Le coût du taux de rotation des infirmiers

Margaret Lindquist | Stratégiste contenu pour les soins de santé | janvier 2023

Les infirmiers exercent une profession extrêmement difficile, même dans les meilleures conditions. La pandémie de COVID-19 a exacerbé les problèmes du métier, avec dans son sillage une augmentation des départs et une sévère pénurie de personnel.

Les principales raisons du nombre élevé de départs sont l'épuisement professionnel lié à la pandémie, le vieillissement des travailleurs et la concurrence acharnée pour attirer la main-d'œuvre qualifiée en raison de la pénurie de personnel. Les écoles d'infirmiers, qui sont également en sous-effectifs, ne seront pas en mesure de former suffisamment de candidats pour pallier ce problème.

L'augmentation des départs d'infirmiers affecte de plusieurs manières les prestataires de soins et les patients. Elle augmente les temps d'attente pour les soins. De plus, elle réduit le temps que les infirmiers peuvent consacrer à chaque patient, diminuant in fine la qualité des soins. En outre elle a des répercussions physiques et mentales sur les autres infirmiers, qui finissent par changer d'employeurs dans le secteur des soins de santé, voire à quitter le secteur ou à prendre une retraite anticipée. Les prestataires de soins de santé doivent agir pour améliorer la rétention du personnel infirmier malgré la concurrence importante du marché du travail.

Points clés à retenir

  • Les taux élevés de démission des infirmiers créent un cercle vicieux, car les autres infirmiers sont surchargés et finissent à leur tour par changer d'employeurs, voire par quitter entièrement la profession, en changeant de secteurs ou en prenant leur retraite.
  • Les départs massifs d'infirmiers ont un coût direct et indirect pour les établissements de santé. Les coûts directs comprennent le recrutement, l'embauche et la formation, ainsi que les frais liés aux infirmiers intérimaires. Les coûts indirects comprennent la baisse de productivité et du moral des salariés.
  • Une meilleure technologie fait partie de la solution, en particulier des systèmes qui automatisent ou simplifient les processus et allègent la charge des tâches administratives des infirmiers afin qu'ils puissent se concentrer sur la prise en charge des patients.

Les raisons des démissions

Surmenés, sous-payés et sous-estimés, les infirmiers commencent à quitter la profession à un rythme qui alarme les établissements et les pouvoirs publics. Le taux des départs annuel des infirmiers aux États-Unis a augmenté pour atteindre une moyenne de 27,1 % en 2021, soit une hausse de 8,4 points par rapport à l'année précédente, selon le rapport « 2022 NSI National Health Care Retention & RN Staffing Report ». Pendant la pandémie, les gouverneurs des États-Unis ont dû faire appel à la Garde nationale pour aider les établissements de soins de santé en sous-effectifs. Pour résoudre le problème du chiffre d'affaires, il est important de comprendre d'abord pourquoi les infirmiers démissionnent.

Horaires rigides et contraignants
Les infirmiers qui travaillent dans des environnements exigeants savent que si un ou deux collègues tombent malades ou sont absents pour d'autres raisons, il n'y aura potentiellement pas de remplaçant en raison de la rigidité des horaires. Dans ce cas, la journée de travail s'avère épuisante pour le personnel présent, ce qui met en danger non seulement le bien-être des patients, mais aussi la santé mentale de ces infirmiers.

Le stress lié à la pandémie
Avant le début de COVID-19, plus de la moitié des infirmiers avaient déjà signalé des symptômes d'épuisement professionnel, selon le ministère américain de la Santé et des Services aux personnes. De récentes études montrent qu'environ un tiers des infirmiers envisagent de prendre leur retraite au cours des trois prochaines années.

La pandémie constitue une raison de l'accélération des départs à la retraite. Les données du recensement de la population mené par le Bureau du recensement des États-Unis et le Bureau des statistiques du travail des États-Unis, montrent que 14 500 infirmiers avaient récemment pris leur retraite en mars 2021, soit une augmentation de 140 % par rapport à mars 2019. Dans une enquête menée en 2021 auprès de plus de 6 500 infirmiers travaillant aux soins intensifs, 92 % ont déclaré que la pandémie avait « déprimé les infirmiers dans leur hôpital et, par conséquent, que leur carrière serait plus courte qu'ils ne l'avaient prévu ». 66 % ont déclaré envisager de quitter la profession en raison de leurs conditions de travail pendant la pandémie de COVID-19.

Salaires relativement bas
Les Américains estiment que les infirmiers sont sous-payés (et que les médecins sont payés plus ou moins correctement), selon un sondage réalisé récemment par le groupe Harris Public Policy et Associated Press. Aux États-Unis, les infirmiers perçoivent un salaire annuel médian de 77 600 USD, selon les données les plus récentes du Bureau des statistiques du travail. Certains infirmiers, y compris les infirmiers spécialisés et les infirmiers anesthésistes, peuvent gagner beaucoup plus.

Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que le salaire moyen des infirmiers est inférieur à celui des agents immobiliers, des kinésithérapeutes et des directeurs des travaux. Dans une enquête menée en 2022 par ShiftMed, une entreprise de gestion du personnel dans le secteur des soins de santé, les infirmiers qui ont déclaré qu'il était probable qu'ils quittent le secteur dans les deux prochaines années ont désigné les pénuries de personnel (64 %) et le salaire qui ne suit pas l'évolution du coût de la vie (43 %) comme leurs principaux problèmes.

Technologies et processus obsolètes
Les anciens logiciels de dossiers médicaux électroniques (DME) ont été conçus pour faciliter les activités liées au chiffre d'affaires, et non pour permettre aux infirmiers et aux autres professionnels de la santé de fournir des soins plus facilement. L'actualisation de routine des DME des patients peut nécessiter jusqu'à 200 clics pour les infirmiers. Dans l'ensemble, les tâches administratives manuelles inefficaces prennent trop de temps, ce qui frustre les infirmiers. 53 % des infirmiers qui ont répondu à une enquête menée en novembre 2021 par Hospital IQ ont déclaré que leur environnement de travail pourrait être amélioré et les niveaux d'épuisement des infirmiers réduits si les prestataires de soins de santé mettaient en œuvre des processus plus simples pour améliorer la visibilité sur les besoins des patients. Entretemps, 45 % des répondants ont déclaré vouloir une amélioration de la communication et de la coordination entre les services.

Amélioration du ratio patient/infirmier
Le ratio patient/infirmier varie en fonction de la quantité de soins dont un patient a besoin. Par exemple, un rapport patient-infirmier de 2:1 est considéré comme idéal dans les unités de soins intensifs, mais il atteint 6:1 dans les services pré-opératoires ou en salle de réveil. Les démissions et les départs à la retraite se répercutent sur ces ratios. Même si l'institution est en mesure d'embaucher des intérimaires, leur méconnaissance des processus, du personnel et même du bâtiment n'arrange rien à la surcharge des infirmiers plus expérimentés.

Le déséquilibre de ces ratios peut également avoir des conséquences désastreuses pour les patients. Pour chaque patient en plus sur la liste d'un infirmier au-dessus du nombre idéal, le risque de mortalité augmente de 7 %, selon les National Institutes of Health (NIH). Selon une enquête réalisée en 2022 par l'agence de recrutement d'infirmiers ConnectRN, 61 % des infirmiers qui envisageaient de quitter leur profession ont désigné les répercussions de la pénurie d'infirmiers comme principale raison.

Absence de soutien pour les nouveaux infirmiers
Les taux de démission pour les nouvelles recrues atteignent 30 % au cours de la première année en raison de charges de travail inattendues et d'une mauvaise communication avec les membres de l'équipe. Sans surprise, la satisfaction des infirmiers au cours de leur première année de travail atteint le faible niveau de 5,5 sur 10, selon la NIH.

Le coût du taux de rotation des infirmiers

Les établissements de santé font face à des taux de démission sans précédent pour tous les rôles cliniques, mais ce taux atteint un niveau particulièrement catastrophique chez les infirmiers. Selon une enquête menée par le NSI, une entreprise de recrutement d'infirmiers, le taux moyen de départs des infirmiers en 2021 était de 27,1 %. En moyenne, un hôpital aux États-Unis perd 5,2 millions de dollars à 9 millions de dollars par an en raison des coûts liés au départ des infirmiers.

Une partie de ces coûts est facile à quantifier, tandis que d'autres sont plus difficiles à mesurer, sans pour autant être moins importants.

Coûts des départs
Le départ des infirmiers s'accompagne du paiement des indemnités de départ, des congés payés et des indemnités d'assurance chômage, ainsi que des coûts liés à la suppression des salariés des systèmes et annuaires internes.

Coûts d'embauche et de formation
Le remplacement d'un infirmier coûte environ 37 000 dollars en moyenne aux institutions de soins de santé américaines, selon une étude de la Fondation Robert Wood Johnson. Cela inclut les coûts élevés associés à la publication d'offres d'emploi, aux entretiens et à la vérification de la formation et des diplômes des nouveaux employés par rapport aux exigences strictes du secteur des soins de santé. Les nouvelles recrues peuvent apporter de nouvelles idées et de l'énergie à une équipe, mais il ne faut pas perdre de vue la courbe d'apprentissage qui peut réduire la productivité globale.

Frais des infirmiers nomades
Les infirmiers nomades, qui sont généralement engagés contractuellement pour remplacer un départ, sont payés en moyenne 127 694 USD par an, par rapport au salaire moyen d'un infirmier américain de 77 600 USD, selon le Bureau des statistiques du travail. En outre, ces frais ne comprennent pas les paiements supplémentaires, tels que le défraiement des déplacements et les remboursements de la nourriture et du logement. Ils ne tiennent pas non plus compte des coûts moins quantifiables liés à la dépendance vis-à-vis des infirmiers nomades, tels que la perte de productivité et la charge supplémentaire que les intérimaires peuvent imposer aux employés à temps plein en raison de leur méconnaissance des politiques, de l'équipement et du personnel d'un site.

Soins de moindre qualité
Le taux de démission élevé des infirmiers entraîne un manque de personnel qui réduit le ratio entre le personnel et les patients et, ce faisant, la qualité des soins aux patients, car les infirmiers en surmenage peuvent manquer des signaux qui devraient les alerter, ce qui peut ralentir les temps de récupération. Il y a aussi des impacts plus discrets sur la satisfaction des patients. Une étude de la NIH a montré que les patients perdent confiance dans leurs soignants lorsqu'ils ne croient pas recevoir les meilleurs soins. La réputation de l'établissement en pâtit.

Répercussions négatives sur la santé publique
L'une des conséquences de la pénurie d'infirmiers aux États-Unis est que des pans de la population, en particulier dans les zones rurales, ne disposent plus d'un accès à des services de santé de proximité. Environ 83 millions d'Américains vivent maintenant dans une zone en pénurie de professionnels de la santé.

Les avantages surprenants du départ des infirmiers

Si le départ des infirmiers a bien un avantage, c'est que la publicité qui en résulte a attiré une attention sans précédent sur le problème, augmentant ainsi la probabilité d'un changement positif.

Voici trois autres avantages du départ des infirmiers. Ils ne compensent pas le problème des départs, mais les institutions de soins de santé avisées peuvent les utiliser pour améliorer leurs opérations.

1. Moins de problèmes de performances

Généralement, les infirmiers qui partent sont épuisés, ont des performances inférieures et sapent le moral de leurs collègues. Leur remplacement peut insuffler une nouvelle énergie et une nouvelle perspective à l'équipe.

2. Réduction des coûts de licenciement

Le coût du licenciement d'un employé dépend du salaire, de l'ancienneté, du contrat de travail, etc. Les indemnités de congés, les indemnités de départ et les indemnités d'assurance chômage s'ajoutent à cela, et seule une partie de ces coûts doit être versée si un salarié quitte son emploi de son plein gré.

3. Visibilité sur les domaines problématiques

Si les infirmiers partent pour les mêmes raisons, ou font un changement de carrière similaire, les employeurs avisés en tireront des conclusions. Les responsables peuvent rencontrer des problèmes avec leurs processus d'intégration, leur culture d'équipe ou leur structure de paie. Exploiter les données à l'origine de taux de démission élevés peut éclairer les changements à apporter aux processus, aux outils et aux politiques.

Cinq conseils pour réduire les départs d'infirmiers

Pour arrêter l'hémorragie, les institutions de soins de santé doivent travaillent sur une variété de facteurs — leur culture, leurs processus, leurs pratiques et leurs outils — pour aider leurs infirmiers à se sentir appréciés et à atteindre un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Dans un premier temps, les responsables doivent écouter leurs infirmiers pour comprendre ce qui doit changer.

1. Embaucher de manière réfléchie

Même lorsque le nombre de candidats est faible, les employeurs doivent avoir dès le début une idée claire des compétences dont ils ont besoin et des types d'employés qui s'intégreront au mieux dans leur système et leur culture et, en fin de compte, seront les plus susceptibles de rester à long terme. Obtenez des informations auprès des membres du personnel actuels et vérifiez que vos outils de recrutement et d'intégration facilitent le processus pour toutes les parties prenantes. Par exemple, des fonctionnalités d'IA intégrées aux systèmes de gestion du capital humain (HCM) dans le cloud permettent aux employeurs d'analyser les données soumises par les candidats et d'examiner ces données en fonction des exigences d'emploi et d'autres paramètres.

2. Offrir aux nouvelles recrues une formation adaptée au moment opportun

Les infirmiers, en particulier ceux qui viennent de commencer leur carrière, ont souvent le sentiment de se retrouver au front sans y avoir été préparés. Quel que soit leur niveau d'expérience, les nouvelles recrues ont besoin de formations spécifiques à leur équipe en plus de celles rendues obligatoires par les réglementations gouvernementales, telles que la formation au contrôle des infections et à la gestion de la douleur. Les institutions qui élaborent des plans d'intégration complets avec des objectifs clairs et donnent aux nouveaux employés le temps nécessaire pour terminer leur formation participent à la réduction du taux d'attrition du personnel à tous les niveaux.

3. Offrir aux infirmiers plus de flexibilité dans la planification

L'American Nurses Association recommande aux hôpitaux de mettre en place des équipes flexibles d'infirmiers dans tous les services afin de créer un vivier plus étendu afin que les gestionnaires ne fassent pas constamment appel aux mêmes personnes. Elle recommande également aux responsables de définir directement avec les infirmiers leurs horaires afin de répondre aux demandes de congés ou d'heures supplémentaires. Les nouveaux systèmes de planification HCM permettent aux employés de filtrer les périodes de travail disponibles en fonction des compétences et de l'expérience d'un infirmier, ce qui leur permet de voir les périodes de travail disponibles. Les hôpitaux qui tirent pleinement parti du personnel disponible pourront réduire leur dépendance vis-à-vis des infirmiers contractuels coûteux.

4. Adopter un modèle d'écoute continue

Les nouvelles applications mobiles permettent aux responsables de communiquer instantanément et plus régulièrement avec leurs infirmiers et d'obtenir leur retour rapidement grâce à des sondages. Les responsables peuvent également utiliser la technologie pour mettre en place des plans de gestion des performances incluant des réunions planifiées et des rappels automatiques afin de favoriser un suivi individuel continu.

5. Mettre en place la bonne technologie

Chaque système qu'un infirmier utilise participe, positivement ou négativement, à son expérience collaborateur. Il est ici notamment question des applications de recrutement, d'intégration, de formation, des avantages et d'autres processus RH de base, ainsi que des systèmes de DME, le centre nerveux de chaque institution de soins de santé. Lorsque ces interfaces et points d'accès ne sont pas connectés, les infirmiers passent plus de temps à saisir et à essayer de trouver des données qu'à s'occuper des patients. Pour la rétention, il est essentiel que les infirmiers soient assistés par la bonne technologie et qu'elle ne les freine pas inutilement dans leurs tâches. Après tout, si les infirmiers ont choisi leur métier, c'est pour améliorer la vie des autres.

La technologie au service de la création d'équipes d'infirmiers et de la rétention

Donner aux infirmiers le contrôle et la flexibilité renforce la satisfaction professionnelle et, en fin de compte, la volonté de ne pas quitter son emploi. Ici, la technologie peut jouer un rôle crucial. Les infirmiers ont besoin de systèmes HCM simples d'utilisation et toujours disponibles avec des outils qui leur permettent de s'inscrire à des périodes de travail, d'ajuster leurs horaires, de vérifier leurs avantages, de s'inscrire à des formations, de planifier et de faire évoluer leur carrière, de faire part de leurs remarques sur l'organisation et de se communiquer avec leurs responsables et collègues.

Oracle Fusion Cloud HCM, qui inclut la nouvelle plateforme d'expérience collaborateur Oracle ME, fournit ces outils aux infirmiers et à leurs responsables. Ce faisant, elle aide les institutions de soins de santé à soutenir, motiver et conserver leur personnel.

Alors que la pandémie COVID-19 s'essouffle, les responsables de la santé se concentrent sur différentes priorités, selon l'enquête « Future Health Index » de Philips. Les principales sont la rétention et la satisfaction du personnel, la réduction des coûts et l'amélioration des soins aux patients. Pour réduire les départs des infirmiers et des autres employés clés, les institutions de soins de santé peuvent augmenter les rémunérations pour accroître la motivation.

Découvrir comment la plateforme Oracle ME peut vous aider à améliorer l'expérience collaborateur.

FAQ sur le coût du départ des infirmiers

Quel était le taux moyen de rotation des salariés en 2022 ?
Gartner projette un taux annuel de rotation des salariés de l'ordre de 20 % dans tous les secteurs dans un avenir proche. Le taux de démission moyen des hôpitaux avoisine les 26 %.

Quel est le coût des départs dans le secteur des soins de santé ?
En raison de la pénurie de soignants aux États-Unis, les coûts du travail hospitalier a augmenté de 8 %, soit 24 milliards USD, en 2021, selon les données publiées par le consultant en soins de santé Kaufman Hall.

Y aura-t-il une forte demande d'infirmiers en 2023 et pour les années suivantes ?
La profession des infirmiers est en passe de devenir le sixième métier à plus forte croissance aux États-Unis au cours de la prochaine décennie, selon le Bureau des statistiques du travail, en raison du vieillissement de la population, de la nécessité de remplacer les infirmiers approchant l'âge de la retraite et d'une augmentation de maladies chroniques telles que l'obésité et la démence. Le Bureau estime que près de 203 000 nouveaux postes d'infirmiers seront à pourvoir annuellement jusqu'en 2031.

Capture d'écran : Demandez une démonstration de HCM

Découvrez pourquoi Oracle Cloud HCM est la solution cloud HCM la plus complète et la plus unifiée du marché.