Autonomous Database tient-elle ses promesses ?

Un an et demi après le lancement d’Autonomous Database, le Journal du Net tient à faire le bilan sur la base de données autonome. Il définit ses capacités d’auto-administration et la nécessaire évolution du rôle du DBA avant de laisser les sociétés Sauermann et le Cern témoigner. Apprenez-en plus sur Autonomous Database :

La presse en parle : Autonomous Database tient-elle ses promesses ?

Temps de lecture : 5 mn

Le 9 avril, Le journal du Net se questionnait : près d’un an et demi après son annonce, Autonomous Database tient-elle ses promesses ?

Autonomous Database : qu’est-ce que c’est ?

La base de données autonome d’Oracle annoncé en octobre 2017 à l’occasion d’Open World à la particularité de s’auto-administrer. De nombreuses fonctionnalités d'automatisation ont été intégrées et optimisées dans cette base de données : gestion de la mémoire à la surveillance, réglage de la charge de travail, etc.

Le Journal du Net rapporte que cette base de données « garantit aux entreprises clientes une disponibilité à 99,995%, sans aucune administration. Ce qui facilite la définition de tables et le chargement de données tout en fournissant une compression, une mise en cache et une indexation automatique. »

L’automatisation de l’administration de la base de données est avantageuse et permet au rôle du DBA d’évoluer. En effet, étant donné que les tâches de routine de l’administrateur de données sont automatisées, ce dernier peut se concentrer sur des tâches à plus haute valeur ajoutée portant sur l'architecture des données, la création de meilleurs systèmes et requêtes, ou encore l’analyse poussée des données de performance et à la sécurité.

Autonomous Database tient-elle ses promesses ?

Les témoignages s’accordent pour vanter les capacités en matière de sécurité et de performance d’Autonomous Database, que ce soit Sauermann ou le Cern.

Aujourd’hui, Sauermann a intégré Autonomous Data Warehouse. Cet entrepôt de données autonome est une solution d’Autonomous Database pour toutes les charges de travail analytiques, et qui peut remplacer un data mart ou un data lake. Le Journal du Net rapporte l’avis du DSI de la société à propos de la gestion des règles de sécurité : « il faut faire appel au machine learning, déjà intégré au niveau d'Autonomous Database, pour assurer un niveau de sécurité très élevé et protéger des données clients sensibles, surtout depuis l'entrée en vigueur du RGPD. »

Quant au Cern, l'organisation européenne pour la recherche nucléaire, connu pour disposer du plus grand accélérateur de particules au monde (LHC), il a été un des premiers bêta-testeurs d’ADW. L’entreprise voulait « challenger Autonomous Data Warehouse sur ses capacités à intégrer différents jeux de données venant de l'IoT, à améliorer les performances en termes de récupération et d'analyse de données et à débloquer des cas d'usage impossibles aujourd'hui. » est-il indiqué dans l’article. Manuel Martin Marquez, ingénieur big data senior et data scientist au Cern salue « l’excellent travail » d’Oracle et se félicite du gain de temps réalisé pour récupérer ou analyser certaines données grâce à la fonction autonome.

Vous souhaitez en savoir plus sur Autonomous Database ?
Nous contacter