Intervention à l’Oracle OpenWorld 2017 - Thomas Kurian

Beyond Cloud : Oracle nous offre un aperçu du futur

Des chatbots à l’intelligence artificielle, Thomas Kurian et Dave Donatelli de l’équipe dirigeante d’Oracle nous expliquent comment les entreprises peuvent saisir de nouvelles opportunités.

Par Chris Murphy


Thomas Kurian, Président du développement produit chez Oracle, a exposé la direction technologique qu’Oracle s’est donnée, qui inclut notamment l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, les chatbots et les nouvelles interfaces humaines.


Thomas Kurian, Président du développement, explique comment Oracle intègre de nouvelles technologies et de nouvelles formes d’interface humaine dans ses offres Cloud.

Au cours d’une présentation à l’Oracle OpenWorld à San Francisco, Thomas Kurian a affirmé que ces technologies émergentes entrent désormais dans la vision d’Oracle, née il y a plus de 10 ans, quand la société avait commencé à créer ses offres Cloud : permettre à quiconque, partout dans le monde, d’accéder à la puissance de toutes les technologies Oracle depuis un navigateur ou un téléphone.

« Nous allons vous montrer non seulement les dernières innovations intégrées à l’Oracle Cloud, mais également un aperçu du futur d’Oracle, de la manière dont nous intégrons de nouvelles technologies d’informatique autonome, d’intelligence artificielle, d’IoT, de blockchain et de nouvelles formes d’interface humaine à notre offre Cloud », déclare-t-il.

« Ces technologies émergentes au développement rapide donnent aux entreprises l’opportunité de gagner un avantage concurrentiel, ce qui renforce encore l’importance d’une stratégie Cloud bien définie », explique Dave Donatelli, Vice-président exécutif d’Oracle, lors de la même intervention.


Dave Donatelli, Vice-président exécutif d’Oracle, explique comment les technologies émergentes au développement rapide donnent aux entreprises l’opportunité de gagner un avantage concurrentiel.

« Nous sommes tous très occupés chaque jour, alors comment trouver le temps de transformer notre entreprise et de profiter des opportunités que ces technologies représentent ? », demande Dave Donatelli. Avec les services Cloud, les entreprises peuvent investir moins de temps et d’argent dans le support et la maintenance informatiques de routine, ce qui laisse plus de temps à leurs talents et ressources pour intégrer de nouvelles technologies dans leurs activités, souligne-t-il.

Dave Donatelli précise ensuite qu’Oracle, à la différence des autres fournisseurs de Cloud, propose aux entreprises trois différentes manières d’adopter ces nouvelles technologies. Elles peuvent les déployer sur site comme elles l’ont toujours fait, profiter de tous les avantages d’un modèle de Cloud par abonnement tout en gérant leur propre centre de données à l’aide du modèle Oracle Cloud at Customer, ou encore adopter le modèle Cloud pur. « Cela nous a permis de servir des entreprises de différentes tailles et de différents niveaux de maturité », affirme-t-il.

Ensuite, Thomas Kurian a présenté la diversité des services Oracle Cloud disponibles sous la forme d’applications, d’infrastructure, de plate-forme et de DaaS (Data as a Service). Lui et les membres de son équipe de développement ont expliqué comment Oracle applique les technologies émergentes pour faire progresser cette vision du Cloud. Voici trois exemples.

L’essor des chatbots et des nouvelles interfaces humaines

Thomas Kurian explique comment une équipe sportive pourrait mettre en place un chatbot permettant aux clients d’utiliser Facebook Messenger pour consulter la disponibilité des places au stade, parcourir les différentes options et acheter des tickets. Avec des algorithmes d’intelligence artificielle s’exécutant en arrière-plan, le bot peut décider de l’offre la plus susceptible d’apporter des recettes supplémentaires, par exemple une livraison de repas au siège du client.

Intégrée à Oracle Mobile Cloud Enterprise, la nouvelle fonction de création de bots d’Oracle permet aux entreprises de créer ce nouveau type d’expérience client interactive à l’aide d’outils de type glisser-déplacer. Les développeurs définissent la façon dont la conversation se déroule, le type de questions que les clients peuvent poser et les canaux de messagerie, par exemple Messenger, Slack, des assistants vocaux ou autres, que les clients peuvent utiliser. Les fonctions de traitement automatique du langage naturel intégrées à la plateforme comprennent et assimilent les nuances et le contexte des conversations. Par ailleurs, les développeurs peuvent utiliser des API pour intégrer le bot aux systèmes back-end, afin d’extraire des données comme les plannings d’équipe ou la disponibilité des places.

Notre vision de l’analytique est très simple : permettre à quiconque, partout dans le monde, d’analyser tout type de données provenant de toute source de données...

—Thomas Kurian, Président du développement produit chez Oracle

Les chatbots ne sont qu’une des formes de ce que Thomas Kurian appelle les nouvelles interfaces humaines, des solutions qu’Oracle continuera de développer et de proposer.

« Notre optique est de rendre l’interface humaine des applications indétectable pour les humains », déclare-t-il. « Il ne s’agira plus simplement d’écrans Web et mobiles ; vous pourrez parler à l’application. Vous pourrez interagir avec elle via la messagerie. Vous pourrez prendre des photos et nous pourrons identifier les images, les comparer à d’autres choses et automatiser les transactions. »

De nouvelles fonctions analytiques

Une des démonstrations prend pour exemple une société qui souhaite surveiller Facebook, Twitter et Instagram afin de mieux comprendre son marché et ses clients potentiels. Or, pour obtenir une vue d’ensemble, il ne suffit pas de déterminer à quelle fréquence le nom d’un produit est mentionné. Un fabricant de chaussures souhaitera quant à lui savoir à quelle fréquence une image de son produit ou du produit d’un concurrent apparaît, et même dans quel contexte, par exemple si le produit a été porté par un athlète professionnel ou par un enfant dans la cour de récréation.

« Notre vision de l’analytique est très simple : permettre à quiconque, partout dans le monde, et pas seulement aux professionnels de l’analyse, d’analyser tout type de données provenant de toute source de données », explique Thomas Kurian. « Il ne s’agit pas seulement de chiffres, mais d’images, d’audio, de vidéos, de données textuelles et de données de capteurs. »

Thomas Kurian

Oracle veut que les clients et les développeurs utilisent les technologies de l’information d’une manière radicalement nouvelle, explique Thomas Kurian, Président chez Oracle.

Thomas Kurian a annoncé la sortie d’un nouveau service appelé « Oracle Analytics Cloud » qui aide les entreprise à gérer cette variété de données dans le Cloud, et à traiter, à synthétiser et à visualiser les informations exploitables qui en découlent. En outre, au lieu d’attendre patiemment qu’un analyste définisse les questions à poser, l’apprentissage automatique intégré au système pourra émettre des recommandations. Par exemple, il pourra identifier le trafic d’un bot et demander si vous souhaitez inclure ou exclure ces données des résultats ou il pourra détecter des indicateurs clés de performance et vous demander si le système doit les surveiller. Une analyste pourra alors accepter ces recommandations ou demander de configurer ses propres KPI.

Pour autant, les graphiques ne seront pas le seul moyen de comprendre l’évolution d’un KPI.

« Le système suivra les KPI pour vous. Il vous enverra un message sur votre plateforme de messagerie préférée via un bot pour vous indiquer que les données ont été modifiées et que cela a un impact sur l’indicateur clé de performance », précise Thomas Kurian. « Il peut également laisser un message sur votre répondeur pour vous expliquer pourquoi les données ont changé. Nous parlons donc de nouvelles façons de visualiser les données et de collaborer avec les autres personnes qui utilisent ces données. »

Des applications toujours plus intelligentes

Oracle propose une plateforme d’intelligence artificielle pour permettre aux développeurs de créer et d’appliquer des algorithmes d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle. En parallèle, Oracle intègre l’intelligence artificielle directement dans ses applications SaaS, à l’aide d’algorithmes poussés spécifiques du domaine et optimisés pour les systèmes ERP, HCM et CRM.

« Nous pensons que les applications doivent devenir plus intelligentes avec le temps », affirme Thomas Kurian. « Et nous pensons que cette évolution passera par l’augmentation ou le remplacement des règles métier, jusque là codées manuellement dans ces applications, par des algorithmes d’apprentissage basés sur l’intelligence artificielle. »

Par exemple, les systèmes ERP effectueront des comparaisons de prix afin de proposer les meilleures recommandations tarifaires pour un produit donné. Les applications d’approvisionnement sauront mieux détecter les transactions frauduleuses. Les systèmes de gestion RH aideront à identifier les meilleurs candidats ou les mesures requises pour fidéliser les salariés et les aider à progresser dans leur carrière.

Les clients et les développeurs [peuvent] utiliser les technologies de l’information d’une manière radicalement nouvelle... pour transformer votre service, vos entreprises et le monde.

—Thomas Kurian, Président du développement produit chez Oracle

Thomas Kurian a pris l’exemple du chef type qui validera 99 des 100 demandes d’approbation qui lui sont soumises à propos des activités de routine. « Cela signifie que vous perdez du temps à étudier 99 éléments pour trouver celui que vous allez rejeter », dit-il. « Imaginez si le système pouvait le faire pour vous. »

Thomas Kurian a promis qu’Oracle continuerait de favoriser ce type d’innovation.

« Nous faisons cela pour vous donner à vous, nos clients et développeurs, une toile vierge sur laquelle peindre votre vision, vos ambitions et vos rêves, pour utiliser les technologies de l’information d’une manière inédite et pour transformer votre service, vos entreprises et le monde », conclut-il.

En savoir plus


Sphère de sécurité
Les informations ci-dessus sont destinées à présenter notre orientation générale concernant les produits. Ces données ne sont fournies qu’à titre informatif et ne peuvent être intégrées dans un contrat. Elles ne sauraient constituer un engagement d’Oracle à offrir l’un ou l’autre de ces produits, programmes ou fonctionnalités, ni servir de base pour la prise de décisions d’achat. Le développement, la publication, les dates et les tarifs des caractéristiques ou fonctionnalités décrites pour les produits Oracle sont susceptibles d’être modifiés et relèvent de la seule discrétion d’Oracle Corporation. Des frais s’appliquent pour les nouvelles offres de produit Database.

Les déclarations contenues dans cet article concernant les projets à venir d’Oracle, ses attentes, ses opinions et ses intentions sont des « déclarations prospectives », soumises à des risques matériels et à des incertitudes. Ces déclarations s’appuient sur les attentes et les hypothèses actuelles d’Oracle, dont certaines échappent au contrôle d’Oracle. Toutes les informations contenues dans cet article sont d’actualité au 4 octobre 2017. Oracle ne s’engage aucunement à mettre à jour ces déclarations sur la foi de nouvelles informations ou de futurs événements.