Qu'est-ce que la data recovery ?

Face à une perte de données, il est souvent possible de procéder à une récupération de ces données grâce à différentes solutions. On parle alors de “data recovery”. Ce processus peut être indispensable, par exemple face à une erreur de manipulation ou une détérioration physique de votre support de stockage.

2 au 5 juillet : Webinar Oracle Security Week

Se prémunir d’une perte de données est aujourd’hui essentiel dans les entreprises. Malheureusement, il arrive pourtant que des données soient perdues, rendues inaccessibles, corrompues voire supprimées par accident. Dans ce cas, la récupération des données, ou “data recovery”, est indispensable. Ce processus consiste à restaurer des données suite à un incident : perte des données, suppression suite à une erreur de manipulation, corruption des données... Même perdues, les données peuvent généralement être récupérées. Les données que vous avez supprimées restent présentes sur le support, même si celui-ci vous indique que l’espace de stockage est libre. Elles ne disparaissent qu’elles sont écrasées, c’est-à-dire que de nouvelles données y sont inscrites, faisant disparaître les anciens fichiers.

Quelles peuvent être les causes d’une perte de données ?

La récupération de données peut s’avérer nécessaire dans de nombreux cas. Les causes d’une perte de données peuvent être liées à :

  • Un événement naturel. Par exemple, un incendie ou une inondation peuvent endommager sérieusement vos équipements informatiques et les données qu'ils contiennent.
  • Une attaque informatique. Certaines cyberattaques, par l’intermédiaire de logiciels malveillants, peuvent entraîner une altération voire un vol des données et nécessiter une procédure de récupération des données.
  • Un accident. Un simple verre d’eau renversé par erreur sur un ordinateur ou un disque dur peut nécessiter une récupération des données, tout comme la chute au sol d’un disque dur par exemple.
  • Une erreur humaine. La perte de données est très souvent causée par une erreur humaine. Par exemple, un utilisateur peut effacer par erreur des fichiers contenus sur son ordinateur, entraînant un besoin de récupérer les données supprimées.
  • Une faille des équipements informatiques. L’obsolescence du matériel peut conduire à une perte de données.

Comment procéder à la récupération des données ?

Il existe sur le marché de nombreux logiciels, gratuits ou payants, permettant de restaurer des fichiers supprimés. Les logiciels de récupération des données fonctionnent en principe en trois étapes. La première consiste à réparer le support contenant les données à restaurer : le logiciel corrige alors les erreurs détectées dans le matériel. Dans un second temps vient la copie des données détériorées sur un support fonctionnel. Cette étape permet d’éviter une aggravation des dégâts et de maintenir l’état des données à restaurer. Le logiciel effectue enfin la récupération et la restauration des données sur le support fonctionnel.

Dans le cas où le problème est d’ordre matériel (par exemple une détérioration physique du support), l’utilité du logiciel de restauration de données devient limitée. L’intervention d’un professionnel est alors nécessaire.

Comment éviter une perte de données ?

La récupération de données peut être fastidieuse. Pour l’éviter, il est donc préférable de conserver ses données en lieu sûr. La meilleure solution pour y parvenir est d’héberger ses données sur un cloud public tel que le cloud Oracle. Intégrant la sécurité dans sa conception (Secure by design), Oracle Cloud Infrastructure assure la sécurité de vos données, et vous permet une grande flexibilité : vos données sont donc accessibles partout et à tout moment.

Découvrir plus de contenu autour de la Sécurité

  • Replay Webinar Sécurité

    Oracle Data Safe : Protéger vos bases de données Oracle

  • Article Blog

    Observatoire de la Tech: Cybersécurité, où en sont les français ?

  • Infographie Sécurité

    Adopter Oracle Cloud Infrastructure, conçu selon une architecture “security first”

  • Article Blog

    Cloud de confiance : Sur quels critères objectifs se reposer ?