La répartition des coûts et les flux de valeur

La répartition des coûts et les flux de valeur
Ce que le DAF peut apprendre du saumon du Pacifique sur la répartition des coûts

Alessandro Evangelisti, Évangéliste Finance et Supply Chain Cloud @alexevangelisti


Organisez votre entreprise autour des flux de valeur pour gagner en efficacité et réduire les coûts

La vie du saumon du Pacifique revient à une bataille perpétuelle contre le courant. Après avoir passé des années dans la mer, un saumon mature entame sa remontée longue et difficile contre le courant pour retourner dans le fleuve où il est né, et se reproduire. 

Cela constitue un exploit physique exceptionnel, mais sa capacité à retrouver son chemin et à savoir exactement la quantité d’énergie nécessaire pour passer chaque rapide ou escalader chaque chute d’eau, tout en économisant ses forces pour terminer son voyage, est tout aussi impressionnante. C’est un exemple d’ingénierie inverse poussé à l’extrême.

La finance moderne à l’ère du digital

La finance moderne à l’ère du digital

Les ambitions d’une entreprise moderne sont bien plus complexes qu’un saumon qui fraie, mais nous pouvons en tirer des enseignements : les gains d’efficacité se trouvent dans les processus, et non dans les résultats, et en s’accumulant, ils créent des avantages considérables sur le long terme.

Imaginez si le saumon employait toute son énergie à chaque obstacle : la remontée serait bien plus fatigante et le nombre de poissons capables d’arriver à destination serait bien moindre. De même, une entreprise qui consacre trop de temps et d’énergie à des processus inefficaces devra en absorber les surcoûts qui affecteront ses bénéfices et mettront à mal sa réussite future. 

Plongez-vous dans vos processus

Jusque là, les entreprises organisaient leurs stratégies de répartition des coûts autour de leurs produits et de résultats commerciaux spécifiques. Le problème des dépenses basées sur inducteurs tient à ce qu’elles vous permettent uniquement de redistribuer les coûts entre les processus, plutôt que de découvrir de nouveaux gains d’efficacité et des économies distinctes.

 

« Le problème des dépenses basées sur inducteurs tient à ce qu’elles vous permettent uniquement de redistribuer les coûts entre les processus, plutôt que de découvrir de nouveaux gains d’efficacité et des économies distinctes. »

C’est le type de raisonnement qui pousse les entreprises à arrêter d’innover ou à se débarrasser de nouvelles gammes de produits, même si celles-ci montrent un fort potentiel, plutôt qu’à trouver des alternatives pour optimiser les coûts.

En s’organisant autour des flux de valeur plutôt qu’autour des résultats classiques, les entreprises peuvent suivre le flux des dépenses dans l’ensemble des opérations afin de révéler de nouvelles sources de valeur.

Ce n’est pas une mince affaire. De nombreux DAF ont fondé leur carrière sur la répartition des coûts traditionnelle et un bouleversement de leur mode opératoire serait problématique, aussi bien du point de vue culturel que logistique. De leur côté, les responsables de la Supply Chain et de l’opérationnel ont déjà commencé à adopter une étude des coûts basée sur les flux de valeur car elle les oblige à se concentrer sur la productivité, qui est d’une importance capitale dans leur domaine, et ont déjà enregistré des résultats positifs.

La finance moderne à l’ère du digital

La finance moderne à l’ère du digital

Dans le domaine des télécommunications, Orange France a adopté une approche basée sur les flux de valeur pour gérer les factures des fournisseurs et préparer les rapports de rentabilité financière. En identifiant et en éliminant les goulets d’étranglement affectant ces processus, Orange a pu améliorer la collaboration entre ses équipes financières, d’approvisionnement et des opérations, et assurer de meilleurs résultats à ses clients, à un coût moindre.

D’autres entreprises, comme Marazzi Group en Italie, utilisent des solutions financières et de Supply Chain dans le Cloud pour concevoir des flux de valeur uniques. Pour éliminer un goulet d’étranglement critique dans la réception de ses marchandises entrantes, Marazzi Group a établi un planning produit qui donne la priorité aux cargaisons de matériel entrantes en fonction des clients les plus rentables. L’entreprise a également pu synchroniser sa production et ses marchandises entrantes en obtenant une visibilité en temps réel sur les disponibilités de sa station d’accueil pour éviter de coûteux retards.

 

« Le passage d’une étude des coûts basée sur les résultats à une étude basée sur les flux de valeur ne peut pas, et ne doit pas, se faire du jour au lendemain. »

Oracle collabore avec plusieurs entreprises qui utilisent ses solutions Cloud spécialement conçues pour une architecture d’entreprise construite autour des flux de valeur. Parmi ces applications, on compte notamment :

  • Du prospect au client
  • De la commande à l’encaissement
  • De la fabrication à la distribution
  • De la demande à l’intervention
  • Des analyses à la stratégie
  • Du concept au développement
  • De l’initiative aux résultats
  • De la relation au partenariat
  • De la prévision à la planification
  • De la demande d’achat aux comptes fournisseurs
  • De la disponibilité des ressources à leur utilisation
  • De l’acquisition à l’obsolescence
  • De la clôture financière au reporting
  • De la commande à l’exécution

Les secrets pour une remontée du courant sans heurts

Il est important de noter que le passage d’une étude des coûts basée sur les résultats à une étude basée sur les flux de valeur ne peut pas, et ne doit pas, se faire du jour au lendemain. Pour que l’étude des coûts soit cohérente, l’entreprise entière doit d’abord s’aligner sur cette approche et mettre en place une circulation libre et ouverte des données entre les équipes. Cela dit, en chemin, vous devez passer par certaines étapes :

Étape 1 : Connaissez vos clients

Une entreprise qui comprend ce qui génère de la valeur pour ses clients est mieux placée pour travailler à rebours et concevoir des processus qui offrent les résultats attendus. Des activités marketing aux tactiques de stockage et d’expédition en passant par les stratégies de production, chaque étape du flux de valeur sera développée en mettant l’accent sur le même élément et peut être rationalisée pour gagner en productivité.

Étape 2 : Recherchez le maillon faible

Comme dans tout processus, un flux de valeur a autant d'importance que son maillon le plus faible. Pour obtenir des gains majeurs de productivité, le secret tient à repérer les goulets d’étranglement suffisamment tôt dans le jeu afin de concevoir des systèmes capables de les éliminer et de donner aux salariés les moyens d’être plus productifs. Pour ce faire, une vision détaillée des données d’entreprise est indispensable, et dans le domaine de la Supply Chain, nous avons vu des entreprises obtenir un bond de 20 % de leur productivité d’une année sur l’autre.

Étape 3 : Digitalisez vos processus

Cela peut sembler évident, mais les processus digitaux offrent une gestion plus simple et plus rapide, sans mentionner le fait qu’ils peuvent facilement être automatisés pour aider l’ensemble de l’entreprise à travailler plus vite. Si vous ajoutez de nouvelles données issues de capteurs IoT et de nouvelles formes d’automatisation, les responsables de flux de valeur disposent plus que jamais d'informations pour éclairer leurs stratégies et esquiver tout obstacle.

 

« Le mappage des flux de valeur est finalement un moyen d’appliquer des techniques de segmentation de Supply Chain à l’ensemble de l’entreprise. »

La finance au cœur de la valeur

Le mappage des flux de valeur est finalement un moyen d’appliquer des techniques de segmentation de Supply Chain à l’ensemble de l’entreprise. Au cœur de cette approche se trouve le DAF, l’« imprésario des données » de l’entreprise et l’architecte de son approche des flux de valeur. Seul le DAF possède l’expérience et la vision globale requises pour guider l’entreprise dans sa transition.

La finance moderne à l’ère du digital

La finance moderne à l’ère du digital

Les responsables financiers doivent donc se rapprocher des données d’entreprise issues des autres services de l’entreprise. Ils ont également besoin d’un système qui assure la cohérence des données dans chaque flux de valeur, plutôt que de systèmes disparates qui rendent presque impossible toute comparaison juxtaposée des processus stratégiques. Le but de l’étude des coûts des flux de valeur est de révéler de nouveaux gains d’efficacité dans l’ensemble de l’entreprise. Ainsi, un système qui rendrait les choses plus complexes ou permettrait uniquement une approche fragmentaire du changement serait contre-productif.

Au risque d’user la métaphore, revenons au parcours de notre saumon du Pacifique. La frontière entre la vie et la mort est très mince. Elle repose également sur la quantité d’énergie qu’un poisson a emmagasiné pour surmonter chaque obstacle (sans oublier le rôle évident du hasard). Dans une grande entreprise, la moindre correction apportée à un goulet d’étranglement affectant la production peut faire passer un produit d’un simple centre de coûts à un élément qui change la donne. Ce dont les entreprises ont besoin, c’est de mettre en place les collaborateurs, les stratégies et l’infrastructure requis pour identifier et supprimer ces obstacles dès qu’ils se présentent.


En savoir plus

Nous sommes là pour vous aider

Contacter un conseiller commercial

Présentations rapides

Demander une démonstration individuelle

S’abonner par thème