Orange trouve un “vecteur de transformation”

Orange
L’opérateur de télécommunications, Orange trouve un « vecteur de transformation »

Michael Hickins, Director of Strategic Communications chez Oracle


L’opérateur de téléphonie fixe et mobile Orange consolide ses systèmes financiers afin de permettre à ses collaborateurs des services financiers de se consacrer à des tâches plus constructives pour l’entreprise dans l’optique de son plan stratégique baptisé Essentiels 2020.

Du point de vue du service financier, ce plan s’articule autour d’un élément central : remplacer par Oracle ERP Cloud les systèmes ERP provenant de différents fournisseurs ou développés en interne, systèmes permettant de gérer les relations avec les fournisseurs d’équipements de télécommunications, les techniciens et d’autres sous-traitant. « Le système de gestion est essentiel pour nos opérations, et s’il est défaillant, il peut paralyser l’entreprise tout entière », affirme Christophe Eouzan, le directeur comptable de l’opérateur.

« L’utilisation du cloud implique de recourir à des processus standard », poursuit M. Eouzan. « On pourrait penser que c’est un inconvénient, car du jour au lendemain nous ne pouvons plus travailler comme avant, mais c’est tout le contraire. C’est un formidable vecteur de transformation. En fait, c’est un changement positif qui nous oblige à repenser tous nos processus internes. »

Orange a piloté le système ERP basé sur le cloud dans une de ses petites filiales en juin 2016, et les résultats ont été suffisamment probants pour que M. Eouzan pense que l’entreprise, dont la capitalisation boursière s’élève à 42 milliards USD, utilisera l’ensemble des fonctionnalités du système d’ici fin 2018.

 Orange a piloté le système ERP basé sur le cloud dans une de ses petites filiales en juin 2016, et les résultats ont été suffisamment probants pour que M. Eouzan pense que l’entreprise, dont la capitalisation boursière s’élève à 42 milliards USD, utilisera l’ensemble des fonctionnalités du système d’ici fin 2018. 

Christophe Eouzan s’est fixé trois objectifs pour s’assurer que le groupe financier remplisse ses obligations du plan Essentiels 2020 : dégager du temps pour les collaborateurs du back-office, que ceux-ci pourront consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée, telles que la prévision ; s’assurer d’une plus grande transparence des transactions avec les fournisseurs tiers et les sous-traitants, et créer un environnement de travail qui aidera à attirer les nouveaux collaborateurs lorsque les anciens prendront leur retraite.

Orange utilise son système ERP pour, entre autres, prévoir et reprévoir ses besoins en termes d’achat, ce qui implique une centralisation des données, notamment les données de facturation, contenues dans un système distinct. « Pour moi, la finance d’entreprise doit s’assurer que les aspects transactionnels du back office fonctionnent en toute fluidité, de sorte que le reste de l’organisation financière puisse se concentrer sur des activités à valeur ajoutée », précise M. Eouzan.

Lorsqu’Orange a envisagé l’acquisition d’un système ERP, elle cherchait des fonctionnalités qui l’aideraient à moderniser ses processus, « ce qui entraînait une façon de travailler inédite », affirme-t-il. « Il se trouve que ce produit était basé sur le cloud. Nous avons opté pour un produit cloud, mais ce n’est pas nécessairement ce que nous cherchions au départ. »

La direction d’Orange a également apprécié la solide expérience d’Oracle avec d’autres opérateurs de télécommunications, ainsi que les investissements considérables qu’elle réalisait dans le développement et l’amélioration du produit, beaucoup plus importants que ceux qu’Orange aurait pu consentir seule, précise M. Eouzan. « Il se trouve que le positionnement dans le cloud a représenté un énorme avantage pour nous, non seulement d’un point de vue technique, mais aussi car il nous oblige à adopter des pratiques standard ».

Christophe Eouzan ajoute que le système ERP dans le cloud réduira le temps que les collaborateurs du back-office passent à rapprocher les demandes d’achats, les commandes et les factures des fournisseurs. Un outil de réseau social intégré facilite le suivi des transactions, conversations et documents internes.

 Il se trouve que le positionnement dans le cloud a représenté un énorme avantage pour nous, non seulement d’un point de vue technique, mais aussi car il nous oblige à adopter des pratiques standard. 

Un nouveau portail dans le système ERP permettra aux fournisseurs d’équipement et autres sous-traitants, tels que les opérateurs de centre d’appels, de bénéficier d’un accès en temps réel plus transparent aux informations relatives à leur commandes et factures en attente, indique M. Eouzan. Dans la même veine, Orange bénéficiera de procédures et de contrôles simplifiés et améliorés sur les systèmes financiers.

Avec 25 % des effectifs d’Orange qui seront à la retraite dans les quatre à cinq prochaines années, il est également primordial pour l’opérateur de créer un environnement de travail attractif pour les futures générations de collaborateurs, précise M. Eouzan. « Nous devons leur offrir des outils digitaux au moins équivalents à ceux dont ils disposent chez eux, et à ceux que nous vendons à nos clients », ajoute-t-il.

Flexibilité du système

M. Eouzan apprécie le fait que l’application cloud oblige l’opérateur à modifier ses pratiques lorsque celles-ci ne sont pas conformes à l’application, plutôt que de tenter l’inverse.

« Le système est extrêmement flexible », affirme-t-il, « et si nous constatons un besoin véritable, nous pouvons parler à Oracle. Si ce besoin concerne d’autres clients, Oracle le développe pour tous. » Et si le système ne correspond pas à une pratique existante, « nous devons nous demander pourquoi », ajoute-t-il. « La réponse est que d’autres entreprises procèdent différemment, ce qui nous oblige à réévaluer nos propres pratiques, » et incite Orange à adopter une approche plus moderne.

L’application n’est bien évidemment pas parfaite. Mais, comme elle est basée sur le cloud, Orange a réduit le nombre de personnalisations d’environ 500 pour son système ERP précédent à zéro pour l’actuel, selon Christophe Eouzan.

 Si vous travaillez sur un aspect du système ERP que vous ne connaissez pas, les formations vous guident, ce qui est très rassurant. 

Orange utilise les didacticiels à la demande d’Oracle University et les modules de formation guidée d’Oracle à chaque étape de la courbe d’apprentissage d’adoption.« Si vous travaillez sur un aspect du système ERP que vous ne connaissez pas, les formations vous guident, ce qui est très rassurant », indique M. Eouzan. Orange continue d’organiser des sessions de formation en groupe, ajoute-t-il, mais « les classeurs volumineux ont disparu ».

Lors du déploiement de l’application dans les opérations d’Orange en France d’ici au printemps, quelque 5 000 personnes qui créent des demandes d’achats, 500 comptables et 300 responsables des achats utiliseront le système. Cela ne représente certes qu’une infime partie des effectifs d’Orange, mais ces individus constituent l’épine dorsale financière de l’entreprise. La transformation de l’épine dorsale constitue les prémices de la transformation et de la modernisation de l’ensemble de l’entreprise.


En savoir plus

Nous sommes là pour vous aider

Contacter un conseiller commercial

S’inscrire par thème