L'importance des ressources humaines dans le secteur des soins de santé

Margaret Lindquist | Responsable de la stratégie du contenu pour les soins de santé | 23 mars 2023

Tout système de santé repose sur son personnel, les soignants et les auxiliaires directement responsables des patients et de leur satisfaction. Les équipes de ressources humaines du secteur des soins de santé sont responsables de l'embauche, de l'intégration des nouvelles recrues, de la promotion d'une culture de travail positive et bienveillante, de l'aide aux salariés pour faire progresser leur carrière et de la conformité de leurs institutions et de leur personnel avec une multitude de politiques et réglementations en matière de sécurité, de confidentialité, de formation et autres. Pour faire face à ces tâches difficiles malgré les graves pénuries de personnel, l'épuisement professionnel et l'augmentation des coûts de main-d'œuvre, les équipes RH du secteur des soins de santé doivent élaborer des programmes et des politiques réfléchis et novateurs.

Que sont les RH dans le secteur de la santé ?

Les équipes RH des institutions de santé sont responsables de fonctions RH typiques, telles que le recrutement, l'embauche et le conseil aux cadres supérieurs sur les formules de rémunération et d'avantages nécessaires pour attirer et retenir les meilleurs talents. Les équipes RH du secteur des soins de santé sont également confrontées à des problèmes épineux propres à leur secteur. Elles doivent informer le personnel des nombreuses législations en vigueur en matière de certifications, de sécurité, de confidentialité et d'autres domaines et veiller à leur application. Elles recrutent dans un secteur où la concurrence pour les talents est particulièrement féroce et les candidats ont de nombreuses autres options. Elles supervisent une main-d'œuvre qui fait face quotidiennement à des situations stressantes et nécessite des garde-fous physiques et un soutien psychologique. Elles collaborent avec le service informatique pour protéger la confidentialité des dossiers des patients et des salariés. Elles travaillent avec les responsables pour ajuster les processus de planification du personnel afin de réduire l'épuisement professionnel et élaborent des programmes pour la satisfaction des patients et offrent des résultats positifs aux patients, par exemple en concevant des systèmes de rémunération et de primes qui alignent les salaires avec les améliorations de performances et les résultats des patients.

Points clés à retenir

  • Les équipes RH du secteur doivent élaborer et faire suivre des programmes de formation et de développement pour les collaborateurs, non seulement pour la conformité, mais également pour la dynamisation du personnel dans le contexte d'une grave pénurie d'infirmiers, de médecins et d'autres professionnels de la santé, aggravée par la pandémie de COVID-19.
  • La création et la préservation d'une culture du travail positive s'avèrent essentielles pour attirer de nouveaux talents, interagir avec les salariés actuels et promouvoir l'innovation. Cette approche peut également améliorer les soins des patients et la satisfaction : les salariés satisfaits de l'état d'esprit de leur équipe et qui se sentent appréciés sont plus susceptibles de donner la priorité aux soins aux patients.
  • Les RH ont pour tâche de créer des programmes de formation et de veiller à la participation dans le cadre d'un processus complet d'intégration et de développement des salariés. La différence entre un salarié mal formé et un salarié bien formé peut être une question de vie ou de mort pour les patients.

Rôle des ressources humaines dans le secteur des soins de santé

Les responsables RH dans le secteur des soins de santé endossent les mêmes responsabilités que leurs homologues dans d'autres secteurs, en plus de nombreuses responsabilités propres au secteur des soins de santé. Il s'agit notamment de gérer des taux élevés de rotation des salariés, de fournir un soutien à la santé mentale et physique des salariés, de surveiller la conformité relative aux certifications et de mesurer la réussite en fonction des soins apportés aux patients et de leur satisfaction (par opposition aux performances financières d'une entreprise).

Les équipes RH du secteur des soins de santé mettent en place des pratiques d'embauche qui garantissent que leur institution attire les candidats les plus qualifiés. Elles collaborent avec les cadres supérieurs pour fixer des rémunérations et des primes attrayantes sur un marché du travail hautement concurrentiel. Elles font en sorte que les certifications des salariés restent à jour. Elles gardent également un œil sur les tendances technologiques pour que les salariés disposent des outils et systèmes RH dont ils ont besoin. Une tâche peut-être encore plus importante qui leur incombe est la promotion d'une culture du travail positive qui encourage les salariés à s'entraider, à faire part de leurs préoccupations à la direction et à les faire se sentir appréciés pour le travail important qu'ils fournissent. Il s'agit d'un environnement idéal pour réduire la rotation du personnel et fournir les meilleurs soins possibles aux patients.

Importance des RH dans le secteur des soins de santé

Dans un secteur où l'embauche, la rétention des salariés et l'évolution de carrière peuvent se révéler extrêmement difficiles, l'importance du rôle des RH ne doit pas être sous-estimée. Les équipes RH du secteur des soins de santé doivent faire face à des législations complexes et à des réglementations syndicales, ainsi qu'à l'augmentation constante du coût de la main-d'œuvre. Elles sont également confrontées à des problèmes uniques liés à la sécurité physique, au stress au travail et au sous-effectif. Il est essentiel que ces équipes aident leurs institutions à résoudre ces problèmes, en se concentrant sur les quatre principaux.

Devenir un défenseur des salariés

Étant donné la grande quantité de retours recueillis par les équipes RH au moyen d'enquêtes auprès du personnel, de groupes de discussion, de programmes de formation et d'autres moyens, elles sont en première ligne pour devenir les défenseurs des salariés sur différents sujets, allant de la rémunération à la planification et au bien-être. Pour ce faire, elles communiquent non seulement les désirs et les besoins des salariés à la direction, mais ils s'assurent également que les dirigeants ne sont pas aveuglés par les actions du personnel, y compris la rotation du personnel plus élevé que d'habitude et les activités syndicales.

Diminution de la rotation des effectifs

Il n'y a pas de solution idéale pour réduire la rotation du personnel. Toutefois, il convient de commencer par se concentrer sur les talents qui ont quitté votre institution, en particulier les salariés les plus performants, et déterminer ce qui aurait pu être fait pour les conserver. Évaluez ces actions par rapport à une liste de contrôle des bonnes pratiques, notamment des horaires de travail flexibles, des formations et des promotions généreuses, l'automatisation des tâches ingrates et une meilleure rémunération. En plus d'analyser les données des entretiens de sortie, interrogez les salariés actuels à propos des points positifs de votre institution et des points à améliorer, dans le but d'aider les salariés à maintenir un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée et se sentir appréciés pour le travail important et rigoureux qu'ils fournissent. Selon des recherches du Centre national américain d'informations biotechnologiques, une culture de travail positive augmente la motivation des salariés, réduit l'absentéisme et affecte positivement la relation patient-soignant.

Préserver la conformité

Les équipes RH des soins de santé doivent vérifier que leur institution respecte toute une série de législations régissant ce secteur. Aux États-Unis, ces lois comprennent le Health Insurance Portability and Accountability Act (HIPAA, protection des données des patients), l'Emergency Medical Treatment and Labor Act (EMTALA, obligeant les hôpitaux à traiter toute personne arrivant dans une salle d'urgence quelle que soit sa capacité à payer), le Patient Safety and Quality Improvement Act (PSQIA, protection des professionnels de santé qui signalent des erreurs médicales et des conditions dangereuses) et le Health Information Technology for Economic and Clinical Health Act (HITECH, promotion de l'utilisation des technologies pour améliorer la qualité, la sécurité et l'efficacité des soins de santé). Il existe également de nombreuses réglementations qui s'appliquent à certains types de soignants. Par exemple, dans le Massachusetts, les inhalothérapeutes doivent suivre 15 heures de formation continue tous les deux ans. Il incombe au service RH de vérifier que les exigences relatives aux différents postes sont suivies et que les salariés se tiennent à jour. Les RH collaborent également étroitement avec l'équipe juridique pour élaborer et appliquer des programmes de formation des salariés visant à se conformer aux diverses législations et à limiter le risque de poursuites judiciaires.

10 bonnes pratiques en matière de ressources humaines dans le secteur des soins de santé

Les RH dans le secteur des soins de santé impliquent bien plus que d'embaucher et de licencier du personnel et de gérer les avantages sociaux et la paie. Le secteur des soins de santé subit des changements considérables, avec une réglementation accrue, une rotation rapide des salariés et de nouvelles méthodes technologiques pour fournir et surveiller les soins. En réponse, les responsables RH doivent mettre sur pied de nouvelles stratégies, programmes et politiques. Voici 10 bonnes pratiques.

1. Offrir des possibilités de formation et d'avancement

La formation de nouvelles recrues et le suivi des salariés sont un impératif du secteur des soins de santé. La différence entre un salarié mal formé et un salarié bien formé peut être une question de vie ou de mort pour les patients. Les RH sont responsables de l'élaboration de programmes de formation et de la participation à celles-ci dans le cadre d'un processus d'intégration et de développement des salariés approfondi. Les avantages vont de la conformité juridique de base à des taux plus élevés de rétention des salariés et à l'amélioration des soins aux patients. L'utilisation d'un logiciel qui rappelle aux salariés les délais de renouvellement de la formation et suit leur progression est essentielle.

2. Proposer des options de travail flexibles

La demande numéro 1 des professionnels de santé est d'accroître la flexibilité de la main-d'œuvre, selon le rapport « Future Health Index 2022 ». Les employeurs peuvent suivre de nombreuses pistes, notamment offrir des options de travail à distance le cas échéant pour le rôle, donner aux salariés un meilleur contrôle sur leurs heures de travail et utiliser un logiciel de planification permettant aux salariés de changer de créneaux via une application sur leur appareil mobile. Les dernières applications de planification de la gestion du capital humain (HCM) peuvent également filtrer les périodes de travail disponibles en fonction des certifications et de l'expérience d'un salarié.

3. Envisager des primes à la signature

Dans le contexte de la pénurie de main-d'œuvre à l'échelle du secteur, les deux tiers des hôpitaux utilisent des bonus à la signature pour recruter des médecins talentueux, des infirmiers et d'autres professionnels, selon une enquête de l'agence de recrutement Avant Healthcare Professionals. Il s'agit d'une augmentation considérable par rapport à l'avant-pandémie, puisque moins de 40 % déclaraient alors utiliser de tels bonus. Les primes moyennes de signature pour les infirmiers sont d'environ 15 000 USD aux États-Unis, selon une analyse de listes d'offres d'emploi. Ces bonus fonctionnent mieux pour convaincre les candidats qui hésitent entre deux offres différentes. Dans certains cas, les bonus à la signature sont essentiels pour attirer un candidat, par exemple lorsque les coûts de relocalisation rendraient autrement difficile l'acceptation d'une offre par un candidat.

4. Créer les meilleures formules de rémunération du marché

Il n'est pas question de se cantonner au salaire et aux primes. Les salariés attendent des avantages de base tels qu'une assurance médicale et dentaire, une assurance-vie, des congés payés et un plan d'épargne-retraite. Mais d'autres formes de rémunération comprennent un abonnement à une salle de sport, le remboursement de formations, des ressources de planification financière, les subventions de garde d'enfants et les frais de déplacement. La première étape pour les responsables avisés est de parler avec ses salariés pour comprendre leurs priorités. Leurs réponses peuvent surprendre.

5. Mettre l'accent sur la culture

Créer et maintenir une culture du travail positive est essentiel pour attirer des candidats, conserver vos salariés actuels et promouvoir l'innovation. En attendant, les salariés qui sont satisfaits de la culture de leur entreprise et qui se sentent appréciés sont plus susceptibles de donner la priorité aux soins aux patients. En effet, des recherches menées par le service de soins de santé britannique montrent que les dysfonctionnements dans la culture d'une institution des soins de santé entraînent une augmentation du taux de mortalité des patients. Parmi les mesures que les organismes de santé peuvent prendre pour améliorer leur culture sur le lieu de travail, citons la création d'un processus d'orientation global et engageant les salariés, la mise en place d'un programme de mentorat, la reconnaissance et la récompense des réalisations des salariés (grandes et petites), et la promotion d'un dialogue ouvert avec les cadres supérieurs grâce à des enquêtes et à des réunions en direct de renforcement des équipes et de stratégie.

6. Adopter la technologie et l'automatisation

Diverses technologies sont en train de transformer les soins de santé. Elles pourraient réduire les coûts tout en améliorant la satisfaction des soignants, le confort des patients et les résultats. Certaines de ces nouvelles technologies, telles que la télésanté, l'électronique vestimentaire et les applications de santé mobiles, connectent les soignants directement aux patients, tandis que les applications de planification mobile et de gestion des talents automatisent les tâches administratives et permettent au personnel de créer des parcours de carrière personnalisés. Il incombe aux RH de travailler en étroite collaboration avec le service informatique pour que les collaborateurs soient formés à ces nouveaux outils.

7. Mettre l'accent sur la prévention de l'épuisement professionnel

L'épuisement chez les professionnels de la santé n'a jamais été aussi élevé, selon une récente enquête du Washington Post et de la Kaiser Family Foundation. 55 % des travailleurs de la santé ont signalé des symptômes d'épuisement professionnel (définis comme épuisement mental et physique en raison du stress chronique au travail), avec le taux le plus élevé (69 %) parmi les travailleurs âgés de 18 à 29 ans. Pour alléger le stress des salariés, les employeurs donnent aux salariés un accès à la demande à leurs horaires afin des aider à gérer leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Ils élaborent des stratégies et des mécanismes de soutien pour gérer les salariés fatigués, par exemple en limitant les services prolongés (plus de 12 heures), en permettant aux salariés de prendre des pauses toutes les deux heures et en fournissant des chambres à coucher. Certains hôpitaux ont même institué des systèmes de « compagnon de fatigue » qui se surveillent mutuellement pour détecter les signes d'épuisement. Des institutions de santé permettent également aux salariés de diviser leurs services ou de les modifier dynamiquement. Certaines entreprises fournissent aux salariés des ressources de santé mentale auxquelles ils peuvent accéder en privé. Ils forment également leurs responsables à la gestion empathique et les encouragent à interagir avec les salariés régulièrement plutôt que lors de réunions sommaires.

8. Assurer la sécurité de l'emploi

Onze des 20 emplois les plus sûrs sont dans les soins de santé, selon les classements d'US News & World Report Best Jobs. Les professions d'inhalothérapeute, de technicien cardiovasculaire et d'épidémiologiste se classent au sommet de cette liste. Garder son emploi n'est donc pas une préoccupation majeure pour ceux qui occupent les postes les plus élevés. Cependant, les salariés occupant des postes de soins de santé non cliniques bénéficient d'une sécurité d'emploi plus faible. Les RH peuvent donc leur proposer des programmes d'apprentissage et de développement et de faciliter la mobilité professionnelle au sein de l'institution à mesure que les besoins des différents services changent.

9. Laisser les équipes s'autogérer

Les équipes en autogestion partagent la responsabilité de la planification et de l'exécution des tâches pour atteindre des objectifs spécifiques avec peu ou pas de supervision. Dans le cadre de ce modèle, les membres de l'équipe définissent leurs propres responsabilités. Bien qu'il n'y ait pas de chef dans une équipe autogérée, la hiérarchie et la responsabilité existent toujours. Les salariés ayant des compétences spécifiques endossent la responsabilité des tâches qui leur incombent. Les équipes autogérées se montrent notamment plusmotivées et favorisent la réduction des coûts. En outre, selon le Journal of Health Organization and Management, les équipes autogérées sont plus efficaces pour allouer les ressources et donc plus flexibles dans la façon dont elles abordent les tâches et les situations.

10. Se tenir à jour au sujet de la législation et de la conformité

Les équipes RH du secteur de la santé doivent collaborer étroitement avec leur service juridique pour rester au courant des nombreuses lois et réglementations propres au secteur, notamment le HIPAA susmentionné, qui protège la confidentialité des données des patients, l'EMTALA, qui exige que les hôpitaux traitent les patients en urgence même s'ils ne sont pas en mesure de payer, et le PSQIA, qui protège les professionnels de santé qui signalent des conditions de travail dangereuses. En plus de ces lois aux États-Unis, il existe une multitude de lois et d'exigences de licence différentes pour différents postes qui diffèrent par État. Les sanctions en cas de non-respect peuvent entraîner des poursuites et des amendes coûteuses.

Préservez la motivation du personnel de santé et réduisez la rotation grâce à Oracle Cloud HCM

Une concurrence rude pour les salariés talentueux, l'augmentation des salaires et le désir toujours plus pressant d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée... voilà quelques-unes des difficultés auxquelles les équipes RH sont confrontées au quotidien. Les institutions de santé peuvent utiliser les fonctionnalités sectorielles spécialisées intégrées à Oracle Fusion Cloud Human Capital Management pour automatiser et améliorer le recrutement, simplifier la planification du personnel, connecter le personnel à la formation nécessaire et aider les collaborateurs à interagir les uns avec les autres et avec la direction, ce qui contribue in fine à fournir de meilleurs soins aux patients. De plus, étant donné que ces services HCM sont fournis dans le cloud, le personnel peut y accéder partout, au bureau, dans le service ou en déplacement.

Découvrir comment utiliser la plateforme cloud Oracle ME pour créer une culture de travail qui attire, épanouit et motive.

FAQ sur l'importance des RH dans le secteur des soins de santé

Quels sont les exemples de rôles joués par les ressources humaines dans le secteur des soins de santé ?
Au-delà des processus d'embauche, de gestion des avantages sociaux et de licenciement communs à tous les secteurs, les RH du secteur des soins de santé doivent également faire face à l'évolution des réglementations et des exigences de certification, aux problèmes de sécurité du personnel et à une épidémie d'épuisement professionnel à tous les niveaux.

Que font les RH dans un hôpital ?
Les équipes RH d'un hôpital remplissent des fonctions RH classiques, telles que le recrutement, l'embauche et le conseil aux cadres supérieurs sur les formules de rémunération et d'avantages sociaux. Les responsabilités en matière de ressources humaines en milieu hospitalier comprennent également le suivi des formations obligatoires, de la sécurité, de la vie privée et d'autres réglementations, la collaboration avec le service informatique pour protéger les dossiers médicaux des patients et l'élaboration de procédures disciplinaires visant à garantir que les salariés sont tenus responsables pour leurs comportements incorrects et que les litiges sont résolus équitablement.

Quels sont les problèmes actuels liés aux ressources humaines dans le secteur des soins de santé ?
Le plus grand défi des RH dans le domaine des soins de santé consiste à recruter et à fidéliser les travailleurs talentueux, en particulier les médecins et les infirmiers spécialisés, en raison de la pénurie de main-d'œuvre dans l'ensemble du secteur. D'autres questions comprennent la gestion de l'augmentation des salaires et la réduction de l'épuisement du personnel.

Capture d'écran : Demandez une démonstration de HCM

Découvrez pourquoi Oracle Cloud HCM est la solution cloud HCM la plus complète et la plus unifiée du marché.