Aucun résultat trouvé

Votre recherche n’a donné aucun résultat.

Nous vous suggérons d’essayer ce qui suit pour trouver ce que vous recherchez :

  • Vérifiez l’orthographe de votre recherche par mot clé.
  • Utilisez des synonymes pour le mot clé que vous avez saisi, par exemple, essayez « application » au lieu de « logiciel ».
  • Essayez l’une des recherches les plus utilisées ci-dessous.
  • Lancez une nouvelle recherche.
Questions fréquentes

Questions fréquemment posées

Tout ouvrir Tout fermer

    Généralités

  • Qu’est-ce qu’Oracle Cloud Infrastructure Compute ?

    Oracle Cloud Infrastructure Compute est un service Web qui fournit une capacité de calcul Bare Metal et de machine virtuelle (VM) qui offre performances, flexibilité et contrôle sans concession. Optimisée par le service d’infrastructure à l’échelle d’Internet nouvelle génération d’Oracle, cette solution est conçue pour aider les entreprises modernes à en faire plus tout en payant moins lors du développement et de l’exécution de leurs applications et charges de travail les plus exigeantes dans le cloud.

  • Que puis-je faire avec Oracle Cloud Infrastructure Compute ?

    Compute vous permet de provisionner la capacité de calcul en quelques minutes via une console Web facile à utiliser. L’instance de calcul Bare Metal, une fois provisionnée, vous donne accès à l’hôte. Ce mode de fonctionnement vous apporte la flexibilité, le contrôle et les performances sans concession nécessaires pour vos applications et charges de travail les plus exigeantes. De plus, vous ne payez que ce que vous utilisez.

  • Que sont les régions, les domaines de disponibilité et les domaines d’erreur ?

    Oracle Cloud Infrastructure est hébergé dans des régions, chacune contenant au moins trois domaines de disponibilité. Une région est simplement une zone géographique, comme “Allemagne ”ou “Ouest des États-Unis”. Un domaine de disponibilité est un ensemble de ressources isolé et tolérant aux pannes, composé d’au moins un datacenter. Les domaines de disponibilité ne partagent pas d’infrastructures telles qu’un bâtiment, ou un système d’alimentation ou de refroidissement. Une défaillance dans un domaine de disponibilité est peu susceptible d’avoir un impact sur la disponibilité des autres domaines de disponibilité.

    Un domaine d’erreur est un regroupement de matériel et d’infrastructure au sein d’un domaine de disponibilité. Les domaines d’erreur permettent de distribuer vos instances afin qu’elles ne se trouvent pas sur le même matériel physique au sein d’un seul domaine de disponibilité, ce qui ajoute une autre couche de tolérance aux pannes. Chaque domaine de disponibilité contient trois domaines d’erreur. Une défaillance matérielle ou une maintenance sur le matériel informatique qui affecte un domaine d’erreur n’affecte pas les instances dans d’autres domaines d’erreur.

  • En quoi consistent les offres de calcul Oracle Cloud Infrastructure ?

    Oracle Cloud Infrastructure Compute offre le choix, la flexibilité, le contrôle et les performances dont vos applications et charges de travail ont besoin. Vous pouvez provisionner des instances de calcul en quelques minutes via une console web facile à utiliser ou via une API. Oracle Cloud Infrastructure fournit des instances Bare Metal, de machine virtuelle (VM) et de GPU :

    • Instances Bare Metal : Une instance de calcul Bare Metal est un serveur physique qui vous est entièrement dédié. Il permet de répondre aux exigences de conformité et de réaliser des économies en tirant parti des licences de serveur que vous possédez déjà, conformément aux conditions de vos licences existantes. Il offre des performances brutes inégalées et inclut des instances équipées de SSD NVMe dernière génération. Celles-ci offrent plus d’un million d’IOPS et sont idéales pour exécuter n’importe quelle application gourmande en E/S ou charge de travail Big Data. Les instances de calcul Bare Metal exécutent uniquement le logiciel que vous choisissez, ce qui vous permet une maîtrise totale. Aucun logiciel Oracle n’est appliqué sur votre instance.
    • Instances de VM : Une instance de calcul de machine virtuelle est un environnement de système d’exploitation isolé sur un hôte mutualisé. Vous pouvez provisionner des instances VM et Bare Metal dans votre réseau virtuel Cloud (VCN) côte à côte et les gérer à l’aide de la même console et de la même API. Les instances de calcul VM offrent diverses configurations qui vous permettent d’adapter votre déploiement à un large éventail d’applications et de besoins de charges de travail. Ceux-ci englobent les machines virtuelles Dense I/O qui fournissent un type d’instance à performances élevées avec un stockage SSD NVMe (Express Memory Non-volatile) important.
    • Instances GPU : Les instances de calcul GPU sont disponibles en tant que VM ou instances Bare Metal. Elles peuvent être déployées dans votre VCN côte à côte avec d’autres, et gérées avec la même console et la même API. Elles contiennent des GPU NVIDIA et conviennent à des charges de travail compatibles GPU et CUDA. Les instances de calcul GPU offrent diverses configurations qui vous permettent d’adapter votre déploiement aux besoins de vos charges de travail.
    • Instances HPC : Les instances de calcul HPC sont disponibles en tant qu’instances Bare Metal. Elles peuvent être déployées dans votre VCN côte à côte avec d’autres, et gérées avec la même console et la même API. Elles contiennent des processeurs à fréquence d’horloge élevée et conviennent à diverses charges de travail de calcul haute performance (HPC).
  • Combien de temps faut-il pour créer une instance ?

    Les instances de calcul, quelle que soit leur configuration ou leur taille, se lancent en quelques minutes à partir du moment où vous les provisionnez à partir de la console Oracle Cloud Infrastructure ou que vous exécutez la commande d’API LaunchInstanceRequest.

  • Comment accéder à mon instance après son lancement ?

    Vous pouvez vous connecter à distance à votre instance en utilisant le protocole SSH avec une paire de clés publique-privée pour l’authentification pour les instances Linux. Pour les instances Windows, vous pouvez utiliser le client RDP (Remote Desktop Protocol) avec un nom d’utilisateur et un mot de passe.

  • Puis-je configurer un script de démarrage personnalisé à exécuter au démarrage de mon instance ?

    Oui. Vous pouvez exécuter un script de démarrage personnalisé dans le cadre du workflow de provisionnement en l’incluant dans la paire clé /valeur données_utilisateur de l’attribut métadonnées dans l’objet LaunchInstanceDetails. Pour plus d’informations, consultez la documentation de l’API LaunchInstanceDetails.

  • Puis-je arrêter mon instance sans la supprimer ou la terminer ?

    Oui. Vous pouvez arrêter votre instance sans la supprimer. Le service de calcul prend en charge les actions suivantes pour une instance :

    • Arrêt : Arrête l’instance. Pour les instances VM standard et Bare Metal, la facturation s’interrompt. Pour les instances HPC, Bare Metal High I/O et Bare Metal Dense I/O et VM, la facturation se poursuit jusqu’à la résiliation de l’instance.
    • Redémarrage : Redémarre l’instance (émission d’un redémarrage ACPI).
    • Résiliation : Ferme l’instance et libère les ressources de calcul. Cette action ne peut pas être annulée. Vous pouvez conserver le volume de démarrage de l’instance pour la réutiliser plus tard. Si vous décidez de ne pas conserver le volume de démarrage, celui-ci est désalloué et effacé. Les données contenues sur les SSD NVMe locaux (pour les instances optimisées pour le stockage) sont effacées en toute sécurité. La facturation cesse pour l’instance de calcul.
  • Comment puis-je payer les ressources que je consomme ?

    Les clients peuvent consommer les ressources Oracle Cloud Infrastructure sans engagement préalable et payer uniquement ce qu’ils utilisent en créant un compte sur shop.oracle.com. Les clients existants peuvent également contacter leur représentant commercial pour activer un pool de crédits existant ou acheter un nouveau pool afin de consommer les ressources Oracle Cloud Infrastructure selon la tarification à la consommation publiée.

  • Comment surveiller l’intégrité de mes instances ?

    Oracle Cloud Infrastructure offre flexibilité, accès et contrôle de vos instances de calcul. Vous pouvez utiliser une variété d’outils de surveillance, tels que Microsoft SysInternals (sysmon, diskmon, moniteur de processus) et Linux (sysstats, vmstate, iostate), ou des outils de gestion d’entreprise tels qu’Oracle Enterprise Manager, pour surveiller l’intégrité de vos instances de calcul. Pour plus d’informations, consultez la documentation Oracle Enterprise Manager.

  • Comment se lancer avec Oracle Cloud Infrastructure Compute ?

    Vous pouvez accéder à Oracle Cloud Infrastructure Compute via la console Oracle Cloud Infrastructure, l’API REST ou les kits SDK. Les clients Oracle peuvent consommer toutes les ressources sans engagement préalable et payer uniquement ce qu’ils utilisent en créant un compte sur shop.oracle.com. Ils peuvent également contacter leur représentant commercial pour activer un pool de crédits existant ou acheter un nouveau pool et commencer à consommer les ressources Oracle Cloud Infrastructure selon la tarification à la consommation publiée.

    Une fois votre compte provisionné, consultez le Guide de démarrage dans la documentation du service pour plus d’informations. Nous vous proposons un didacticiel qui vous guide à travers les étapes de lancement de votre première instance.

  • Quelles options de mise à niveau sont recommandées pour les instances de la génération précédente ?

    Oracle Cloud Infrastructure continuera à prendre en charge les clients exécutant des instances de calcul de génération précédente. Cependant, lorsque nous continuons à publier de nouveaux types d’instances, nous encourageons les clients à utiliser les dernières offres afin de garantir les meilleures performances et les meilleurs prix. Pour connaître les instances de génération précédente et les recommandations de mise à niveau, consultez la liste suivante.

    Bare Metal High I/O (BM.HighIO1.36)

    Pour les clients utilisant la configuration Bare Metal BM.HighIO, nous recommandons la mise à niveau vers des instances de machine virtuelle Dense I/O basées sur X7. La configuration VM.DenseIO2.16 basée sur X7 offre le nouveau processeur Intel Skylake, comprenant 16 OCPU, 240 Go de RAM et 12,8 To de stockage NVMe à un prix inférieur. De plus, cette configuration offre une bande passante réseau plus élevée. Pour plus de détails, consultez la section Configurations de calcul dans la documentation du service. Les clients traitant des charges de travail gourmandes en CPU peuvent également opter pour une offre de CPU plus élevée avec la configuration VM.DenseIO2.24, qui comprend 24 OCPU, 320 Go de RAM et 25,6 To de stockage NVMe.

    Type d’instance Le service comprend par mois Option de mise à niveau recommandée
    High I/O BM.HighIO1.36
    • OCPU : 36
    • Mémoire : 512 Go
    • Disque local : SSD NVMe de 12,8 To
    • Bande passante réseau : 10 Gbps
    • Stockage supplémentaire : Jusqu’à 1 Po de volumes distants en mode bloc
    VM.DenseIO2.16 basée sur X7
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 240 Go
    • Disque local : SSD NVMe de 12,8 To
    • Bande passante réseau : 16,4 Gbps
    • Stockage supplémentaire : Jusqu’à 1 Po de volumes distants en mode bloc

    Configurations d’instance de calcul de la série « X5 »

    Type de référence Configuration d’instance de calcul « X5 » Alternatives recommandées
    Bare Metal Standard – « X5 » BM.Standard1.36
    • OCPU : 36
    • Mémoire : 256 Go
    • Bande passante réseau : 10 Gbps
    BM.Standard2.52 basée sur X7
    • OCPU : 52
    • Mémoire : 768 Go
    • Bande passante réseau : 2 x 25 Gbps
    BM.Standard.E2.64 basée sur AMD
    • OCPU : 64
    • Mémoire : 512 Go
    • Bande passante réseau : 2 x 25 Gbps
    VM.Standard2.2 basée sur X7
    • OCPU : 24
    • Mémoire : 320 Go
    • Bande passante réseau : 24,6 Gbps
    Bare Metal Dense I/O – « X5 » BM.DenseIO1.36
    • OCPU : 36
    • Mémoire : 512 Go
    • Disque local : SSD NVMe de 28,8 To
    • Bande passante réseau : 10 Gbps
    BM.DenseIO2.52 basée sur X7
    • OCPU : 52
    • Mémoire : 768 Go
    • Disque local : SSD NVMe de 51,2 To
    • Bande passante réseau : 2 x 25 Gbps
    VM.DenseIO2.24 basée sur X7
    • OCPU : 24
    • Mémoire : 320 Go
    • Disque local : SSD NVMe de 25,6 To
    • Bande passante réseau : 24,6 Gbps
    Machine virtuelle standard – « X5 » VM.Standard1.1
    • OCPU : 1
    • Mémoire : 7 Go
    • Bande passante réseau : Jusqu’à 600 Mbps
    VM.Standard2.1 basée sur X7
    • OCPU : 1
    • Mémoire : 15 Go
    • Bande passante réseau : 1 Gbps
    VM.Standard.E2.1 basée sur AMD
    • OCPU : 1
    • Mémoire : 8 Go
    • Bande passante réseau : 0,7 Gbps
    Machine virtuelle standard – « X5 » VM.Standard1.2
    • OCPU : 2
    • Mémoire : 14 Go
    • Bande passante réseau : Jusqu’à 1,2 Gbps
    VM.Standard2.2 basée sur X7
    • OCPU : 2
    • Mémoire : 30 Go
    • Bande passante réseau : 2 Gbps
    VM.Standard.E2.2 basée sur AMD
    • OCPU : 2
    • Mémoire : 16 Go
    • Bande passante réseau : 1,4 Gbps
    Machine virtuelle standard – « X5 » VM.Standard1.4
    • OCPU : 4
    • Mémoire : 28 Go
    • Bande passante réseau : 1,2 Gbps
    VM.Standard2.4 basée sur X7
    • OCPU : 4
    • Mémoire : 60 Go
    • Bande passante réseau : 4,1 Gbps
    VM.Standard.E2.4 basée sur AMD
    • OCPU : 4
    • Mémoire : 32 Go
    • Bande passante réseau : 2,8 Gbps
    Machine virtuelle standard – « X5 » VM.Standard1.8
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 56 Go
    • Bande passante réseau : 2,4 Gbps
    VM.Standard2.8 basée sur X7
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 120 Go
    • Bande passante réseau : 8,2 Gbps
    VM.Standard.E2.8 basée sur AMD
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 64 Go
    • Bande passante réseau : 5,6 Gbps
    Machine virtuelle standard – « X5 » VM.Standard1.16
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 112 Go
    • Bande passante réseau : 4,8 Gbps
    VM.Standard2.16 basée sur X7
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 240 Go
    • Bande passante réseau : 16,4 Gbps
    Virtual Machine Dense I/O – « X5 » VM.DenseIO1.4
    • OCPU : 4
    • Mémoire : 60 Go
    • Stockage local : SSD NVMe de 3,2 To
    • Bande passante réseau : 1,2 Gbps
    VM.DenseIO2.8 basée sur X7
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 120 Go
    • Stockage local : SSD NVMe de 6,4 To
    • Bande passante réseau : 8,2 Gbps
    Virtual Machine Dense I/O – « X5 » VM.DenseIO1.8
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 120 Go
    • Stockage local : SSD NVMe de 6,4 To
    • Bande passante réseau : 2,4 Gbps
    VM.DenseIO2.8 basée sur X7
    • OCPU : 8
    • Mémoire : 120 Go
    • Stockage local : SSD NVMe de 6,4 To
    • Bande passante réseau : 8,2 Gbps
    Virtual Machine Dense I/O – « X5 » VM.DenseIO1.16
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 240 Go
    • Stockage local : SSD NVMe de 12,8 To
    • Bande passante réseau : 4,8 Gbps
    VM.DenseIO2.16 basée sur X7
    • OCPU : 16
    • Mémoire : 240 Go
    • Stockage local : SSD NVMe de 12,8 To
    • Bande passante réseau : 16,4 Gbps
  • Comment suis-je facturé pour les instances ?

    La facturation dépend de la configuration que vous avez utilisée pour créer l’instance et du statut de l’instance.

    Type d’instance Indicateur de facturation La facturation s’arrête lorsque l’état de l’instance est
    Standard OCPU par heure Arrêté
    Flex standard OCPU par heure et Go par heure Arrêté
    E/S denses OCPU par heure Terminé
    GPU GPU par heure Terminé
    HPC OCPU par heure Terminé
    • Configurations standard : L’arrêt d’une instance met la facturation en pause.
    • Configuration d’E/S, GPU et HPC denses : La facturation se poursuit pour les instances arrêtées car le GPU associé et les ressources de stockage local NVMe sont conservés. Pour arrêter la facturation, vous devez mettre fin à l’instance.

    Pour plus d’informations, se reporter à la rubrique Tarifs de la capacité de calcul. Pour plus d’informations sur les hôtes de machines virtuelles dédiées et les images de serveur Microsoft Windows et sur la manière dont ils sont facturés lorsqu’ils sont arrêtés, consultez les sections Système d’exploitation Microsoft Windows Server et Hôtes de machines virtuelles dédiées dans cette FAQ

    Mise à l’échelle automatique

  • Qu’est-ce que la mise à l’échelle automatique ?

    La fonction de mise à l’échelle automatique d’Oracle Cloud Infrastructure Compute permet de faire évoluer automatiquement les instances de calcul pour une charge de travail en réponse à l’évolution des indicateurs clés de performances, au lieu d’appeler manuellement les API de calcul ou d’utiliser un script Terraform. Une expérience de console guidée et des API de mise à l’échelle automatique vous aident à créer des stratégies de mise à l’échelle automatique qui lancent ou résilient automatiquement des instances en fonction des indicateurs clés émis par les instances dans des pools d’instances. À mesure que la charge augmente, de nouvelles instances sont provisionnées de manière dynamique. Lorsque la charge diminue, des instances sont supprimées automatiquement.

    Cette fonction est disponible sans frais supplémentaires pour les instances de machine virtuelle (VM) dans les régions commerciales.

  • Comment fonctionne la mise à l’échelle automatique ?

    La mise à l’échelle automatique agit sur les pools d’instances et s’appuie sur les indicateurs clés de performances collectés par le service Oracle Cloud Infrastructure Monitoring. Les pools d’instances permettent de regrouper des instances de VM et de conserver toutes les instances de VM de votre pool en bon état et en cours d’exécution. La surveillance vous permet de capturer l’utilisation moyenne du processeur et les indicateurs clés de la mémoire à partir des instances contenues dans vos pools d’instances.

    Avec la mise à l’échelle automatique, vous configurez des seuils sur les groupes d’indicateurs clés que Monitoring capture à partir des instances de votre pool d’instances. Les événements de mise à l’échelle automatique sont déclenchés lorsque les seuils sont atteints ou dépassés en fonction de votre stratégie et de vos règles de mise à l’échelle automatique. La mise à l’échelle automatique répond à un déclencheur en ajoutant ou en supprimant des instances de vos pools d’instances. Elle modifie la taille de votre pool d’instances : celui-ci est autogéré et arrête ou résilie de nouvelles instances jusqu’à ce qu’il atteigne la taille cible.

    Vous devez d’abord lancer un pool d’instances en utilisant une taille initiale, puis définir une configuration de mise à l’échelle automatique pour le pool d’instances. Cette dernière configure la surveillance de telle sorte que les indicateurs clés puissent commencer à circuler de vos instances vers Monitoring. Monitoring calcule ensuite la moyenne des indicateurs clés et la renvoie à la fonction de mise à l’échelle automatique, ce qui déclenche des événements et démarre la mise à l’échelle en fonction des seuils que vous avez définis.

  • Qu’est-ce qu’une configuration de mise à l’échelle automatique ?

    Une configuration de mise à l’échelle automatique définit les informations nécessaires pour configurer la mise à l’échelle automatique d’un pool d’instances. Elle contient une stratégie de mise à l’échelle automatique avec des règles de mise à l’échelle. Elle définit également une période de stabilisation entre les événements de mise à l’échelle.

    Chaque pool d’instances peut avoir une configuration de mise à l’échelle automatique.

  • Qu’est-ce qu’une stratégie de mise à l’échelle automatique ?

    Une stratégie de mise à l’échelle automatique définit le nombre minimal et maximal d’instances à faire évoluer et la taille initiale du pool d’instances. Elle définit également le type de stratégie de mise à l’échelle automatique. Chaque stratégie de mise à l’échelle automatique contient également deux règles de mise à l’échelle automatique, l’une pour la réduction et l’autre, pour l’augmentation.

    Vous pouvez appliquer les types suivants de mise à l’échelle automatique à un pool d’instances :

    • Mise à l’échelle automatique basée sur des indicateurs : Une action de mise à l’échelle automatique est déclenchée lorsqu’un indicateur de performances atteint ou dépasse un seuil.
    • Mise à l’échelle automatique basée sur la planification : Les événements de mise à l’échelle automatique ont lieu aux heures spécifiques que vous planifiez.

    La mise à l’échelle automatique est prise en charge pour les pools d’instances de machines virtuelles (VM) et Bare Metal qui utilisent des formes Standard, DenseIO et GPU.

  • Qu’est-ce qu’une règle de mise à l’échelle automatique ?

    Une règle de mise à l’échelle automatique définit l’indicateur à utiliser pour la mise à l’échelle et les seuils pour la réduction et l’augmentation. Vous choisissez un seul indicateur utilisé à la fois pour la règle de réduction et la règle d’augmentation. Vous définissez également le nombre d’instances à ajouter ou à supprimer associé a chaque action de mise à l’échelle.

  • Quel indicateurs clés puis-je utiliser avec la mise à l’échelle automatique ?

    La mise à l’échelle automatique prend en charge les indicateurs clés d’utilisation du CPU et de la mémoire.

  • Quels incréments puis-je utiliser pour ajouter ou supprimer des instances ?

    Vous pouvez ajouter ou supprimer des instances par incréments d’une unité, jusqu’à la taille maximale du pool d’instances, soit 50.

  • En combien de temps puis-je réduire et augmenter mon pool d’instances ?

    Vous pouvez faire évoluer vos instances en quelques minutes. Vous pouvez également contrôler la fréquence de déclenchement de la mise à l’échelle automatique en définissant une période de stabilisation qui détermine la durée d’attente entre les actions de mise à l’échelle automatique.

  • Qu’est-ce qu’une période de stabilisation ?

    La période de stabilisation est la durée minimale pendant laquelle la mise à l’échelle automatique attend avant d’effectuer une autre action de mise à l’échelle. Elle permet au pool d’instances de se stabiliser au nouveau niveau défini. La période de stabilisation démarre lorsque le pool d’instances atteint la taille visée par l’événement de mise à l’échelle précédent. La période de stabilisation minimale est de cinq minutes.

  • Comment les pools d’instances préservent-ils l’intégrité des instances ?

    Les pools d’instances surveillent l’état du cycle de vie des instances. Si le nombre d’instances en état de fonctionnement ou de lancement est inférieur à la taille du pool d’instances, celui-ci crée d’autres instances. Si le nombre d’instances en état de fonctionnementou de lancement est inférieur à la taille cible, le pool d’instances crée d’autres instances.

  • Quelles sont les limites de la mise à l’échelle automatique ?

    Aucune limite de service n’est associée directement à la mise à l’échelle automatique. Cependant, les instances créées avec des actions de mise à l’échelle automatique sont prises en compte dans les limites de votre instance de calcul. Lorsque vous atteignez les limites de votre instance de calcul, la mise à l’échelle automatique ne peut pas ajouter d’autres instances à vos pools d’instances. Pour connaître les limites par défaut pour chaque type d’instance et obtenir des instructions sur la façon de demander une augmentation de limite de service, consultez la documentation relative aux limites de service.

  • Comment les pools d’instances fonctionnent-ils avec mon équilibreur de charge ?

    Vous pouvez attacher un OCID de jeu d’équilibrage de charge à votre pool d’instances. Par la suite, chaque fois qu’une instance est ajoutée au pool d’instances, son adresse IP est également ajoutée à l’ensemble backend. Lorsque l’instance atteint un état de bonne santé (l’instance écoute le numéro de port configuré), le trafic entrant est automatiquement acheminé vers la nouvelle instance. De même, chaque fois qu’une instance est supprimée, l’adresse IP est également supprimée de l’ensemble backend. Lors de la suppression d’instances de l’ensemble de travail de l’équilibreur de charge, la mise à l’échelle automatique attend deux minutes avant de mettre fin à l’instance. Le délai de deux minutes permet au service d’équilibrage de charge de drainer les connexions sur l’adresse IP de l’instance avant la résiliation de l’instance. Toutes les connexions qui restent actives après deux minutes sont interrompues à la résiliation de l’instance.

  • Comment puis-je permettre à mes instances d’émettre des indicateurs clés ?

    Si la configuration d’instance était basée sur une image fournie par Oracle et publiée après le 18 novembre 2018, l’agent OracleCloudAgent qui émet des indicateurs clés et fonctionne avec Monitoring et la mise à l’échelle automatique est déjà installé. Vous pouvez également créer, installer et activer manuellement l’agent pour vos images personnalisées.

  • Quelles configurations d’instance prennent en charge la mise à l’échelle automatique ?

    Nous prenons en charge toutes les configurations d’instance de VM, notamment VM.Standard1, VM.DenseIO1, VM.Standard2, VM.DenseIO2, VM.Standard2.E2, VM.GPU2 et VM.GPU3.

    Images du système d’exploitation

  • Quelles images de système d’exploitation fournissez-vous et prenez-vous en charge ?

    Nous fournissons des images avec diverses distributions de Linux, telles qu’Oracle Linux, CentOS et Ubuntu, ainsi que Microsoft Windows Server. Pour obtenir une liste complète et plus de détails, consultez la documentation d’aide relative aux images fournies par Oracle. Nous prenons en charge les systèmes d’exploitation Oracle Linux avec Oracle Linux Premier Support inclus sans frais supplémentaires avec Oracle Cloud Infrastructure.

  • Quelles configurations de calcul peuvent être utilisées avec les différents systèmes d’exploitation ?

    Vous pouvez lancer l’un des systèmes d’exploitation pris en charge sur n’importe quelle configuration d’instance de calcul Bare Metal ou de machine virtuelle Oracle Cloud Infrastructure Compute. Une liste de toutes les formes disponibles est présente sur la page Tarifs de la capacité de calcul.

  • Puis-je apporter ma propre image de système d’exploitation ?

    Oui. Oracle Cloud Infrastructure Compute prend en charge la création de votre propre image de système d’exploitation. Pour plus d’informations, consultez la documentation d’aide relative à Bring Your Own Image.

    Système d’exploitation Linux

  • Comment puis-je mettre à niveau ou appliquer des correctifs à mes instances de système d’exploitation Linux sans interruption ?

    Les instances de calcul Oracle Cloud Infrastructure exécutant Oracle Linux sont incluses avec Oracle Ksplice. Ksplice est une technologie de gestion du système d’exploitation qui permet de mettre à jour les principaux composants de sécurité du noyau et de l’espace utilisateur sans pour autant nécessiter un redémarrage.

    Pour plus d’informations sur le téléchargement de correctifs sur votre instance de système d’exploitation, consultez Oracle Ksplice.

  • Puis-je créer une image d’un système d’exploitation Linux et l’utiliser pour lancer une nouvelle instance de calcul ?

    Oui. Vous pouvez créer une image personnalisée de votre disque de démarrage comme sauvegarde ou l’utiliser comme mécanisme pour empaqueter votre image de système d’exploitation préconfigurée et l’utiliser pour lancer de nouvelles instances de calcul. Cela est particulièrement utile lorsque vous devez créer plusieurs instances de calcul avec des configurations similaires. L’image personnalisée est de type instance et indépendante de la configuration ; elle peut être utilisée pour lancer tout type ou toute configuration d’instance : instances Bare Metal ou de machine virtuelle.

    Après avoir lancé la création d’image, le système arrête votre instance de calcul pour garantir l’uniformité de l’image de disque de démarrage. Le temps nécessaire au processus de création d’image dépend de la taille du disque de démarrage. Une fois la création d’image terminée, l’instance de calcul redémarre automatiquement. Vous devez redémarrer manuellement les applications et les services qui ne démarrent pas automatiquement au redémarrage de l’instance.

    Système d’exploitation Microsoft Windows Server

  • À quelle fréquence Oracle Cloud Infrastructure modifie-t-il le prix de la licence Microsoft Windows ?

    Le 25 avril 2020, Oracle Cloud Infrastructure a modifié le prix des licences Windows à 0,092 $ par OCPU/heure. Le nouveau prix est cohérent avec la tarification de Windows pour les fournisseurs Cloud. Oracle Cloud Infrastructure fixe le prix des licences de logiciels tiers en fonction du coût des licences du fournisseur de logiciels tiers.

  • Quelles versions et éditions de Microsoft Windows Server sont disponibles sur Oracle Cloud Infrastructure ?

    Microsoft Windows Server est disponible en tant qu’image de plate-forme fournie par Oracle et est également pris en charge pour l’importation d’images personnalisées. Les versions et éditions suivantes de Microsoft Windows Server sont prises en charge :

    • Windows Server 2019 Standard, Datacenter
    • Windows Server 2016 Standard, Datacenter
    • Windows Server 2012 R2 Standard, Datacenter
    • Windows Server 2012 Standard, Datacenter
    • (Importation d’image personnalisée uniquement) Windows Server 2008 R2 Standard, Enterprise, Datacenter

    Les images de la plate-forme sont disponibles en anglais. Reportez-vous à la documentation sur les images de la plate-forme et les fenêtres BYOI.

  • Comment serai-je facturé pour l’exécution de Microsoft Windows Server sur Oracle Cloud Infrastructure ?

    Le coût d’une licence Microsoft Windows Server est en supplément du prix de l’instance de calcul sous-jacente. L’instance de calcul vous est facturée en fonction de la forme que vous avez utilisée pour créer l’instance. La licence Windows Server est une charge distincte, reportez-vous à la page Tarifs de la capacité de calcul.

    • La facturation dépend de l’état et de la forme de l’instance. Vos frais de licence Windows Server démarrent lorsque votre instance est dans l’état « en cours d’exécution » et se terminent lorsque vous résiliez l’instance. Lorsque votre instance est dans un « état arrêté » pour les instances de VM standard et Bare Metal, la facturation s’interrompt pour le coût de l’instance de calcul et le coût de la licence du système d’exploitation Microsoft Windows Server.
    • Pour les formes d’E/S, GPU et HPC denses : La facturation continue pour l’instance de calcul et la licence Windows Server lorsque l’instance est arrêtée parce que les ressources de stockage local du GPU et du NVMe sont préservées. Pour arrêter la facturation, vous devez mettre fin à l’instance.

    Pour obtenir plus d’informations sur la tarification de Microsoft Windows Server, consultez la page Tarifs de la capacité de calcul.

  • Comment s’effectue la mise à jour de Microsoft Windows Server avec les derniers correctifs ?

    Oracle Cloud Infrastructure active les mises à jour automatiques sur Microsoft Windows Server et utilise les paramètres par défaut pour appliquer les correctifs Windows. Vous devez mettre à jour votre liste de sécurité VCN pour activer le trafic de sortie pour le port 80 (http) et le port 443 (https) afin d’installer les correctifs à partir des serveurs Microsoft Windows Update.

  • Puis-je créer une image personnalisée de mon serveur Microsoft Windows et l’utiliser pour lancer une nouvelle instance de calcul ?

    Oui. Vous pouvez créer une image personnalisée de votre instance de Windows Server et l’utiliser pour lancer une nouvelle instance de calcul. Nous prenons en charge la création d’images « généralisées » (utilisées pour créer un modèle ou une image dorée) et des images « spécialisées » (utilisées comme sauvegarde) pour votre instance de Windows. Pour plus d’informations sur ces types d’images, consultez la documentation d’aide relative à la création d’images personnalisées de Windows.

  • Puis-je apporter ma propre licence pour les logiciels Microsoft à Oracle Cloud Infrastructure ?

    Oui. Vous pouvez apporter votre propre licence (BYOL) pour Microsoft Windows Server sur un hôte de machine virtuelle ou bare metal dédié, soumis aux conditions d’utilisation des produits Microsoft. Vous êtes responsable de la gestion de vos propres licences afin de maintenir la conformité avec les conditions de licence de Microsoft. Pour plus d’informations, consultez les Options de licence pour Microsoft Windows.

    Le tableau suivant indique les exigences BYOL pour les licences Microsoft sur Oracle Cloud Infrastructure.

    Licence Microsoft Machines Bare Metal et hôtes de machine virtuelle dédiés Machines virtuelles (hôte partagé multi-locataire)
    Windows Server Le type BYOL sur un hôte dédié Bare Metal n’est éligible que si l’on utilise un hyperviseur KVM. BYOL n’est pas éligible pour Microsoft Windows Server lors de l’utilisation d’images fournies par Oracle ou de l’importation de votre propre image Microsoft Windows Server.

    Non éligible.

    Les hôtes partagés doivent utiliser des images fournies par Oracle qui incluent la licence Microsoft.
    Serveur SQL

    Soumis aux conditions d’utilisation des produits Microsoft
    Éligible.

    Vous devez disposer de la mobilité des licences via Software Assurance.
    Éligible.

    Vous devez disposer de la mobilité des licences via Software Assurance.
    Visual Studio (MSDN) Éligible.

    Utilisation hors production uniquement.
    Éligible.

    Utilisation hors production uniquement.
    Microsoft 365 Apps for enterprise (Office 365 ProPlus) et Office Professional Plus Éligible Non éligible.
    Microsoft Office Non* Non
    Windows 7, Windows 8 et Windows 10 Éligible.

    Vous devez disposer d’une licence Enterprise Agreement avec Software Assurance ou d’une licence Windows Virtual Desktop Access (VDA).
    Non éligible.
    Autres applications Microsoft Éligible.

    Soumis aux conditions d’utilisation des produits Microsoft.
    Éligible.

    Vous devez disposer de la mobilité des licences via Software Assurance.

    Les licences d’application telles que SQL Server ou System Center nécessitent la mobilité des licences via Software Assurance lors de l’exécution sur des instances de VM Oracle Cloud Infrastructure. La mobilité des licences n’est pas utilisée pour Microsoft Office, les clients Windows ou Windows Server BYOL. Passez en revue les conditions d’utilisation des produits Microsoft pour valider quelles applications prennent en charge la mobilité des licences.

    Les questions directes concernant vos droits de licence doivent être adressées à Microsoft ou à votre revendeur Microsoft.

  • Puis-je apporter ma propre licence Windows Server et utiliser une image du système d’exploitation Windows Oracle Cloud Infrastructure ?

    Non. Vous devez apporter votre propre image Microsoft Windows si vous apportez votre licence Microsoft Windows Server sur une machine Bare Metal dédiée et un hôte de machines virtuelles dédié uniquement. La licence BYOL de Microsoft Windows Server n’est pas autorisée pour les machines virtuelles sur un hôte mutualisé.

  • Quel est le modèle de prise en charge des logiciels Microsoft (Windows et autres) sur Oracle Cloud Infrastructure ?

    Oracle Support fournit une assistance limitée pour les systèmes d’exploitation Microsoft Windows Server exécutés sur Oracle Cloud Infrastructure et pour les images SQL Server fournies par Oracle Cloud Marketplace. Pour les questions relatives aux produits, travaillez directement avec le support Microsoft. Vous pouvez obtenir plus d’informations sur les options d’assistance pour les logiciels Microsoft.

    Images de partenaires tiers de confiance

  • D’où puis-je lancer des images de partenaires ?

    Toutes les images tierces sont accessibles dans la console Oracle Cloud Infrastructure via le Marketplace intégré. Choisissez l’image partenaire que vous souhaitez lancer et vous serez guidé dans la procédure pour Lancer l’instance .

  • Qui dois-je contacter pour obtenir une assistance technique liée aux images fournies par les partenaires Oracle ?

    Une fois l’image partenaire installée, tout problème de produit lié à l’image est résolu par le partenaire. Pour les problèmes d’assistance liés à l’installation d’images, soumettez un ticket dans My Oracle Support.

    Images Oracle

  • Puis-je lancer des images prédéfinies pour les solutions Oracle ?

    Oui. À partir de l’assistant Créer une instance de calcul, vous pouvez lancer des images d’entreprise et des solutions Oracle prédéfinies qui sont activées pour Oracle Cloud Infrastructure.

  • L’application Oracle installée sur l’image nécessite-t-elle une licence ?

    Selon l’application Oracle, il existe des conditions d’évaluation de 30 jours. À la fin de la période d’essai, une licence est requise pour poursuivre l’utilisation. Toutes les informations relatives à l’évaluation sont détaillées dans les notes de préinstallation de la sélection d’image.

    Stockage

  • Quelles sont les options de stockage Oracle Cloud Infrastructure ?

    Oracle Cloud Infrastructure propose les options de stockage suivantes pour prendre en charge différents cas d’utilisation :

    • Stockage local : Un stockage SSD local basé sur NVMe avec des IOPS très élevés et une faible latence est disponible pour le type d’instance optimisé pour le stockage (c’est-à-dire, BM.DenseIO1.36).
    • Volumes en mode bloc : Oracle Cloud Infrastructure Block Volumes fournit des volumes de stockage en mode bloc persistants qui peuvent être attachés à une instance de calcul et utilisés comme un système de fichiers normal pour le système d’exploitation.
    • Stockage en mode objet : Oracle Cloud Infrastructure Object Storage fournit un stockage hautement durable pour des objets tels que des images, des vidéos et d’autres données non structurées. Le stockage en mode objet est répliqué sur les domaines de disponibilité d’une région pour garantir la disponibilité et la durabilité.
  • Quels sont les IOPS et les indicateurs clés de latence pour les disques SSD NVMe locaux ?

    Les SSD NVMe locaux offrent un stockage à très hautes performances et sont idéaux pour les charges de travail les plus exigeantes. Pour plus d’informations sur les performances du SSD NVMe, consultez les spécifications du produit.

  • Qu’advient-il de mes données lorsque je résilie mon instance ?

    Après avoir résilié votre instance de calcul, vous avez la possibilité de conserver son volume de démarrage pour une réutilisation. Si vous décidez de ne pas conserver le volume de démarrage, celui-ci est désalloué et effacé. Le stockage NVMe local pour les instances optimisées pour le stockage est effacé et désalloué. Toutes les données des volumes en mode bloc attachés à l’instance sont conservées et restent disponibles pour une utilisation ultérieure.

    Avant de résilier l’instance, vous pouvez créer une image personnalisée du disque de démarrage et l’utiliser pour lancer de nouvelles instances ultérieurement.

    Instances Bare Metal

  • Que sont les instances Bare Metal ?

    Les instances Bare Metal sont des ressources de calcul Bare Metal à la demande dans le Cloud. À la différence des instances de machine virtuelle (VM), les instances Bare Metal sont des hôtes physiques entiers dédiés à l’utilisation d’un seul client sans hyperviseur ou logiciel d’application Oracle installé. Vous avez un contrôle total des ressources Bare Metal, ce qui vous donne flexibilité, contrôle et performances sans concession. Les instances de calcul Bare Metal sont idéales pour vos applications et charges de travail les plus exigeantes.

    Oracle Cloud Infrastructure Compute propose divers types d’instances. Chaque type d’instance offre une configuration matérielle différente pour prendre en charge diverses applications et charges de travail.

  • Comment savoir quel type d’instance je dois choisir ?

    Les instances standard peuvent être utilisées pour diverses charges de travail à performances élevées et gourmandes en calcul, telles que les serveurs Web, le traitement par lots, la diffusion d’annonces et les analytiques distribuées.

    Les instances Dense I/O sont configurées avec 28,8 To de stockage SSD NVMe local. Elles sont idéales pour les charges de travail transactionnelles extrêmes qui utilisent de grands jeux de données et qui nécessitent une faible latence et un débit élevé, comme le Big Data et les applications de calcul haute performance (HPC).

  • Combien d’instances Bare Metal puis-je créer ? Existe-t-il une limite ?

    Pour connaître les limites par défaut pour chaque type d’instance et obtenir des instructions sur la façon de demander une augmentation de limite de service, consultez la documentation relative aux limites de service. Nous serons heureux d’augmenter les limites de votre compte si nécessaire.

  • Puis-je modifier ou migrer mon instance Bare Metal après l’avoir créée ?

    Actuellement, Oracle Cloud Infrastructure n’offre pas de fonctionnalité intégrée de migration d’une instance Bare Metal vers un type d’instance Bare Metal différent ou vers une configuration de machine virtuelle (VM). Cependant, vous pouvez effectuer la migration manuellement en lançant une nouvelle instance de calcul à partir d’une image de démarrage que vous avez créée (en utilisant la fonction Créer une image) et en rattachant ensuite vos volumes en mode bloc à la nouvelle instance. Si vos données sont conservées localement, vous devez copier ou répliquer manuellement les données locales vers la nouvelle instance. Vous pouvez également réduire la modification de la configuration ou de la mise à l’échelle d’une instance via les volumes de démarrage. Lorsque vous résiliez une instance, vous pouvez conserver son volume de démarrage et lancer une nouvelle instance avec une configuration différente en utilisant le volume de démarrage que vous avez conservé de l’instance d’origine.

  • Puis-je installer mes propres hyperviseurs ?

    Oui. Les instances Bare Metal sont des hôtes physiques dédiés sans hyperviseur installés dessus. Vous avez accès à l’hôte et vous pouvez installer votre propre hyperviseur de type 2 (hyperviseur hébergé), par exemple, KVM ou VirtualBox, pour exécuter n’importe quelle version du système d’exploitation prise en charge par les hyperviseurs, conformément aux conditions de votre licence existante.

    Instances de VM

  • Que sont les machines virtuelles (VM) ?

    Les machines virtuelles de calcul Oracle Cloud Infrastructure proposent des configurations de calcul plus petites que les instances Bare Metal. Les machines virtuelles utilisent les mêmes infrastructures matérielles et réseau optimisées pour le cloud que les instances Bare Metal pour offrir une flexibilité de configuration de calcul et des performances adaptées à vos besoins d’application changeants.

  • Quels choix de configurations proposent les machines virtuelles ?

    Oracle Cloud Infrastructure Compute propose des instances de VM flexibles dans lesquelles vous pouvez configurer la mémoire et le processeur de votre instance pour répondre aux différents besoins des applications que vous créez. Les instances de VM flexibles standard basées sur E3 prennent en charge entre 1 et 64 cœurs et entre 1 et 64 Go de RAM par cœur (jusqu’à un maximum de 1024 Go).

    Vous pouvez également choisir des configurations fixes avec une gamme d’options comprenant des processeurs Intel et AMD, un stockage SSD local NVMe et des GPU. Pour plus de détails, consultez la page Configurations de calcul.

  • Combien d’instances de VM puis-je créer ? Existe-t-il une limite ?

    Pour connaître les limites par défaut et obtenir des instructions sur la façon de demander une augmentation de limite de service, consultez la documentation relative aux limites de service. Nous serons heureux d’augmenter les limites de votre compte si nécessaire.

  • Comment choisir parmi les différentes configurations de VM ?

    Chaque configuration de machine virtuelle possède un nombre différent de cœurs de processeur, ses propres quantité de mémoire et configuration de disque, de sorte que vous puissiez trouver une taille qui correspond aux besoins de votre application.

    Il existe trois types de configurations de VM.

    • Les configurations de calcul Standard VM sont idéales pour les charges de travail à usage général, car elles offrent un équilibre entre les cœurs, la mémoire et les ressources réseau.
    • Les configurations de calcul DenseIO VM conviennent mieux aux charges de travail gourmandes en ressources, comme les grandes bases de données et les applications Big Data telle qu’Apache Spark et Hadoop.
    • Les configurations de calcul VM GPU sont des configurations spécialisées pour le rendu, le calcul scientifique et les charges de travail de machine learning.
  • Puis-je modifier la configuration de ma machine virtuelle ou la migrer après l’avoir créée ?

    Vous pouvez utiliser la console de calcul, l’API ou la CLI pour modifier la configuration d’une machine virtuelle après l’avoir créée. Vous pouvez choisir n’importe quelle configuration de machine virtuelle compatible avec l’image du système d’exploitation existante. Le changement de configuration nécessite un redémarrage mais conserve toutes les propriétés de l’instance. Consultez la documentation technique pour plus d’informations sur la procédure de modification de la configuration d’une instance.

    Vous pouvez migrer votre VM manuellement en lançant une nouvelle instance de calcul à partir d’une image de démarrage que vous avez créée (en utilisant la fonction Créer une image) et en rattachant ensuite vos volumes en mode bloc à la nouvelle instance. Si vos données sont conservées localement, vous devez copier ou répliquer manuellement les données locales vers la nouvelle instance.

    Oracle Cloud VMware Solution

  • Qu’est-ce que le produit Oracle Cloud VMware Solution ?

    Le produit Oracle Cloud VMware Solution est basé sur VMware Cloud Foundation et fournit un environnement Cloud entièrement pris en charge et personnalisable pour les déploiements et les migrations VMware. La solution offre un datacenter complet défini par logiciel (SDDC), comprenant VMware vCenter, ESXi, NSX et vSAN. Les cas d’utilisation spécifiques visés par le produit Oracle Cloud VMware Solution sont notamment la migration des datacenters et des applications, l’extension hybride, la capacité à la demande et la reprise après sinistre.

  • Dans quelles régions le produit Oracle Cloud VMware Solution est-il disponible ?

    Le produit Oracle Cloud VMware Solution est disponible dans toutes les régions commerciales (non gouvernementales).

  • Le produit Oracle Cloud VMware Solution est-il un service VMware géré ?

    Le produit Oracle Cloud VMware Solution n’est pas un « service géré ». Au lieu de cela, celui-ci est « géré par le client » et fournit aux clients un accès et un contrôle administratifs complets. Les clients contrôlent et gèrent les opérations et les mises à jour de VMware.

  • Quel est le nombre maximum d’hôtes ESXi pouvant être déployés ?

    Le produit Oracle Cloud VMware Solution prend en charge les déploiements de clusters VMware jusqu’à la limite actuelle de 64 instances. Des instances d’hôte supplémentaires peuvent être ajoutées à tout moment jusqu’au maximum pris en charge dans la location du client en fonction des limites de service OCI. Remarque : le client utilisera le logiciel et les outils VMware pour définir des clusters supplémentaires dans vCenter Server. Le produit Oracle Cloud VMware Solution SDDC peut contenir plus de 64 hôtes, mais chaque cluster a un maximum actuel de 64 basé sur les limites de VMware.

  • Quel est le modèle de prise en charge OCI/VMware ?

    Oracle fournit un support client de niveau 1 et 2. Oracle impliquera VMware pour les questions de support de niveau 3.

  • Pour quels produits VMware Oracle fournira-t-il une assistance ?

    Oracle assure le support des principaux composants VCF de VMware (vSphere, vCenter, vSAN, NSX) dont nous assurons la licence et le déploiement.

  • Des produits VMware supplémentaires fonctionneront-ils sur le produit Oracle Cloud VMware Solution au-delà des composants de base du VCF (vSphere, vCenter, vSAN, NSX) ?

    D’autres suites de produits VMware devraient fonctionner comme annoncé sur le produit Oracle Cloud VMware Solution basé sur la matrice de compatibilité VMware.

  • Oracle est-il responsable des correctifs et de la gestion des clients Oracle Cloud VMware Solution SDDC ?

    Non, le client ou son partenaire d’exploitation est responsable de la configuration, des correctifs, des opérations et du déploiement des applications VMware.

  • Est-il possible d’apporter sa propre licence (BYOL) pour licencier les composants Oracle Cloud VMware Solution ?

    Le modèle de licence BYOL VMware n’est pas pris en charge pour les principaux composants Oracle Cloud VMware Solution ; vSphere/NSX/vSAN. Il s’agit de la norme VMware pour toutes les offres de Cloud public.

  • Quelle est la durée minimale de l’abonnement ?

    Le produit Oracle Cloud VMware Solution nécessite un engagement minimum d’un mois. Il n’y a pas de prorata pour une utilisation mensuelle partielle.

  • Le client verra-t-il des lignes distinctes pour les frais d’infrastructure et de logiciel VMware ?

    Non, le produit Oracle Cloud VMware Solution est facturé via un seul SKU par hôte dans les rapports d’utilisation des clients et inclut à la fois l’infrastructure et l’accès aux licences VMware.

  • Les clients peuvent-ils cibler le produit Oracle Cloud VMware Solution pour exécuter des applications natives hébergées par des VM VMware prises en charge par DBaaS ?

    Oui. Le produit Oracle Cloud VMware Solution peut facilement être connecté à d’autres Oracle Cloud Infrastructure et offres de services telles qu’Oracle Database as a Service.

  • Les clients pourront-ils surveiller les invités VMware Oracle Cloud VMware Solution avec des outils de surveillance VMware sur site ?

    Oui. Les clients doivent respecter les conseils et recommandations de VMware pour les outils de surveillance en question.

  • Quelles données de télémétrie Oracle Cloud, en ce qui concerne le calcul et la mise en réseau, seront disponibles pour le dépannage ?

    La télémétrie Oracle Cloud standard n’est pas disponible car aucun agent n’est installé dans l’instance ESXi bare metal. Toutefois, les clients peuvent obtenir des données de calcul et de télémétrie réseau de VMware directement dans les interfaces administratives ESXi, vCenter et NSX-T, ou via les API fournies dans le cadre de ces offres.

  • Quelle est la politique de licence Oracle pour exécuter les logiciels Oracle sur Oracle Cloud VMware Solution ?

    La politique de licence pour les logiciels Oracle, y compris Oracle Database, fonctionnant sur des environnements virtualisés n’a pas changé. Les clients qui déploient des logiciels Oracle sur le produit Oracle Cloud VMware Solution sont soumis à la politique de partitionnement serveur/matériel existante d’Oracle. Pour plus de détails sur la politique de partitionnement d’Oracle, consultez la ressource suivante : Partitionnement serveur/matériel (PDF).

    Hôtes de machines virtuelles dédiées

  • Que sont les hôtes de machines virtuelles dédiées (DVH) ?

    Les hôtes de machines virtuelles dédiées Oracle Cloud Infrastructure Compute permettent d’exécuter des instances de calcul VM sur un serveur physique dédié à votre location Oracle Cloud Infrastructure. Aucune machine virtuelle d’une autre location ou d’un client Oracle ne s’exécutera sur cet hôte dédié. Vous pouvez ensuite définir un paramètre facultatif lors du lancement d’une instance de calcul de machine virtuelle pour la placer sur votre hôte de machine virtuelle dédiée. Ces hôtes dédiés sont « locataires uniques », c’est-à-dire qu’ils sont exclusivement dédiés à votre location. Les caractéristiques des VM, par exemple, le nombre d’OCPU et la quantité de mémoire, ainsi que les performances sont les mêmes que lors de l’exécution sur du matériel partagé normal dans Oracle Cloud Infrastructure.

  • Quels choix de configurations proposent les DVH ?

    Oracle Cloud Infrastructure Compute DVH est actuellement proposé dans une configuration DVH.Standard2.52. Celle-ci permet de lancer n’importe quelle instance VM.Standard2 sur le DVH. De nouvelles configurations DVH seront ajoutées au fil du temps.

  • Comment s’effectue la configuration de l’hôte de machine virtuelle dédiée et des instances de machine virtuelle que j’exécute dessus ?

    L’hôte de machine virtuelle dédié est facturé lorsqu’il est en cours d’exécution. Les instances de VM de calcul individuelles lancées sur l’hôte ne sont pas facturées. Cependant, paierez toujours un tarif horaire d’OCPU pour une licence Windows Server lorsque vous exécutez une instance de VM à l’aide d’une image Windows Server. La facturation s’arrête lorsque vous résiliez l’hôte dédié. Pour l’hôte DVH.Standard2.52, vous payez une instance de BM.Standard2.52 52 OCPU une fois que l’hôte de la machine virtuelle dédiée commence à s’exécuter. Sur votre facture, les frais correspondant aux 52 OCPU apparaissent sous l’intitulé « Oracle Cloud Infrastructure Compute Bare Metal Standard - X7". Vous pouvez utiliser au maximum 48 OCPU pour exécuter vos machines virtuelles dans un DVH.Standard2.52.

  • Quelles actions êtes-vous autorisé à effectuer sur l’hôte de machine virtuelle dédié ?

    Les seules actions prises en charge avec un hôte de machine virtuelle dédié sont le lancement, le déplacement et la résiliation des compartiments. Cependant, vous n’êtes pas autorisé à résilier l’hôte de machine virtuelle dédié si des instances de machine virtuelle sont en cours d’exécution. Vous devez résilier toutes les instances de machine virtuelle pour pouvoir résilier l’hôte de machine virtuelle dédié.

    Commentaires et support

  • Où puis-je envoyer des commentaires ou obtenir de l’aide ?

    Oracle Cloud Infrastructure offre plusieurs options pour envoyer des commentaires ou obtenir un support auprès de la communauté et d’Oracle. Vous trouverez de l’aide auprès d’une communauté dynamique et active sur le Forum Oracle et des mises à jour régulières via le Blog Oracle Cloud Infrastructure.

    Vous pouvez également obtenir de l’aide pour le débogage et le dépannage en soumettant une demande de service via My Oracle Support.