’entreprise.  

Les employeurs doivent également instaurer une culture des échanges via les médias sociaux. Il ne s’agit pas de laisser les collaborateurs « liker » des photos de chats ou de bébés à longueur de journée sur Facebook, mais plutôt de comprendre que les salariés veulent interagir de manière fluide et immédiate, même au travail. Ils veulent pouvoir partager rapidement des informations avec leurs collègues, obtenir des retours instantanés et puiser dans les connaissances de leurs collègues pour effectuer leur travail au mieux.

Les équipes RH jouent un rôle majeur dans l’instauration de cette culture et dans la transformation de l’approche de l’engagement dans l’entreprise. La comparaison à Facebook n’est pas anodine. Nous pouvons jeter un œil à Facebook à tout moment pour savoir ce que devient un ami, ses dernières activités et ce qu’il prévoit de faire. Nous pouvons lui donner des conseils pour son prochain voyage ou répondre à une question qu’il a publiée. Nous pouvons rapidement organiser des événements ou mobiliser un groupe de personnes.

Ce que cet exemple prouve, c’est que la collaboration sociale abat les barrières. Elle offre davantage d’options pour partager des contenus, puiser dans les connaissances et les compétences de chacun, et trouver des solutions innovantes aux problèmes. Ces avantages sont tout aussi évidents dans un environnement professionnel. Une entreprise ayant une culture collaborative brise les barrières imaginaires entre les services et les niveaux hiérarchiques pour que les salariés puissent travailler ensemble de manière plus efficace et innover plus rapidement.

 Une entreprise ayant une culture collaborative brise les barrières imaginaires entre les services et les niveaux hiérarchiques pour que les salariés puissent travailler ensemble de manière plus efficace et innover plus rapidement.  

Les managers doivent également utiliser les outils collaboratifs

S’appuyer sur les réseaux sociaux pour impliquer les salariés a un impact tout aussi important sur l’amélioration de la gestion d’équipe. De nombreuses entreprises ont encore énormément recours aux processus manuels, aux documents statiques et aux périodes d’évaluation fixes pour encadrer les salariés. La fluidité, le retour instantané et les conversations bilatérales qui profitent réellement aux salariés manquent cruellement dans cette approche. Celle-ci est obsolète, donne l’impression que l’entreprise néglige le développement des salariés et donc exaspère les collaborateurs.

Il faut qu’un salarié puisse partager aussi facilement ses réalisations professionnelles avec son chef d’équipe et recevoir des retours qu’il partage ses réalisations personnelles avec ses contacts Twitter ou Facebook. La conversation avec leur chef doit être permanente, d’actualité et immédiate. Généralement, les gens mettent à jour leurs flux sociaux au minimum toutes les semaines, ce qui remet en question la pertinence des entretiens annuels à l’ère du numérique.

Tout repose sur la culture

Une approche plus ouverte, axée sur les salariés améliore la culture de travail dans l’ensemble de l’entreprise. Elle abat les barrières internes et permet aux salariés d’accéder aux informations dont ils ont besoin, plutôt que de les noyer sous un flot d’informations via des canaux de communication unilatéraux. Elle aide à établir des relations authentiques entre collègues, équipes et chefs d’équipe, et favorise le sentiment d’inclusion et de reconnaissance.

Il est également intéressant de noter que les avantages ne touchent pas seulement les employés actuellement en poste. Une culture d’entreprise attrayante sera également attrayante aux yeux des candidats et des futures recrues. Alors que la pénurie de compétences chez les jeunes n’a jamais été aussi aiguë et que les travailleurs expérimentés approchent de la retraite, les entreprises doivent être créatives pour attirer les meilleurs talents.

 Une culture d’entreprise attrayante sera également attrayante aux yeux des candidats et des futures recrues.  

Pour finir, il est essentiel que les entreprises puissent analyser l’efficacité des approches sociales et collaboratives qu’elles ont mis en place.  C’est indispensable si les équipes RH veulent s’assurer que ces initiatives répondent aux besoins de l’entreprise, qu’elles bénéficient aux salariés, et que personne dans l’entreprise n’est oublié ni exclu.